Tout ou Toutes

Bonjour à tous,

J’ai une question concernant l’usage de « TOUT » ou de « TOUTE » dans la phrase suivante: « Que cela soit pour un mandat, un café ou une tout autre opportunité, n’hésitez pas à me contacter. »

Merci beaucoup pour votre aide.

sacha Débutant Demandé le 14 mai 2018 dans Accords

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

5 réponse(s)
 

Bonjour,
Dans votre phrase, « tout » est bien adverbe puisqu’il peut être supprimé sans changer le sens de la phrase.
Vous écrirez donc :
– un café ou une tout autre opportunité

Notez la subtilité :
– C’est une tout autre histoire
– C’est toute une autre histoire
« Tout » reste invariable devant un adjectif masculin lorsqu’il peut être supprimé ou remplacé par « complètement » ou lorsqu’il est devant un adjectif féminin commençant par une voyelle.
Exemples :
– Elle est toute belle (accord, car consonne)
– Elle est tout énervée (invariable, car voyelle)
« tout » s’accorde en genre et en nombre lorsqu’il est suivi d’un nom ou d’un marqueur au pluriel (une, les, mes, vos etc.)

Tony Grand maître Répondu le 14 mai 2018

Pour compléter :
Toute autre personne se serait réjouie. (= N’importe quelle autre personne se serait réjouie.)==> on accorde « tout » qui est ici adjectif indéfini.

joelle Grand maître Répondu le 14 mai 2018

Je suis surprise de la forme « C’est toute une autre histoire ». Je ne l’aurais pas mis au féminin.
Qu’en pensent nos spécialistes ?

Clic Grand maître Répondu le 14 mai 2018

Clic, vous êtes une spécialiste !
Dans l’expression : « c’est toute une histoire » , « tout » n’a pas une fonction adverbiale (il est placé devant un substantif). Il est adjectif indéfini et s’accorde avec histoire. C’est bien le sens de c’est une histoire complète .
Selon le Grand Robert (art. tout) : REM. Dans ce tour, tout renchérit sur le nom attribut et prend le sens de « véritable » plutôt que celui de « entier, intégral ». C’était toute une science […]

Pour ma part, sans polémiquer, je n’emploierai pas l’expression « c’est tout(e) une autre histoire » qui me paraît en effet au mieux redondant au pire fautif ; voilà mes propositions : 
– c’est une tout autre histoire : tout adverbe  supprimable
– c’est toute une histoire : voir le Grand Robert
Toute autre histoire serait inaudible :  N’importe quelle autre personne se serait réjouie.)==> on accorde « tout » qui est ici adjectif indéfini.

le 14 mai 2018.

Merci Joëlle pour votre réponse.
Sans « c’est » devant, aucune hésitation. Ex. : Je lui ai raconté toute une histoire avant de dormir.
Mais dans la phrase en question, il me semble que le sens est différent et l’accord me choque encore (ce qui ne veut pas dire que j’ai raison !).

le 14 mai 2018.

Je pense que vous avez complété votre réponse après mon commentaire. Du coup, je vous suis totalement sur tout ce que vous dites. Ouf, je vais mieux dormir !

le 14 mai 2018.

Merci beaucoup ! J’ai longuement hésité !

sacha Débutant Répondu le 14 mai 2018

Bonjour Sacha, j’ai lu votre question et les réponses qui y ont été apportées et je suis un peu surpris que personne ne vous ait signalé que la tournure de votre phrase ne traduit peut-être pas exactement ce que vous voulez dire :

pour un mandat, un café ou une tout autre opportunité : ou pour une opportunité qui serait très différente d’un café ou d’une question (l’adverbe tout porte sur autre : tout autre = très différent)

pour un mandat, un café ou toute autre opportunité : pour n’importe quelle autre opportunité (l’adjectif toute porte sur opportunité : toute opportunité = n’importe quelle opportunité).

Je peux bien sûr me tromper, mais à bien lire votre phrase, il me paraît plus probable que ce soit plutôt la deuxième idée que vous auriez voulu exprimer (pour un mandat, un café ou toute autre — n’importe quelle autre — occasion).

ChristianF Grand maître Répondu le 15 mai 2018

J’ai un peu de mal à voir la différence entre les deux significations.
Si je reprends ce que vous écrivez : il faut distinguer « une opportunité très différente » (d’un mandat ou d’un café) de « n’importe quelle opportunité » (autre qu’un mandat ou un café) = ???????
Là, les subtilités de la langue française m’échappent.

le 15 mai 2018.

Bonjour Clic, selon ma perception des choses, lorsqu’on prend la peine de préciser tout autre au lieu de juste autre, c’est normalement que l’on veut particulièrement insister sur une différence ou un changement important. Par exemple, imaginez que vous êtes dans un magasin en train d’essayer des chaussures, si la vendeuse vous dit « j’ai un autre modèle à vous proposer », vous vous dites « bof, un de plus » et levez à peine la tête. Mais si par contre elle vous dit « j’ai un tout autre modèle à vous proposer », là vous dressez l’oreille car vous vous attendez à quelque chose de très original ou du moins de très différent de ce qu’elle vous a déjà montré (moi oui, en tout cas… 🙂 ).

Or dans la phrase de Sacha, je ne vois aucune raison de préciser que l’opportunité pourrait être de tout autre nature qu’un café ou un mandat (qui sont déjà elles-mêmes deux choses assez différentes) — à la limite, une personne à l’esprit mal tourné pourrait presque le prendre comme une allusion coquine 😉 … Il me semble beaucoup plus vraisemblable qu’il ait simplement voulu signifier « ou n’importe quel autre motif » et dans ce cas la formulation appropriée est ou toute autre opportunité.

le 15 mai 2018.

Wahou ! C’est subtil, et surtout, la différence ne s’entend pas !
Vous avez complètement raison sur la différence que vous expliquez avec votre exemple. Et, rassurez-vous, moi aussi je réagirais en telle situation car ma curiosité serait émoustillée !
Et, in fine, Sacha n’aurait-il pas voulu, justement, laissé entendre une allusion coquine ? Ne lui cassons pas son effet !

le 15 mai 2018.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.