Subjonctif, encore et toujours …

Voici un extrait issu du Voyage au bout de la nuit de Céline :

« Que jamais surtout on ne retourne à ces temps abominables, aux temps sans miracle, aux temps d’avant qu’on se connaisse et qu’on se soit admirablement retrouver ! »

Pourquoi Céline emploie-t-il ici le subjonctif ?

DBUDLA223 Maître Demandé le 6 janvier 2022 dans Général

retrouvés* pardon

le 6 janvier 2022.

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

2 réponse(s)
 

Que (qu’)  en début de phrase entraîne le subjonctif notamment pour marquer le souhait, l’indignation, etc.
ex. :  Qu’on sache bien que ne céderai pas.

Prince Grand maître Répondu le 6 janvier 2022

Cf, Le subjonctif, édition Duculot.

le 6 janvier 2022.

« Que jamais surtout on ne retourne à ces temps abominables, aux temps sans miracle, aux temps d’avant qu’on se connaisse et qu’on se soit admirablement retrouvés ! »

Bescherelle dit :
La locution conjonctive « avant que » est construite avec le présent du subjonctif puisque l’événement à venir constitue une visée, un but à atteindre et n’existe pas dans la réalité au moment où l’on en parle. La phrase appelle alors un temps représentatif de cette éventualité, qui est donné par le mode subjonctif.

Il serait plus juste de dire  :
La locution conjonctive « avant que » est construite avec le présent du subjonctif puisque l’événement à venir constitue une visée, un but à atteindre et n’existe pas dans la réalité donnée dans la principale.*
Ici : « se connaître » et « se retrouver » sont postérieurs au vœu émis : « que jamais on ne retourne » (présent du subjonctif)
= —> je ne veux pas qu’on retourne à ces temps…. avant qu’on se connaisse et qu’on se soit…retrouvés

*Car au passé :
Je ne voulais pas qu’on retournât… avant qu’on se connût et qu’on se fût : ici, les faits « se connaître » et « se retrouver » existent dans la réalité passée au moment où on en parle
————–
Pour le premier subjonctif « que jamais on ne retourne »  on peut considérer qu’il a une valeur impérative.
La personne étant la 3e du singulier n’ayant pas de forme à l’impératif (retourne/retournons/retournez) on utilise le subjonctif :
pars – partons – partez et qu’il parte – qu’ils partent
Mais on peut aussi lui accorder (et en même temps) une valeur de souhait avec ellipse de la principale :
(Je souhaite) que jamais surtout on ne retourne.
Notons que le fait « retourner » est envisagé virtuellement et n’est pas manifeste.

Tara Grand maître Répondu le 7 janvier 2022
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.