Subjonctif Imparfait à l’oral

Bonjour,

Jusqu’à peu, je ne connaissais pas ce temps. Je me suis posé la question quand j’ai utilisé « bien que » après un verbe déjà conjugué à l’imparfait. Ma question, qui sans doute vous paraîtra idiote ou évidente, est la suivante : Puis-je utiliser ce mode et ce temps à l’oral. il est dit sur internet que c’est un temps « littéraire ». Alors je me demande si cela ne semblerait pas ridicule en parlant normalement. Puis c’est peu commun et cela pourra attirer l’attention…

je vous remercie d’avance et vous souhaite une bonne journée 🙂

90umut Débutant Demandé le 17 octobre 2020 dans Conjugaison
2 réponse(s)
 

Vous écrivez : « Je me suis posé la question quand j’ai utilisé « bien que » après un verbe déjà conjugué à l’imparfait.  »
À l’oral comme à l’écrit, dans le langage moderne, l’imparfait du subjonctif n’est plus guère employé.
Son usage n’est pas « ridicule » comme vous dites, mais il peut paraître affecté, ou même vous faire passer pour quelqu’un de prétentieux.
Dans le cas que vous citez, il est préférable d’employer le subjonctif présent :
Il insistait, bien que tout le monde soit contre cette idée. 

CATHY LÉVY Grand maître Répondu le 19 octobre 2020

Bonsoir,

On peut dire qu’à l’oral le subjonctif imparfait est rare, sauf peut-être certaines formes, comme celles d’avoir et d’être  ou la 3personne du singulier des autres verbes. Parmi les expressions particulières, fût-ce, ne fût-ce que et plût au ciel ont encore  quelque  vitalité à l’oral.

Bref, la langue parlée ordinaire a perdu à peu près l’imparfait et le PQF  du subjonctif, sauf dans le Midi.
Grevisse a même écrit : « Dans la langue parlée, et même dans la langue écrite ordinaire, le subjonctif a trois temps : le présent, le passé et le passé surcomposé*. » 

On ne parlera pas de langue parlée ordinaire pour quelques personnes habituées à discourir en public : Il fallait que les Nations unies installassent une force (Mitterrand, interviewé à la télévision).

Pour la petite histoire, de Gaulle , en prononçant ses discours, remplaçait par des subjonctifs prés. les imparfaits du texte communiqué aux journalistes.

* (Je suis parti avant qu’il ait eu fini de manger : on insiste sur l’idée d’achèvement.)
Alors que « dans la langue écrite, et surtout dans la langue littéraire, le subjonctif a quatre temps : le présent, le passé, l’imparfait et le plus-que-parfait. Leur usage dans les propositions est régi par ce que l’on appelle la concordance des temps. »

Prince Grand maître Répondu le 18 octobre 2020

Réponse très précise et très claire, Prince.

le 18 octobre 2020.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.