Souci avec le contraire de Tardif

Bonjour
Dans le cadre de la rédaction d’un roman, je me trouve ennuyée par un souci que j’ai d’ailleurs déjà rencontré avec ce mot. Il s’agit de  tardif (en l’occurrence tardive).

Je parle d’une pièce (un fumoir)  Mon personnage en aime l’atmosphère du soir, un peu britannique avec ses vieux fauteuils de cuir,  les messieurs  (vieux eux aussi et un peu dans le même état de fatigue j’en ai bien peur 🙂 ) qui viennent prendre qui un cognac, qui une tisane, une bière…, avant de monter se coucher (on est dans une  pension de famille)
Sauf que là, on est en début d’après-midi, et je veux donc dire que : « à cette heure (contraire de tardive), ça sentait le tabac froid, mais qu’importe. »

Prématurée ne va pas, précoce non plus, vespérale ne rend pas compte du « début » d’après-midi… Je rêve que l’Académie autorise le mot « tôtive », pourquoi n’existe-t-il pas !

Avez-vous une idée  avant que je ne me rabatte sur un simple « à cette heure de la journée, ça sentait le tabac froid » ? Mais quel dommage de ne pouvoir qualifier cette « heure de la journée…
Pouvez-vous m’aider ?..

Je vous remercie
Bon dimanche (et jours suivants, je ne suis pas avare !) 🙂

Emsi Érudit Demandé le 10 octobre 2021 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

7 réponse(s)
 

D’une manière générale, vous pouvez utiliser la fonction Antonymie du CNRTL, qui liste de manière presque exhaustive les antonymes (même fonction pour les synonymes). Voir ICI pour votre cas. Vous pouvez ensuite facilement jouer avec les variations.
Je reconnais ne rien voir de mieux que précoce qui n’est pas parfait et tôtif serait une belle création (mais n’attendez rien de l’Académie qui sort un Dictionnaire par siècle).
Tout n’existant pas malgré plusieurs centaines de milliers de mots dans l’ensemble des dictionnaires, il ne vous reste qu’à tourner votre phrase autrement jusqu’à ce que l’expressivité s’ensuive : après tout, c’est ce qui fait l’art de l’écrivain…

,

Chambaron Grand maître Répondu le 10 octobre 2021

Merci Chambaron pour cette aimable réponse. Les contraires (je préfère ce mot simple à « antonymes ») j’y étais bien sûr allée voir avant de solliciter les dépanneurs de ce site, mais rien ne convenait.
Je me suis déjà permis d’inventer  (et j’ai été très surprrise quand on m’a dit que ce mot n’existait pas) « délatoire », parlant des activités de dénonciation d’un personnage pendant la guerre (« activités délatoires »), donc je ne vais pas renouveler avec « tôtif ». D’autant qu’autant délatoire sonne vrai, autant tôtif fait bizarre (même si je sais que le bizarre n’est que question d’habitude) et peut-être un peu… euh… coiffeur ?… 🙂

Je vais donc m’en tenir à une heure non qualifiée. Après tout, ça fait aussi parfois du bien de se passer de ces adjectifs qui sont omniprésents dans le langage actuel. Ce sera donc  simplement « à cette heure de la journée » (étant entendu que « cette » fera référence à un moment de la journée précisé en amont).

Merci en tout cas de vous être penché aussi rapidement et gentiment sur mon petit problème.
Bien cordialement

Emsi Érudit Répondu le 10 octobre 2021

pourquoi pas : aussi tôt dans la journée ?
suppression du nom commun heure.

joelle Grand maître Répondu le 10 octobre 2021

Je prends ! Merci Joëlle (mais je fais aussi un commentaire plus long qui s’adresse à tous).

le 10 octobre 2021.

« Tôtif » existe dans le dictionnaire  «  »Wiktionnaire » :

tôtif

Étymologie

(1887) Du mot tôt auquel est adjoint le suffixe -if.
Terme utilisé au XIXe siècle dans le département de l’Aube avec tôtive[1]. Utilisé par Ferdinand de Saussure comme exemple de « mot virtuel »[2]. Le terme a connu une visibilité médiatique suite à un concours organisé en 2014 pour la Semaine de la langue française et de la francophonie[3][4].

Adjectif

tôtif \to.tif\

            • […] mais là on est passé à la “Londres rouge”, et du style victorien tôtif au style victorien tardif, ou médian : Albert Hall, Albert Memorial — (Renaud CamusLe royaume de Sobrarbe: Journal 2005, Fayard, 2008 → lire en ligne)Le concept exprimé par le mot tardif joue un rôle important dans notre société, où l’on sanctionne l’arrivée tardive à l’école, au bureau, à l’usine et à la maison ; le fait d’arriver avant l’heure convenue est au contraire considéré comme normal ; aussi n’en parle-t-on guère et le mot * tôtif, ou un mot équivalent, ne paraît pas utile. — (Ferdinand de SaussureCahiers Ferdinand de Saussure no 31, Librairie Droz,  → lire en ligneQui arrive tôt ; qui vient tôt. Contraire de tardif.

Dérivés[modifier le wikicode]

 

Synonymes[modifier le wikicode]

hâtif

Antonymes[modifier le wikicode]

 

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

 

Références[modifier le wikicode]

 
    1.  Glossaire Du Patois de la Foret de Clairvaux, Slatkine, Genève, 1970 (1re éd. 1887), page 314
    1.  Ferdinand de SaussureCahiers Ferdinand de Saussure no31, Librairie Droz, 1977, p.66
    1.  Le mot de la semaine est… « escargoter » sur figaro.fr, 2014-03-26. Consulté le 2018-02-17
    1.  Alexandre Wolff, Aminata Aithnard, Geneviève Dastugues, Pauline Hardouin, Rapport OIF 2014, Organisation internationale de la francophonie, Nathan, 2016-0

Je vous laisse regarder vous-même l’original.

Prince Grand maître Répondu le 10 octobre 2021

Prince,

Pourrais-tu modifier ton message, son excessive longueur rend sa lecture et celle du fil difficiles.

Merci! 🙂

le 10 octobre 2021.

Voilà, maintenant, tu peux lire.

le 10 octobre 2021.

Waouh, ça alors !!!! Merci Prince, je suis contente de voir que tôtif existe. J’avoue préférer  « tôtivement » à cause de l’effet coiffeur du Tif de Tôtif  (on n’en peut plus de leurs jeux de mots avec Tif ou Hair !!!)  mais c’est très réconfortant de voir que cet adjectif existe. Je l’utiliserais bien, rien que par mauvais esprit (gnarf gnarf)  pour le plaisir de voir les pseudo « correcteurs » (?…)  de la maison d’édition me faire la remarque. Cela dit, comme ils te soulignent des « erreurs » qui n’en sont pas (effarant leur niveau…) , ça ne fera qu’en ajouter une, donc ce ne sera pas très jubilatoire finalement.
Et de toute façon je n’aime pas la provocation, alors je vais adopter la jolie proposition de Joëlle, qui convient parfaitement et reste de formulation commune (ce qu’un « tôtif » ne serait pas). Je ne m’adresse pas à des lecteurs hautement intellectuels (je ne le suis pas moi-même) ni curieux de langue (là je le suis, mais ça ne conviendrait pas). Mais c’est vrai que « à cette heure tôtive », qui n’a pas l’effet coiffeur de « tôtif », est bien tentante comme formulation tout de même…

En revanche, j’ai une autre question, dont je devine la réponse mais qui, je trouve, serait prétexte à s’interroger malgré tout, et que je m’en vais formuler tout à l’heure sur un fil que j’appellerai « il se voient… » (non non, ce n’est pas de la provocation je le jure, juste une façon d’attirer l’attention !!!)

En tout cas, merci beaucoup. Joëlle, je prends donc quasi certainement votre formulation, mais comme d’habitude je remercie à part égale toutes les personnes qui ont pris la peine de se pencher sur ma question.

Emsi Érudit Répondu le 10 octobre 2021

« Je rêve que l’Académie autorise le mot « tôtive », pourquoi n’existe-t-il pas ! »

Il existe ! « Tôtivement » aussi comme d »rivé ! Il  est bien plus original que « aussi tôt dans la journée » !

Prince Grand maître Répondu le 10 octobre 2021

Oui je suis consciente que le mot « tôtive » est « plus original » mais la proposition de Joëlle convient mieux au genre du roman, assez intimiste, et dont le vocabulaire doit relever du « simple » (qui ne veut pas pour autant dire « basique » : la recherche peut être dans le style).
Ici,  j’entre dans la pensée d’un personnage qui aime ce fumoir pour ce qu’il lui évoque de britannique, dont l’odeur de fumée le soir. Les mots sont simples, mais surtout il y a une émotion (dont je n’ai pas parlé) dans le reste du paragraphe, et cette émotion ne s’accorderait pas avec un « à cette heure tôtive ». Je veux que le lecteur se laisse emporter par une fluidité, or si je mets « tôtive », il s’arrêtera sur ce mot, qui soit l’amusera, soit le perturbera, mais à coup sûr, brisera cette fluidité.
Mais merci d’avoir donné votre avis.

Emsi Érudit Répondu le 10 octobre 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.