type de relative et position de l’adjectif par rapport au nom

L’acmé de cette insensée course-poursuite démontre la témérité d’un flic, dont la came est de pister des stupéfiants appâtés par le fric.

1) Est-ce que la relative « dont la came est de pister des stupéfiants appâtés par le fric » est bien explicative comme je le pense (pour statuer sur la virgule) ?

2) J’hésite parfois sur la position du nom et de l’adjectif quand j’écris. Dans cette exemple, on pourrait écrire  :
– cette insensée course-poursuite
– cette course-poursuite insensée
J’avais également écrit dans une critique :
– L’amoral récit d’un yakuza existentialiste…
Aujourd’hui, j’écrirais plus :
– Le récit amoral d’un yakuza existentialiste…
J’avais longuement hésité sur :
– Une étrange maladie
– Une maladie étrange
J’avais trouvé quelques explications sur un autre site, mais celui-ci (http://www.connectigramme.com/place-adj.html/place-adj.html) explique aussi la place des adjectifs qualificatifs.
Mal positionner un adjectif par rapport à son nom constitue-t-il véritablement une faute de grammaire ? Est-ce que ce n’est pas un peu trop restrictif quant aux nombreuses possibilités qui s’offrent à nous ?

Juliano Grand maître Demandé le 12 août 2018 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

8 réponse(s)
 

Bonjour Juliano,

1) dans cette phrase, je pense que les deux interprétations de la subordonnée (déterminative ou explicative) sont possibles, cependant j’aurais tendance comme vous à privilégier l’explicative, donc la virgule me paraît opportune.

2) malgré les tentatives de rationalisation, il reste de nombreux cas où la position de l’adjectif reste très subjective. Ici je pense que je dirais plutôt cette course-poursuite insensée (cette insensée course-poursuite sonne un peu comme un anglicisme à mes oreilles — « Vous ne dites-pas ? moi j’utilise de la bouillante eau, je trouve que ça donne un exquis goût à tout » – R. Goscinny). Mais quoi qu’il en soit, je ne pense pas que le choix de la position de l’adjectif puisse être considéré comme une faute de grammaire.

ChristianF Grand maître Répondu le 12 août 2018

Bonjour,

Que peut bien signifier : « dont la came(?) est de pister des stupéfiants(sic) appâtés par le fric.» ?

czardas Grand maître Répondu le 13 août 2018

Bonjour, Christian.

1) Je suis d’accord et en plus la virgule permet de faire une pause dans la phrase. J’avais finalement plus un petit doute quant au fait que cette relative se rapporte bien au nom « flic » et non au COD entier « la témérité d’un flic » avec l’emploi de la virgule.

2) Très souvent, les adjectifs plus longs que le nom se place après lui, ce qui n’est pas le cas de mon exemple. Je me demande si justement le fait de qualifier cette course-poursuite n’est pas appréciatif (donc adjectif à placer avant le nom), le choix d’un adjectif pour qualifier un nom me semble même quasiment toujours relever d’une appréciation. En même temps, je suis d’accord que dire cette course-poursuite insensée sonne mieux.
C’est vrai qu’avec certains adjectifs, il y a de quoi s’arracher les cheveux pour savoir exactement où les placer, donc si ce n’est pas vraiment une faute de grammaire, ça arrangera beaucoup de monde.

Juliano Grand maître Répondu le 13 août 2018

Bonjour,

Considérons les deux phrases suivantes:

• Les enfants, qui n’écoutaient pas, n’ont rien compris.

• Les enfants qui n’écoutaient pas n’ont rien compris.

Dans le premier cas on considère l’ensemble des enfants dans sa globalité. La relative peut donc être supprimée sans nuire au sens de la phrase (l’information donnée est bien les enfants n’ont rien compris). Cette relative qui  a pour but d’apporter une information supplémentaire est appelée explicative.

Dans le second cas  la relative met en opposition deux groupes distincts d’enfants : ceux qui n’écoutaient pas et les autres, plus studieux, qui suivaient attentivement. Seuls les premiers cités sont concernés.Supprimer ici  la relative reviendrait alors à dire qu’aucun enfant n’a compris. C’est pourquoi on dira que cette relative est restrictive ou déterminative, puisqu’elle permet de déterminer l’antécédent pour l’identifier avec précision. Seule l’interprétation contextuelle est à même de mettre au clair cette distinction.

Dans votre phrase, je cherche vainement l’antécédent du relatif dont.

Par exemple:

La maison dont la toiture est en réfection appartient à mes grands parents.

Dont : pronom relatif, qui a pour antécédent maison. Complément déterminatif de toiture.

czardas Grand maître Répondu le 13 août 2018

Bonjour, czardas.

Je comprends bien votre exemple, mais je ne vois pas comment vous pouvez avoir du mal à trouver l’antécédent dans ma phrase. Pour moi, le pronom relatif sert à introduire un complément d’explication sur ce flic. Si on coupe la phrase après flic, elle conserve un sens. Diriez-vous que la syntaxe est fautive ?

Juliano Grand maître Répondu le 13 août 2018

Czardas,

Ex : Ma came, c’est toi. Il me semble facile de comprendre que l’on pourrait remplacer le mot « came » par « drogue », afin d’exprimer une addiction, une occupation récurrente.  Pister (par extension) : suivre une personne en la surveillant discrètement.  Appâtés par le fric = appâtés par le gain.

Par contre, je pensais bêtement que stupéfiant pouvait aussi qualifier un trafiquant de drogue, mais effectivement pas du tout. Il faut donc remplacer « stupéfiants » par « trafiquants » ou « bandits » pour que cela fonctionne : Un flic dont la came est de pister des trafiquants appâtés par le fric.

Ce que l’on pourrait aussi écrire de la manière suivante : Un flic dont l’occupation récurrente est de suivre des trafiquants appâtés par le gain en les surveillant discrètement.
Je mets en lumière un comportement type du policier, tout en utilisant le mot « came » qui colle très bien au contexte. Le mot « fric » est évidemment choisi pour la rime avec « flic ». Quant au registre, il est familier, mais colle très bien aux personnages du film (trafiquants et policiers).

N.B. : Cette phrase sera reliée au film (French Connection, 1971), pour le contexte.

Juliano Grand maître Répondu le 13 août 2018

Ce que l’on pourrait aussi écrire de la manière suivante : Un flic dont l’occupation récurrente est de suivre des trafiquants appâtés par le gain en les surveillant discrètement.

Cette phrase est à la fois correcte et compréhensible. Pas de virgule précédant dont.

Vous auriez pu écrire simplement :

[…] un flic qui traque avec opiniâtreté de cupides trafiquants de stupéfiants.

czardas Grand maître Répondu le 13 août 2018

[…] un flic qui traque avec opiniâtreté des trafiquants cupides. Je perds le jeu sur le mot « drogue », la rime avec « flic », ainsi que le mot « pister » qui accentue le côté filature.

Je pense clairement qu’il faut reformuler comme ceci, pour que la relative soit bien explicative et puisse être omise en conservant un sens à la phrase :
– L’acmé de cette course-poursuite insensée démontre la témérité de ce flic, dont la drogue est de pister des trafiquants appâtés par le fric.
– L’acmé de cette course-poursuite insensée démontre la témérité de ce flic.
Quelqu’un qui aura vu le film comprendra tout de suite de quel moment et de quel policier je parle.

Vous semblez insister à vouloir utiliser « qui » à la place de « dont », or pour ces mots, la même règle s’applique concernant l’usage de la virgule (http://www.btb.termiumplus.gc.ca/redac-chap?lang=fra&lettr=chapsect6&info0=6.1.2#zz6).

Après, mon doute se porte sur le fait que je ne suis pas persuadé de pouvoir apporter une relative explicative uniquement sur « ce flic » et non pas sur le COD entier « la témérité de ce flic ». Auquel cas, la suppression de la virgule résoudrait le problème pour redonner un sens à la phrase. Je ne veux pas reformuler différemment, je veux juste statuer le type de relative et donc l’usage ou non de la virgule.

Juliano Grand maître Répondu le 13 août 2018
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.