va-t’en ou vas-t’en ?

Bonjour,

Comment écrivez-vous va-t’en ? Avec un « s » à va ou pas de « s » ?
Idem pour remet-t’en, « s » ou pas de « s » ?

Merci

MarineC69 Érudit Demandé le 6 décembre 2020 dans Conjugaison
3 réponse(s)
 

Utilisez simplement l’impératif, tel qu’il s’écrit normalement.
À la deuxième personne du singulier, certains verbes conservent le « s » de l’indicatif.
Tu prends un livre. Prends un livre.
Tu remets le livre sur la table. Remets le libre sur la table.
Tu te remets. Remets-toi.
D’autres verbes perdent leur « s » ; ce sont les verbes en « -er » et quelques autres (cueillir, aller, offrir…). On trouve facilement des tableaux de conjugaison pour connaître l’orthographe de l’impératif qui nous intéresse à la deuxième personne du singulier.
Tu vas dans ta chambre. Va dans ta chambre.
Tu m’offres des livres. Offre-moi des livres. Offre-m’en.
On écrit ainsi, avec un simple impératif écrit conformément au tableau de conjugaison :
Allons-nous-en, va-t’en.
Remettons-nous-en, remets-toi de cela, remets-t’en.
On n’ajoute ni ne supprime de « s » au verbe.
Quant à l’apostrophe au lieu du trait d’union, c’est parce que « t » est mis pour « toi » (« remets-toi-en » devient « remets-t’en »).

Nos hésitations viennent parfois de l’existence d’autres cas de figure où une raison euphonique appelle un « s » ou un « t » intercalé.
Le « t » euphonique n’a aucun sens. Parlons-nous ? parle-t-il ? où va-t-il ?
Le « s » euphonique qui n’a non plus aucun sens mériterait d’être traité de la même manière, entre deux traits d’union. Parle-s-en. Va-s-y. Mais il a été décidé que, certainement parce « tu parles » et « tu vas » existent, on attachait l’impératif sans « s » et le « s », ce qui donne « parles-en, vas-y », qui nous rapproche de « prends-en, reviens-y ».
Dans « donnes-en à Jean » et « n’en donne qu’à Jean », c’est le même impératif, le premier étant flanqué d’un « s » euphonique.

Adrian Grand maître Répondu le 6 décembre 2020

J’ai déjà défendu sur ce site (et ailleurs) la proposition d’écrire « va-s-y », ce qui mettrait la lettre euphonique entre traits d’union comme dans « va-t-il ».
Mais autant parler aux murs du Quai Conti. L’Académie ne va pas renier une aberration qui a fait ses preuves en trompant des générations d’écoliers (et d’étudiants étrangers en FLE) sur la conjugaison à l’impératif.

le 6 décembre 2020.

Bonjour Marine,

Le « t » qui résulte de l’élision du pronom « toi », après un verbe à l’impératif ayant pour complément « en » ou « y », est précédé d’un trait d’union mais suivi d’une apostrophe :

Si tu n’as plus rien à faire, va-t’en.        + pas de s. 
Remets-t’en au destin.    + un s.  

Prince Grand maître Répondu le 6 décembre 2020

Super, merci beaucoup pour vos retours.

MarineC69 Érudit Répondu le 11 décembre 2020
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.