Temps du passé dans le récit – Antériorité

Bonjour,

J’ai une question concernant l’emploi des temps dans un récit au passé.

L’auteure utilise le passé simple et l’imparfait pour le récit : elle dépose plainte pour agression.  Cependant, à moment donné, elle sépare les parties de son texte par des étoiles pour faire un flashback – son agression – (dans ce flashback, elle relatera également un autre fait antérieur) pendant plusieurs paragraphes.
Théoriquement, pour exprimer l’antériorité des faits, il faudrait raconter le récit en utilisant le plus-que-parfait et autres temps du passé (comme le conditionnel pour exprimer un futur), n’est-ce pas ?

Or, elle continue à raconter ce récit antérieur au passé simple et même au passé composé (??).

Merci de votre éclairage.

SandrineDC Érudit Demandé le 23 juillet 2020 dans Conjugaison

Bonjour

« elle dépose plainte pour agression.  Cependant, à moment donné, elle sépare les parties de son texte par des étoiles pour faire un flashback »

Pardon, je n’ai vu de passé simple ni d’imparfait dans cette phrase

Edwin

le 23 juillet 2020.

Oui, désolée, je suis allée très vite. Non bien entendu, ce n’est pas la phrase !!! C’est juste la situation : elle dépose plainte dans le commissariat.

le 23 juillet 2020.
2 réponse(s)
 

Merci Tara pour cette « longue » explication, mais je n’ai rien demandé sur l’astérisque. ma question relève bien de l’emploi des temps dans le récit.

SandrineDC Érudit Répondu le 23 juillet 2020

J’entends bien, Sandrine mais j’ai écrit :  [..] elle se dispense ensuite des règles courantes, notamment de l’utilisation des temps qui conviennent à un retour en arrière.
Je vais donc répondre plus directement : de façon classique oui, quand on fait un retour en arrière, il convient, dans un récit au passé (avec donc pour point de référence le passé simple ou l’imparfait), d’utiliser le plus que parfait et dans certains cas le passé antérieur.
Mais : même sans souligner l’antériorité par des moyens explicites comme les indicateurs temporels et les temps, il est possible de faire comprendre à son lecteur comment il traite la chronologie et se situe sur l’axe du temps (et l’utilisation de astérisques est incorrecte).
C’est alors par des indices jouant sur le sens et le bon sens que le lecteur devine alors que le récit rapporte des événements plus anciens, antérieurs à ceux qu’il vient de lire.
Autrement dit le fait d’utiliser des astérisques ne la dispense en aucune façon d’utiliser les temps adéquats dont vous parlez ou d’autres procédés narratifs corrects.

le 23 juillet 2020.

Je crois bien que votre écrivaine a inventé un nouveau sens au signe typographique de l’astérisque.
Et qu’elle se dispense ensuite des règles courantes, notamment de l’utilisation des temps qui conviennent à un retour en arrière.
Les astérisques -autant que je sache- n’indiquent pas un retour en arrière.

  • L’astérisque est parfois utilisé pour masquer un nom propre ex : M. V*
  • L’astérisque peut également indiquer la tomaison d’un livre   Le grand Robert de la langue française** (= deuxième volume)
  • On peut séparer des paragraphes ou des parties de teste par un astérisque ou un ensemble de trois astérisques disposés en forme de triangle et situés au centre de la page.
  • on se sert aussi de l’astérisque comme symbole mathématique de multiplication. ex : – 4 * 3 = 12
  • L’astérisque peut indiquer un appel de note,

En linguistique : il  peut jouer différents rôles dans les ouvrages de linguistique. En général, les auteurs de dictionnaires ou de grammaires qui l’utilisent décrivent la signification qu’ils lui confèrent dès le début de leur ouvrage.

On l’emploie alors :

  • avec le rôle de renvoi avec le sens « voir ce mot ».Il nous invite alors à consulter l’article consacré à ce mot pour y trouver des renseignements complémentaires.
  • pour souligner qu’une forme est fautive
  • pour indiquer qu’un mot commence par un h aspiré, lequel interdit la liaison et l’élision avec le mot qui le précède.
  • pour indiquer que cette forme est hypothétique, non attestée dans les dictionnaires,

Ceci étant dit, on peut très bien procéder à des décrochages dans le récit; je veux dire qu’on peut changer de point repère et mélanger la chronologie.
Il me semble cependant qu’un bon écrivain n’a pas besoin d’inventer des signes pour faire comprendre à son lecteur de quelle façon il le promène sur l’axe du temps. Il suffit d’utiliser les ressources de la langue.
Même sans souligner l’antériorité par des moyens explicites comme les indicateurs temporels et les temps, c’est possible, avec un peu talent sans doute.
Mais ai-je bien compris votre question ? et surtout, ma réponse vous satisfait-elle ?
 

 


Tara Grand maître Répondu le 23 juillet 2020
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.