Temps

Bonjour,
« elle est en retraite en juillet »
Même si juillet est à venir et que le futur n’est pas employé, je pressens confusément que la phrase est tout de même correcte…est-ce que je me trompe? Et si elle l’est, quel est ce temps? (présent pour une certitude et futur pour le repère temps).
merci 🙂
Plume

Plume971efgh Débutant Demandé le 4 avril 2018 dans Conjugaison
8 réponse(s)
 

Bonjour Plume, le temps employé ici est bien le présent, mais il a valeur de futur (généralement proche  mais pas toujours), comme cela s’emploie très souvent en particulier dans la langue parlée, pour renforcer l’idée de certitude ou de décision : demain soir je vais au cinéma, dans dix ans je prends ma retraite et je pars aux Antilles.

ChristianF Grand maître Répondu le 4 avril 2018

Merci beaucoup, mais cette phrase est-elle correcte? Ou bien un abus de langage

Plume971efgh Débutant Répondu le 4 avril 2018

Elle est quasi-correcte. Il manque la majuscule du 1er mot, et un point final :  « Elle est en retraite en juillet. »

e_magnin Grand maître Répondu le 4 avril 2018

Bonjour e_magnin, je pense que la question de Plume concerne spécifiquement l’utilisation dans cette phrase du présent à valeur de futur, plus précisément si cet emploi est correct ou s’il s’agit d’un abus de langage. Je ne sais pas si on peut répondre catégoriquement à cette question. Sur le plan strictement grammatical il s’agit bien d’un « abus » (par définition le présent est utilisé pour décrire une action qui se passe au moment ou l’on parle) mais tellement consacré par l’usage qu’il me semble que personne ne songerait à dire que cet emploi est incorrect, du moins dans la langue parlée (d’ailleurs toutes les grammaires mentionnent l’usage du présent à valeur de futur et à ma connaissance aucune ne le qualifie d’incorrect).

le 31 août 2018.

Mais j’ai écrit trop vite. On est à la retraite, pas « en retraite ». Une armée, elle, peut être en retraite.

Mais lire quand même le blog suivant, qui montre que les choses évidentes peuvent générer de longs débats.

http://jour-mot-notretemps.blog50.com/archive/2013/10/01/q-166101.html

e_magnin Grand maître Répondu le 4 avril 2018

Bonjour.

En dehors du présent qui s’applique à des événements en train de se dérouler (le présent, quoi !), je ne connais que le présent de généralité qui a valeur de passé dans la concordance des temps comme dans la phrase : En 1905, parut un texte fondateur d’Einstein sur la théorie de la Relativité restreinte, théorie qui dit  que  etc.

Il me semble que la phrase  en juillet, elle est à la retraite , pour fréquente qu’elle soit dans le langage parler, est tout de même fautive. Il convient d’écrire, par exemple aujourd’hui : en juillet, elle sera à la retraite.

jbambaggi Grand maître Répondu le 4 avril 2018

Bonjour jbambaggi, je rectifie donc mon commentaire précédent : il me semble que personne, sauf jbambaggi, ne songerait à dire que cet emploi est incorrect… 😉 Plus sérieusement, peut-être me suis -je un peu avancé en disant que toutes les grammaires le mentionnaient, mais le présent à valeur de futur est néanmoins largement référencé en tant qu’emploi stylistique (au même titre que le présent historique), parfois sous la dénomination de présent prophétique (comme ici). Il est par contre bien entendu qu’il s’agit d’une formulation appartenant essentiellement au langage parlé, ce qui n’en fait pas à mon sens un emploi fautif (mais encore une fois, je ne suis pas catégorique sur ce point).

le 4 avril 2018.

À vrai dire, je n’avais pas été catégorique non plus dans l’autre sens, mais il me semblait bien que la tournure était fréquente mais fautive. En fait, cet usage du présent est bien référencé, non seulement sur le site pour lequel vous donnez un lien, mais tout simplement dans Bescherelle : ici.

Dont acte !

le 4 avril 2018.

Bonjour ChristianF.

Désolé d’avoir répondu à côté.

J’ai répondu ainsi, car, trouvant votre première réponse suffisante, j’ai cru que Plume971efgh avait d’autres interrogations .

Je lirai mieux la prochaine fois.

e_magnin Grand maître Répondu le 4 avril 2018

Il s’agit d’un futur proche – répertorié parmi les emplois du présent- qui désigne une action non accomplie. C’est correct mais cette tournure est à réserver pour l’oral. ex : Mon stage se termine vendredi.

A l’écrit, il vaut mieux écrire pour être précis : « Elle sera à la retraite en juillet ou elle prendra / fera valoir ses droits à la retraite en juillet ».

joelle Grand maître Répondu le 5 avril 2018

« Les fautes d’aujourd’hui sont les règles de demain » explique le linguiste Henri Frei dans La grammaire des fautes (1929).
La question est : « Quand commence demain ?  » [Ne répondez pas, c’est une boutade.]

Aussi suis-je curieux : quelles sont les sources indiquant que le présent comme futur proche est à réserver au langage oral ?
Je reconnais que la phrase « Demain, ils attaqueront le palais » sonne mieux que « Demain, ils attaquent le palais ».
Donc, avantage au futur.

Autre argument pour le futur. Prenons la phrase au présent : « Dans deux mois, c’est définitif, Peugeot clôt 150 ans d’histoire industrielle. »
Est-ce moins correct que « Dans deux mois, c’est définitif, Peugeot clora 150 ans d’histoire industrielle. » ?
Oui, sans doute : c’est 20 minutes contre le Monde.
Mais n’est-ce pas plutôt un débat langage courant contre langage soutenu, plutôt que langage oral / écrit ou incorrect / correct ?

Mais, à la défense du présent, l’interrogation « Quand commence demain ? » est plus incisive que  « Quand commencera demain ? » qui nous renvoie effectivement à un futur pas proche du tout.
Il y a donc des fois où le présent s’impose pour le futur proche.

Conclusion : je réfléchirai avant d’utiliser le présent. Mais je ne le rejette pas.
Et pour revenir au début de l’article,  « Elle est à la retraite en juillet. » relève effectivement plus  de l’oral.

e_magnin Grand maître Répondu le 5 avril 2018
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.