« Subjonctif » et « auto »

Répondu

Rebonjour,
J’ai deux nouvelles interrogations.

1) Dans une phrase peut-on mettre deux verbes au subjonctif à la suite ? Car je ne sais pas laquelle est correcte dans les deux suivantes :
– A moins que ce soient tes frère et sœur qui aillent en France
– À moins que ce soient tes frère et sœur qui vont en France

2) J’ai vu sur le blog de Guillaume Terrien qu’il ne fallait pas mettre de trait d’union avec le préfixe « auto » sauf lorsqu’il était suivi d’un « u » ou d’un « i ».
Exemples :
– Autoportrait
– Autoorganisation
– Auto-intoxication etc.
De ce fait, on peut écrire également :
– Une autoécole / Des autoécoles
Aussi surprenant que cela puisse paraître.
Qu’en pensez-vous ?

Cyril17 Grand maître Demandé le 7 janvier 2018 dans Accords

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

5 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Question 2 : la disparition de la division (trait d’union) est devenue la règle dans le cas du préfixe  « auto », sauf
– lorsque le mot auquel il est accolé commence par un « i » ou un « u », auquel cas le trait d’union est obligatoire.
– lorsque le mot « auto » renvoie non pas au préfixe latin mais est un abrégé d’automobile, auquel cas il s’agit d’un mot composé : auto-école doit prendre le trait d’union (ce n’est pas une école qui apprend elle-même mais une école où l’on apprend à conduire une automobile).
– lorsque le mot qui suit auto commence par une voyelle autre que « i » ou « u », le trait d’union n’est pas obligatoire mais est admis (et, pour moi, préférable). Mais, sur ce dernier point, l’office québécois de la langue française est plus restrictif et ne le recommande que dans la répétition de la même lettre (auto-orientation).
L’office en question publie un tableau récapitulatif très bien fait : http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?t1=1&id=4336

Question 1 : je ne vois pas pourquoi le subjonctif ne serait pas mis aussi dans la proposition relative : sa véracité dépend de celle à laquelle elle se rapporte et donc : « À moins que ce ne soient tes frère et soeur qui aillent en France ». Mais pourquoi ne pas mettre : « Sauf si c’est (ou ce sont) ton frère et ta soeur qui vont en France »  (en évitant au passage le « tes frère et soeur » assez inélégant) ?

jbambaggi Grand maître Répondu le 7 janvier 2018

Merci pour votre réponse Jbambaggi. Je ne savais pour « auto » abréviation d’automobile

le 7 janvier 2018.

Néanmoins, je viens de voir sur votre lien que l’exemple pour « auto » s’appliquer seulement lorsque « auto » est le second élément. Or, dans « autoécole », il est en premier. Je suis assez réticent là ..

le 7 janvier 2018.

Question 2 :
Les rectifications de l’Académie de 1990 préconisent – sans l’imposer – la soudure pour de nombreux mots, soit nommément désignés (environ 180), soit comme règle générale pour les nouveaux mots. Voici le texte  exact :
Règle A3 : Le trait d’union est remplacé par la soudure dans les composés d’éléments savants, en particulier en -o (ex. : autoécole sur le modèle de radioactif)N.B. Le trait d’union est maintenu dans les noms propres et termes géographiques où il sert à marquer une relation de coordination entre les deux termes (ex. : gréco-romain).

Mon sentiment :
Règle qui ne fait que prolonger et systématiser le mouvement ancien de soudure des mots composés. C’est simple et de bon goût. C’est une règle que j’applique systématiquement en correction.
Le risque de mauvaise lecture n’existe pas avec auto- car le seul cas viendrait des combinaisons o-u (lue ou à tort) et o-i (lue oi à tort), mais seul le mot  auto-intoxication semble exister. On peut garder le trait d’union sans souci. Quant à la combinaison o-o, elle existe couramment avec d’autres préfixes : coordination, cooptation, microorganisme, etc. 

Chambaron Grand maître Répondu le 7 janvier 2018

Je vous remercie pour votre analyse Chambaron. Vous confirmez bien ma pensée 🙂

le 8 janvier 2018.

1. Rien n’interdit deux subjonctifs dans une phrase :
– À moins que : probabilité
– qui aillent : concordance des temps
À moins que ce soient tes frère et sœur qui aillent en France.

2. Le trait d’union est aussi préférable lorsque le second élément commence par un o.
Auto-organisation.

jean bordes Grand maître Répondu le 7 janvier 2018

Merci pour votre réponse Jean Bordes.
Quant au trait d’union lorsque le second élément commence par « o », Guillaume Terrien, champion de France d’orthographe indique qu’il ne faut pas de trait d’union. Après, cela doit dépendre du sentiment de la langue de chacun 🙂

le 7 janvier 2018.

Pour vous répondre sur auto-école : le cas n’a que peu à voir avec le préfixe « auto ». Un peu à voir parce que le « auto » d’auto-école vient d’automobile (=mobile par elle-même) ; mais est différent parce que, dans ce cas, il ne signifie pas du tout « par soi-même », « par lui-même », comme dans auto-évaluation. Le nom complet était « véhicule automobile », devenu « automobile » puis « auto ». Donc, dans ce cas, il s’agit des règles de  formation des mots composés de deux substantifs et non de celles de la formation d’un mot avec préfixe accolé.
En fait, c’est exactement la même chose chose dans « siège-auto ». Cela suffit à justifier le trait d’union et la raison du site OQJF (parce que placé après) est au minimum inutile.

jbambaggi Grand maître Répondu le 7 janvier 2018

Merci pour cette réponse très claire.
Je suis surpris pour autoécole : même si, d’après les informations que vous donnez, le trait d’union reste licite, il n’est plus très « tendance ». Sauf qu’on ne « voit » plus que « auto » n’est pas un préfixe mais un substantif. Mais comme, visiblement, la formation des mots composés se fait désormais sans trait d’union en dehors de cas qui créeraient une difficulté de lecture, accolons…

jbambaggi Grand maître Répondu le 8 janvier 2018

Bah, autocar, autobus, on s’y fera. Le fait de débarrasser la langue d’incertitudes arbitraires est nettement plus important selon moi que des spéculations parfois hasardeuses. Il s’agit là seulement d’orthographe d’usage pour laquelle les dictionnaires diffèrent souvent. Un peu d’homogénéité ne nuit pas…

le 8 janvier 2018.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.