usage inhabituel du conditionnel passé au 17e siècle

Répondu

Faisant des recherches sur la construction du canal du Midi, je consulte fréquemment des textes officiels du 17e siècle : édits, arrêts, baux, etc.
Or je constate souvent qu’il est fait usage du conditionnel passé pour exprimer des faits ou des actions déjà réalisés au moment de la rédaction de l’acte.
Exemple extrait de l’adjudication des travaux du canal (1666) :
« Le Roi, …, ayant fait examiner en son Conseil … les propositions faites à Sa Majesté par M. Pierre Paul Riquet, …, pour la construction d’un canal de communication des mers océane et méditerranée dans la province de Languedoc, Sa Majesté les aurait jugées si avantageuses, …, que pour en connaître les possibilités elle aurait député des commissaires du corps des gens des trois états de ladite province de Languedoc …, lesquels s’étant transportés sur les lieux auraient donnés leur avis de la possibilité de faire ledit canal et de la forme qu’il doit être construit, sur lequel Sa Majesté aurait fait dresser le devis et état des travaux qu’il convient [de] faire pour la construction dudit canal. »
Est-ce un usage commun à cette époque ? Sinon, est-ce un usage protocolaire ? De déférence envers le Roi ? Autre raison ?

gaston43 Débutant Demandé le 6 décembre 2019 dans Question de langue
Ajouter un commentaire
4 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Texte très intéressant Prince.
Je pense, Gaston que les conditionnels de l’extrait que vous donnez répond à ceci :

Nous retrouvons dans ces données le basculement observé précédemment au 17èmesiècle. Jusqu’à ce siècle, le CONDPA s’applique le plus souvent à des procès qui sont donnés comme antérieurs à d’autres procès décrits dans le même énoncé.

Extrait de Etude diachronique du conditionnel

C’est moi qui souligne.

Tara Grand maître Répondu le 7 décembre 2019
Ajouter un commentaire

Vous devriez lire ce texte, qui traite du conditionnel passé à partir de son origine (12e s.). Il y est question du CONDIPA au 17e  siècle.  Je n’ai pas tout lu…

Prince Grand maître Répondu le 6 décembre 2019
Ajouter un commentaire

Il semblerait d’après ce texte que « mon » conditionnel soit du type évidentiel ou médiatif, mais ce n’est pas l’objet de cet article et c’est bien vague. Merci pour cette piste.

gaston43 Débutant Répondu le 6 décembre 2019
Ajouter un commentaire

L’étude insérée par Prince dans sa réponse est des plus utiles.
Si elle ne répond pas directement à votre question, elle permet en revanche de préciser :
— que le conditionnel passé (appellation moderne) a perdu assez tôt son statut de mise en rapport chronologique des propositions (suppression de l’antériorité) ;
— qu’à partir du XVIIe siècle, il y a concurrence entre différentes formes composées, sur le plan syntaxique et sémantique ;
— que dans ce contexte, le conditionnel passé perd un temps le lien avec la notion de condition. Dans le chapitre 1.3 (exemple 7, sur Plotin), l’auteur décortique même le sens qui vous intéresse. La valeur de citation d’une autre source non assumée est même parlante et intuitive.

Il faudrait une lecture approfondie et d’autres recherches pour aller plus loin, mais on peut, selon moi, écarter une vision « protocolaire ». On se trouve en face d’une évolution linguistique, certes de courte durée, mais symptomatique d’une époque où le français se fixe des normes, parfois au milieu de conflits difficilement perceptibles depuis notre époque.

Chambaron Grand maître Répondu le 6 décembre 2019
Ajouter un commentaire
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.