Sujet – verbe

Bonjour,

J’édite sur des textes présentant des branches comme la physique, l’histoire, etc. Le rédacteur propose des formules telles que « La philosophie étudie les thèses des penseurs du passé » ou « le génie électrique vise à comprendre l’électricité… ». Ces formulations me gênent, car j’ai l’impression qu’une branche « n’étudie » pas ou ne « vise » pas quelque chose… Il s’agit de verbes que j’attribuerais à des personnes et non à des branches… Ai-je raison, et si oui, sur quelle règle grammaticale puis-je me baser pour confirmer ce sentiment? Merci beaucoup de votre réponse

flomu Débutant Demandé le 15 janvier 2020 dans Question de langue
Ajouter un commentaire
2 réponse(s)
 

Bonsoir, 

La physique ou un secteur de la physique  étudie …  C’est correct.

L’Académie française, par exemple, donne cette définition :

« Physique atomique. Physique nucléaire, qui étudie en particulier le noyau de l’atome. Physique des particules, voir Particule (on dit aussi Physique des hautes énergies). Physique des solides, qui traite de la structure et des propriétés des solides. Physique des gaz, des liquides, des fluides. Physique de la matière condensée, qui étudie, à des échelles diverses, tous les états de la matière entre les liquides et les solides. Physique des plasmas. »

En revanche, la physique, la philosophie, l’histoire ne sont pas des branches. La physique est une science ; la philosophie et l’histoire sont des disciplines. Une branche est un secteur, un domaine d’une science, d’une discipline. Par ex., a physique nucléaire est une branche de la physique.

Dictionnaire de l’Académie française, article « Branche » :
« Chacun des domaines, des secteurs d’activité qui constituent un ensemble. Les branches de l’enseignement. Les diverses branches des mathématiques, de la physique, de la biologie. La sidérurgie est une des grandes branches de l’industrie. »

Il convient de distinguer le tout et les parties. 

 

 

Prince Grand maître Répondu le 15 janvier 2020
Ajouter un commentaire

Bonjour,

Ce n’est pas une question de grammaire, c’est une question de sémantique (sens des mots). Il faut donc consulter les dictionnaires.

Si par exemple on consulte Wiktionnaire, on constate que cet emploi de étudier est attesté :

(Transitif) Faire l’objet de son étude, en parlant d’un domaine d’étude.

    • Les traités de phytogéographie étudient en général l’action du milieu sur la répartition des plantes. — (Henri GaussenGéographie des plantes, Armand Colin, 1933, p. 5)

 

Ou encore le TLFi, qui signale souvent la qualité (animé ou inanimé) des sujets et compléments d’objet,  et qui indique bien cette possibilité d’un sujet inanimé pour viser à :

    1. [Le suj. désigne un inanimé] Avoir pour effet, pour fin de. Synon. tendre à.

 À l’heure qu’il est, toute littérature qui vise à donner aux hommes autre chose que du pain, on l’exploite pour démontrer qu’ils peuvent très bien se passer de pain (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 408).

Cela dit, je ne suis pas bien certain que Le génie électrique vise à comprendre l’électricité soit un énoncé très sensé. 
 

phil-en-trope Grand maître Répondu le 16 janvier 2020
Ajouter un commentaire
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.