Usage réfléchi du verbe ouvrir avec l’auxiliaire avoir

Bonjour,

Dans Sous le soleil de Satan de Bernanos, je lis la phrase suivante :

« — Elle s’a ouvert la gorge avec un rasoir… »

C’est la version que donnent La Pléiade 1961 (où se trouvent quelques coquilles) et Wikisource.

Je ne trouve nulle part cet usage du verbe ouvrir… S’agit-il d’une coquille ou est-ce un usage correct ?

Vous trouverez facilement la phrase en question dans votre édition, elle précède immédiatement la lettre qui clôt la deuxième et avant dernière partie du roman : « La tentation du désespoir.

Merci d’avance !

Pierre

PierreCaillou Membre actif Demandé le 10 octobre 2021 dans Conjugaison

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

2 réponse(s)
 

Ce n’est évidemment pas une coquille quand on connaît la très grande qualité de La Pléiade ! Dès 1961, elle devient la référence…

Prince Grand maître Répondu le 10 octobre 2021

Ce n’est pas une coquille car,  outre la raison indiquée, a et est sont trop éloignés l’un de l’autre. 

Prince Grand maître Répondu le 11 octobre 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.