très peu de chose(s)

Bonjour,
je découvre ces deux phrases dans un roman :

« le rapport n’allait pas être facile à rédiger, car ils avaient appris très peu de chose au cours de cette mission »

« en résumé, nous avons découvert très peu de chose »

Je suis très étonné de ce singulier à « chose »…
Je mettrais « choses » car ils ont appris ou découvert plusieurs choses tout de même (même si c’est en quantité faible).
Qu’en pensez-vous ?
Merci et bonne journée !

lealou Débutant Demandé le 24 octobre 2021 dans Accords

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 

Si « peu de chose » signifie pour l’auteur « une chose peu importante », alors il s’agit bien de la locution invariable qui est un pronom nominal indéfini.
En revanche si l’auteur souhaite dire  « un petit nombre de choses », alors « chose » est un nom et se met au pluriel.
Ici l’auteur a choisi de laisser « chose » au singulier car il voulait exprimer le fait qu’ils n’avaient rien appris ou tout au moins « une chose peu importante ».
Le recours au singulier ou au pluriel permet à l’auteur de préciser sa pensée. Le pluriel n’aurait pas été une faute, mais aurait donné un autre sens à la phrase.

PhL Grand maître Répondu le 24 octobre 2021

Bonjour PhL,
Je pense que nous sommes d’accord : les réponses de Prince (« c’est une expression, donc au singulier ») et de Tara (« les choses sont des objets, et comme on n’apprend pas des objets, il faut ici le singulier ») sont des erreurs.
Je suis d’accord avec vos deux première phrases théoriques (choix à faire selon le sens).
Mais je ne suis pas d’accord en l’occurrence avec votre déclinaison pratique de la théorie. La possibilité que vous évoquez d’appliquer le sens « une chose de faible importance » dans les phrases « ils avaient appris peu de chose » ou « nous avons découvert peu de chose » est peu crédible, car « ils avaient appris une chose de faible importance » et « nous avons découvert une chose de faible importance » s’exprimeraient carrément autrement.
Ce n’est pas au prétexte qu’il existe certaines phrases où le singulier serait valide (et l’auteur de la question le sait), qu’on peut affirmer que dans ses phrases, « peu de chose » est acceptable.
— Pour moi, « apprendre peu de choses » s’oppose à « apprendre beaucoup de choses ».
— Pour vous, que signifie « apprendre peu de chose », « je sais peu de chose sur ce sujet » ?
C’est la question de lealou, et il faut de bons arguments, ou de bonnes références à de bons linguistes ou à de bons auteurs pour justifier ce singulier. Développez la possibilité du singulier avec des exemples.

le 24 octobre 2021.

Chaudron a raison (et pour ce qui me concerne j’ai répondu trop vite) et merci à lui pour son exigence.

La BDL précise :
[…]lorsque l’adjectif autre précède immédiatement le nom chose, il ne s’agit pas nécessairement de la locution autre chose. Lorsque l’expression autre chose ne peut être remplacée par quelque chose d’autre, chose demeure un nom féminin et les mots qui s’y rapportent s’accordent au féminin.
Exemples :
Toute autre chose serait bienvenue.
– De quelle autre chose devions-nous discuter?

De même, dans certains cas, l’adjectif quelque précède le nom chose sans pour autant que les deux mots signifient seulement « une chose »; chose est alors un nom féminin et les mots qui s’y rapportent s’accordent au féminin. C’est le cas, notamment, lorsque quelque chose est suivi de que et signifie plutôt « quelle que soit la chose ».
Exemples :
Quelque chose qu’il vous ait dite, je sais qu’il vous a menti.
Quelques choses que Roger vous ait apprises, elles n’étaient sûrement pas aussi surprenantes que celles que je vous apprendrai.
Quelque chose essentielle qui doive être exécutée, elle peut attendre quelques minutes.

L’expression peu de chose n’est pas toujours, elle non plus, un pronom nominal indéfini et neutre. Lorsque peu de chose signifie « un petit nombre de choses » plutôt que « une chose peu importante », le mot chose conserve son statut de nom et son genre féminin et il s’accorde au pluriel. Les mots qui s’y rapportent s’accordent alors au féminin pluriel.
Exemples :
Peu de choses sont aussi essentielles que la nourriture.
– Il apporte peu de choses pour son voyage, puisqu’elles doivent toutes entrer dans son sac.

On voit bien qu’on peut écrire :
Le rapport n’allait pas être facile à rédiger, car ils avaient appris très peu de chose au cours de cette mission
Mais aussi :
Le rapport n’allait pas être facile à rédiger, car ils avaient appris très peu de choses/ très peu de choses intéressantes au cours de cette mission
Il suffit en effet d’ajouter un adjectif pour constater que  « chose » substantif plein est aussi possible que « chose »  quantité indéfinie.

Tara Grand maître Répondu le 25 octobre 2021

« Chose » est ici invariable. Ce nom est à distinguer de « chose » variable (qui a pour synonyme « objet »).
On le rencontre dans des expressions figées comme quelque chose ou peu de chose, être tout chose, avant toute chose, autre chose… et a perdu le sens d’objet. Il désigne une quantité indéfinie.

—>  en résumé, nous avons découvert très peu de chose : l’orthographe est correcte.

Tara Grand maître Répondu le 24 octobre 2021

Bounjour,

On écrit ce genre de locution au singulier.

Dict. de l’Académie française :

Ex.  : Loc. Peu de chose, une chose peu importante. Ne me remerciez pas, c’est peu de chose.   

Prince Grand maître Répondu le 24 octobre 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.