Subjonctif/Indicatif

Bonjour,

Pouvez-vous m’indiquer quelle est la bonne formulation entre les deux phrases suivantes ?

Je doute que le commandant soit aussi attentionné qu’il ne le prétend.
ou
Je doute que le commandant soit aussi attentionné qu’il ne le prétende.

1) Mon doute porte sur le temps relatif à « prétendre ». Même en basculant sur un autre verbe, je n’arrive pas à me décider.
2) Il me semble que le « ne » est facultatif (explétif)

Merci de votre aide.

Bon dimanche

Karapuce

Karapuce Amateur éclairé Demandé le 14 mai 2017 dans Conjugaison

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 

Bonjour,

On emploie obligatoirement le subjonctif dans la proposition subordonnée complétant les verbes qui expriment la volonté , l’effort, l’ordre, le conseil , la défense, le consentement, l’empêchement , l’obligation, le désir, le souhait, l’attente et le doute.

Je doute fort que vous puissiez  réussir.
Je doutais qu’il fût chez lui à cette heure.

Le ne explétif figure dans la subordonnée si le verbe douter est accompagné lui-même d’une négation.

Je n’en doute pas que vous n’en demeuriez d’accord.

Écrivez : « Je doute que le commandant soit aussi attentionné qu’il le prétende

czardas Grand maître Répondu le 14 mai 2017

Bonjour Karapuce,

– Le verbe douter impose l’emploi du subjonctif (ou du conditionnel) dans la subordonnée : Je doute que le commandant soit aussi attentionné.

À la forme pronominale en revanche, se douter que est suivi de l’indicatif ou du conditionnel : je me doute qu’il est intentionné.

Mais la locution aussi que n’exige le subjonctif que si elle prend le sens de si que.
Quand elle exprime une comparaison, c’est l’indicatif qu’on utilisera : Je doute que le commandant soit aussi attentionné qu’il  le prétend.

– Le ne explétif ne s’emploie (facultativement) après le verbe douter que s’il est à la forme négative ou à la forme interrogative :
Je ne doute pas qu’il ne vienne, mais je doute qu’il vienne.
Doutez-vous que le moment ne soit venu ?

Cette question se posait donc pour l’emploi éventuel du ne explétif avant soit : je doute que le commandant soit  mais je ne doute pas que le commandant ne soit.

Après un adverbe de comparaison on peut utiliser le ne explétif sauf si cet adverbe exprime une égalité (aussi que) : Je doute que le commandant soit aussi attentionné qu’il  le prétend.

PhL Grand maître Répondu le 15 mai 2017

Merci pour votre aide Czardas.

Bonne soirée

Kapacuce

Karapuce Amateur éclairé Répondu le 14 mai 2017

Bonjour Phl,

Merci pour votre explication (Du fait de la comparaison, je retiens donc l’indicatif pour « prétendre »).

« Je doute que le commandant soit aussi attentionné qu’il  le prétend. »

J’en profite pour remercier toutes les personnes qui apportent leur contribution à ce forum.

Karapuce.

Karapuce Amateur éclairé Répondu le 15 mai 2017
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.