Singulier/Pluriel – Les brasiers produisaient leur(s) flamme(s)

Bonsoir,

Ci-après une dictée, et ci-dessous une de ses phrases. A l’écoute, nous sommes censés comprendre que « leur flamme » s’écrira au singulier. Est-ce exact ? Mais de quelle façon ?

« Dix, vingt, trente brasiers différents produisaient leur flamme. »

Une ville brûlait. Elle ne brûlait pas tout entière dans un seul souffle. Dix, vingt, trente brasiers différents produisaient leur flamme. Certains étaient petits, concentrés, ronds comme un œil. D’autres étiraient vers le haut des lanières de feu et de fumée. D’autres crépitaient, lançaient des flammèches et des étincelles dans tous les sens.

Jules Romains, Prélude à Verdun, 1938

Par avance, merci de l’attention accordée.

Samata Débutant Demandé le 17 août 2019 dans Accords

Pour vous améliorer en orthographe, testez le Projet Voltaire avec Défi 30 :

7 réponse(s)
 

Puisqu’il s’agit d’une dictée, il faut se demander si celui qui écrit a des indices pour le singulier.
Je ne vois aucun indice pour ce singulier qui est plutôt inattendu. C’est un petit effet de style justement, qu’on ne peut justement percevoir qu’à l’écrit et il n’y a pas lieu de sanctionner un pluriel.

Tara Grand maître Répondu le 18 août 2019

Ce qui est intéressant dans ce paragraphe, c’est l’image que l’auteur nous propose de la ville qui brûle : on peut essayer de comprendre que chaque brasier produit un type de flamme, d’où le singulier.
En effet, l’auteur insiste sur le caractère différent de chaque brasier : rond comme un œil, étiré de lanières,..
Les flammèches et les étincelles ne sont pas des flammes, et en effet il faut sans doute dépasser ici la stricte notion de pluriel et de singulier. Nous sommes en littérature et un auteur peut exprimer poétiquement sa vision d’une ville qui disparaît.
Je pense que s’il avait écrit platement : la ville était en flammes, il aurait mis le pluriel mais cela n’aurait pas eu la force d’évocation de ce paragraphe.

joelle Grand maître Répondu le 18 août 2019

Je suis d’accord avec votre vision.

le 18 août 2019.

Bonjour,

Écrivez :  […] leur flamme, comme l’a écrit l’académicien Jules Romains.

« Produisaient leur flamme» est une façon d’exprimer que tous ces brasiers avaient une particularité, chaque brasier avait sa marque (sa flamme) :  certains … d’autres … d’autres …

Ici  le mot flamme est au singulier puisqu’il  individualise chaque brasier.

czardas Grand maître Répondu le 18 août 2019

@ Joelle : Je comprends parfaitement, et vous remercie Joelle. Cependant, dans l’instant d’une dictée, un brasier étant ce qu’il est, l’auriez-vous compris en ce sens et écrit de la sorte ? Si tel est le cas, quel cheminement aurait suivi votre reflexion ?

Samata Débutant Répondu le 18 août 2019

Non bien sûr. Rien ne permet de penser au singulier de manière spontanée et mécanique.
C’est la richesse de la langue et l’analyse de l’expression qui autorise à la fois le singulier et le pluriel en fonction des intentions de l’auteur. 
Cela dit, une dictée est un exercice qui permet, non d’apprendre l’orthographe, mais de vérifier que des notions sont acquises.  Aussi, le professeur, au lieu de vous lancer sur un texte littéraire (ce qui me paraît toujours discutable) aurait dû vous exercer à ce type de notions, à savoir, la détection du pluriel et du singulier en fonction du sens.

le 18 août 2019.

Samata, 
Nous l’avons souvent dit ici, un auteur est seul maître de son orthographie et de sa syntaxe. Il est donc impossible de parler à sa place, en ce qui concerne son propre texte. Et plutôt prétentieux et indécent de vouloir le corriger.
Personnellement, je suis persuadée que Jules Romain avait de bonnes raisons pour ne pas accorder « flamme » au pluriel.
D’ailleurs, s’il se donne la peine d’écrire « trente brasiers différents » c’est pour signifier au lecteur que « chacun d’eux » produisait sa flamme.
En tout cas c’est ainsi que je saisis la nuance.
Mais dans une dictée, le pluriel ne devrait pas être sanctionné.

Juliette, je vous ai accordé un vote négatif.
D’une part parce que votre réponse est écrite dans une langue incompréhensible, et vos arguments sont plus que discutables :
« Le sujet est un pluriel bizarre mais ça ne change rien. » Euh… c’est-à-dire ?
« Quelqu’un viendra… ne LA rabrouez pas… on nous LES a confiés pendant l’été »

« produire sa flamme n’est pas une expression » Mais encore ?…
Vous voulez dire que VOUS ne la comprenez pas, vous qui avez lu tous les livres ? Ce qui prouve donc que cette tournure est inappropriée ?

Et cela vous échappe aussi qu’une ville puisse « brûler dans un seul souffle » si vous ne trouvez pas l’expression  dans un dictionnaire ?
Eh bien cela s’appelle des licences poétiques et littéraires, et c’est ainsi que Romain réussit à nous traduire les images et les émotions les plus justes ! 
L’important n’est pas le nombre de livres à son tableau de chasse mais la façon dont on SAIT les lire.
Je m’étonne que cela vous échappe, vous qui êtes paraît-il si subtile…

L’autre raison de mon vote négatif, est votre prétention surdimensionnée et votre volonté de blesser gratuitement.
Vous n’avez sans doute pas fait exprès d’être drôle la première fois, dans la question « détails« … mais il ne faut jamais utiliser la même ficelle deux fois, tous les humoristes vous le diront, sinon « l’humour » (s’il en est…) tombe complètement à plat.
Ils vous diront aussi qu’il est dangereux de traiter son public « d’emm… » et de le dénigrer, à moins d’avoir un talent fou...

Si je tente de traduire votre pensée, malgré le manque de subtilité que vous vous permettez de me prêter, vous seule détenez la vérité, et vous méprisez les autres, c’est bien ça ?
En tout cas, c’est ainsi que le public le percevra.

Cathy Lévy Grand maître Répondu le 21 août 2019

Cathy, réponse très subtile…
J’espère que ce manque de courtoisie à votre endroit sera le dernier. La modération conserve tout !
Il est normal que vous réagissiez mais ne vous lancez pas dans une discussion : vous avez dit l’essentiel- et bien dit.

le 21 août 2019.

Merci Joëlle,
Cela part sans doute d’un bon sentiment, mais je ne suis plus une enfant (depuis quelque temps déjà…). Je n’ai pas besoin de « bons points », ni de mises en garde ou conseils. Ni même qu’on me défende.
Rassurez-vous, je suis une grande fifille, très comme il faut.

le 22 août 2019.

Bonsoir Samata,
Si chaque brasier ne produisait qu’une flamme (ce qui semble être le cas), on a le choix entre le singulier(leur flamme) et le pluriel (leurs flammes).  Dixit l’Académie française
.
Si jamais chaque brasier produisait plusieurs flammes, le pluriel (leurs flammes) s’impose.

Prince (archive) Grand maître Répondu le 17 août 2019

Bonjour Samata,

Comme vous, je vois l’évidence des flammes au pluriel, comme les flammèches et les étincelles en fin de phrase, et je ne vois aucun indice en faveur du singulier. Je ne trouve aucun sens figuré nécessitant le singulier (ils déclaraient leur flamme…). Le sujet est un pluriel bizarre mais ça ne change rien. On ne trouve rien autour du verbe produire, produire sa flamme n’est pas une expression… L’idée métaphorique de la flamme peut très bien m’échapper, mais j’ai lu mille livres et je ne la saisis pas. Je ne dis pas que la phrase soit si évidente qu’elle paraît, mais elle se termine avec du pluriel bien concret, donc non, aucun indice pour le singulier.

Ne vous étonnez pas des réponses des autres contributeurs, ils vont venir à quatre ou cinq pour compter les flammes ou justifier des sens peu plausibles, peut-être par facétie, peut-être pour em*** r le monde, c’est difficile à dire (tout à l’heure, quelqu’un viendra vous dire que ça dépend s’il y a plusieurs flammes, mais n’en tenez pas compte, ne la rabrouez pas, on nous les a confiés pendant l’été). Attendez la réponse de CATHY LÉVY, qui vous répondra franchement. Elle n’est pas très subtile mais elle a les pieds sur terre. On peut se fier à ses réponses.

Juliette31 Maître Répondu le 18 août 2019

Quant à la subtilité de Jules Romains, elle vous échapperait ?

le 18 août 2019.

Pour ne plus vous poser cette question ni tant d'autres,
découvrez les formations en orthographe et en expression du Projet Voltaire :

Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.