singulier ou pluriel

Bonjour,
Dans la phrase suivante, faut-il écrire « s’imposent » ou « s’impose » ? Et coffrage au singulier ou au pluriel ?

Nous développons une gamme complète de tubes de coffrage qui s’impose(nt) comme une alternative à….

Merci pour votre aide !
Cordialement

Gabs Débutant Demandé le 10 janvier 2017 dans Accords

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

3 réponse(s)
 

Bonjour Gabs,

La phrase à examiner est :

– « Nous développons une gamme complète de tubes de coffrage qui s’impose(nt) comme une alternative à… ».

*

Dans l’expression « tubes de coffrage », « coffrage » est a priori ici bien au singulier. Il s’agit en effet de tubes utilisés « pour le coffrage », c’est-à-dire pour l’« opération dite ‘de coffrage’ ». Le « coffrage » désigne ici une opération technique générale.

*

L’accord du verbe « s’imposer » dépend du sens de la phrase.

Si l’idée est que c’est la « gamme complète » qui permet d’apporter une nouvelle solution commerciale, alors l’accord se fait avec « gamme complète ».

Si l’idée est que ce sont plutôt « les tubes de coffrage » qui permettent d’envisager de nouvelles solutions techniques, alors l’accord se fait avec « tubes de coffrage ».

*

Pour finir, concernant le mot « alternative », il est d’usage, dans la langue soignée, de réserver ce terme aux situations où on a le choix entre deux propositions, situations ou décisions :

– « C’est une redoutable alternative : partir ou rester. »
– « Laisser à quelqu’un l’alternative de faire ceci ou cela »
– « N’avoir qu’une seule alternative ».

La dernière formulation (« n’avoir qu’une seule alternative ») reste à cet égard discutable et serait à employer avec prudence. Elle signifierait en effet qu’il pourrait y avoir une autre alternative, c’est-à-dire un « autre couple de solutions » (par exemple : 1ere alternative : A ou B / 2e alternative : C ou D).

Prendre « alternative » au sens de « autre possibilité » (« cette solution est une alternative à ») est, dans un usage dit soigné, fortement déconseillé, pour ne pas dire proscrit.

Dans un sens aujourd’hui moins courant, on employait volontiers, jadis (en particulier au XIXe s.), « alternative » au sens de « alternance », pour signifier une succession de choses, de deux états, qui reviennent tour à tour, comme dans :

– « Dans ce projet il y eut des alternatives, des contradictions, des allers et des retours entre l’intention initiale et sa réalisation (…) »

– « L’alternative de jour et de nuit (…) » (au sens de « l’alternance du jour et de la nuit »). 

Scriba Maître Répondu le 10 janvier 2017

La question des tubes est réglée, mais, pour ce qui est d’« alternative », Gabs peut toujours l’utiliser comme adjectif et écrire par exemple (si le contexte le permet) « comme une solution alternative ».

veso Maître Répondu le 10 janvier 2017

Oups…. Je n’avais pas vu vos réponses. Je pensais avoir une alerte par messagerie et n’étais pas revenue ici.
Merci pour le temps passé à me répondre.

Je vais donc écrire « une gamme complète de tubes de coffrage perdus qui s’imposent comme une solution alternative aux… »
Merci pour votre efficacité, rapidité… et générosité !

Gabs Débutant Répondu le 12 janvier 2017
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.