« s’y sont opposé » ou « s’y sont opposées »

Bonjour à toutes et tous,

Malgré mes recherches et mes lectures des différentes (nombreuses et complexes) règles gouvernant les verbes pronominaux, je me retrouve à ne savoir quelle solution appliquer à une phrase.

« Nabat a aussi voulu jouer avec nous ; moi j’étais d’accord, mais mes copines s’y sont opposées. »

Dans cette phrase, je ne sais s’il faut accorder le pp  « opposé » ou non.
Mon raisonnement initial est que le pronom « s' » est ici un COI donc « opposé » ne devrait pas s’accorder…

Quelqu’un aurait-il une maîtrise nécessaire en la matière?

Merci d’avance pour vos réponses.

PrinceV

PrinceV Membre actif Demandé le 28 janvier 2020 dans Conjugaison
7 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Bonjour,
Soyez le bienvenu ! 

Elles  ont opposé (au sens de « placer quelqu’un pour faire barrage ») qui ? se, mis pour elles,  complément d’objet direct placé avant le participe passé. ==> Elles s’y sont opposées.

Cordialement

Prince Grand maître Répondu le 28 janvier 2020

Je tente un autre truc :
Lorsque le pronom est réfléchi ou réciproque et qu’il est COD, il est possible de mettre au passif :

Elle s’est lavée = Elle a été lavée par elle (formulation certes non usitée, mais sémantiquement correcte).
Amélie et Émilie se sont regardées = Amélie a été regardée par Émilie / Émilie a été regardée par Amélie.

(Faute de COD), cette passivation n’est pas possible avec s’opposer à :
Mes copines se sont opposées à ce que Nabat joue avec nous : Mes copines ont été opposées par mes copines à ce que Nabat joue avec  nous.

phil-en-trope Grand maître Répondu le 29 janvier 2020

Bonjour à toutes et tous,

Je vous remercie pour le temps et les nombreuses réflexions engagés pour ma question.

En vous souhaitant une belle continuation,

PrinceV

PrinceV Membre actif Répondu le 31 janvier 2020

Elles se sont opposées : auxiliaire être > le participe passé s’accorde avec le sujet.
Après, on peut ajouter un COi si on veut  : Elles se sont opposées à cette solution.

Reste à pronominaliser le Coi et on obtient votre phrase : elles s’y sont opposées.

Tara Grand maître Répondu le 28 janvier 2020

J’aboutis à la même conclusion que Prince : le participe s’accorde, en revanche je ne fais pas la même analyse.

Il me semble en effet que s’opposer à est un pronominal subjectif (ou non réfléchi ou encore idiomatique), autrement dit, le pronom se n’est pas analysable (et  n’est donc pas COD), auquel cas, le participe s’accorde avec le sujet.

phil-en-trope Grand maître Répondu le 28 janvier 2020

Se n’est pas inanalysable ici, selon l’auteur de l’excellent  site Parler français et le non moins excellent Prince.  (!)  🙂

le 28 janvier 2020.

Dans cette phrase, oui, se ne peut pas être analysé : Ces meubles se sont bien vendus.

le 28 janvier 2020.

Bigre, en voilà deux arguments de poids !
Alors, disons les choses autrement, le COD, c’est un patient = celui qui subit l’action, n’est-ce pas ?
En quoi les copines subissent-elles l’action de opposer ? Ne sont-elles pas uniquement agent de cette opposition  ?
(Dans votre exemple, Ces meubles se sont bien vendus, le pronominal a encore une autre valeur : c’est un pronominal de sens passif ; contrairement à la phrase objet de ce fil, le sujet grammatical n’est pas agent du procès, mais il est vrai que pour ces pronominaux, le pronom se est également inanalysable.)

le 28 janvier 2020.

Plutôt que d’enchaîner les votes négatifs (ah, tiens, un a été supprimé), il me semble qu’il serait plus mature, plus intelligent, plus constructif d’opposer des arguments valables (se contenter de dire que Truc et Bidule, aussi excellents soient-ils, analysent le pronom comme un COD n’en est pas un) aux miens (qui pour l’heure me paraissent justes).
Personnellement, je reste sur ma faim. Je suis prêt à changer d’avis, mais sans argument(s), ça me parait difficile.

le 28 janvier 2020.

Nabat a aussi voulu jouer avec nous ; moi j’étais d’accord, mais mes copines s’y sont opposées.

On peut substituer à « s’opposer » un autre verbe :
Nabat a aussi voulu jouer avec nous ; moi j’étais d’accord, mais mes copines y ont fait obstacle/l’ont empêché.

Je suis d’accord avec vous, pour dire que s’opposer est un pronominal subjectif, mis-en-trope. Le pronom est donc ici inanalysable. Il fait partie du verbe qui, sans lui , a un autre sens :
Mes copines opposent un refus à notre proposition .
Le match oppose mes copines aux tiennes.

Comme par exemple est subjectif  « s’apercevoir » au sens de « se rendre compte ».

Tara Grand maître Répondu le 30 janvier 2020

Oui Tara, l’existence de synonymes non pronominaux est une excellente façon de montrer que le pronom dit réfléchi ne l’est pas dans le cas présent (pas plus qu’il n’est réciproque).

le 30 janvier 2020.

Bonsoir,

Objet : Raison de l’accord au fém. plur. du PP dans  « Nabat a aussi voulu jouer avec nous ; moi j’étais d’accord, mais mes copines s’y sont opposées ».

Au préalable, je  tiens à te dire que ce passage d’un de tes messages est injustifié et discourtois à mon égard :
Plutôt que d’enchaîner les votes négatifs (ah, tiens, un a été supprimé), il me semble qu’il serait plus mature […]

Sur le fond,  j’ai consulté l’Académie française  sur la raison de l’accord de opposées (au fém. plur donc). Je lui ai exposé que je pensais que le pronom se était analysable et C.O.D.  alors que l’on m’opposait le contraire*.

PatrickVannier, agrégé de grammaire, chef du service du Dictionnaire de l’Académie française m’a répondu ceci :

« Rép : D. 1181
aujourd’hui à 16 : 52 Madame, Monsieur,

Vous avez raison, pour les motifs exposés dans cette lettre.

Cordialement,

Patrick Vannier

*Message d’origine :

[…]La raison de cet accord :  je prétends que se est analysable. ==> ont opposé qui ? Se (elles)==> se est donc C.O.D. antéposé ==> y sont opposées.
D’autres estiment que se est inanalysable et que c’est pour cette raison que le participe s’accorde avec le sujet.
Je souhaiterais avoir votre position sur la RAISON motivant l’accord d’ opposées, qui est correct de toute façon.

Merci beaucoup d’avance. »

Prince Grand maître Répondu le 4 février 2020

Bel exemple d’argument d’autorité, efficacité nulle. 🙂

Mais tout ça n’est pas très important et d’autant moins en l’espèce que si l’analyse est stimulante intellectuellement, la conclusion n’a pas d’incidence sur l’accord.

(Quant au passage de mon commentaire que tu juges discourtois, s’il t’a blessé, ce n’était pas mon intention et j’en suis bien désolé, mais il est parfaitement neutre et plein de bon sens : un vote n’est pas un argument, c’est juste une opinion, et abuser du petit bouton vote peut marquer une certaine immaturité voire une immaturité certaine. Par ailleurs, il était adressé aux votants et non à toi, évidemment si tu étais l’un des ou les votants, il t’était adressé. 😀 )

le 4 février 2020.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.