Si + conditionnel (cas particulier ?)

Répondu
Bonjour à tous,

J’ai une question à poser aux connaisseurs :

Dans la phrase ci-dessous, Sébastien ne connaissait pas Françoise à Paris.
Donc la première partie de la phrase devrait relever du conditionnel.

« Et si Sébastien n’aurait pas pu le décrire à Françoise à Paris, il put le faire ce jour-là à Pise. »

Or… les « si » n’aiment pas les « rait », d’après la règle, n’est-ce pas ?

Mais écrire : « Et si Sébastien n’avait pas pu le décrire à Françoise à Paris, il put le faire ce jour-là à Pise » n’aurait pas de sens, puisque notre présupposé est que Sébastien ne connaissait pas Françoise à Paris. Il l’a rencontrée à Pise.

Comment faudrait-il écrire cette phrase ?

Merci !
Alain
alain1979 Amateur éclairé Demandé le 3 mars 2021 dans Général
3 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Votre phrase est juste, les « si n’aiment pas les rai », uniquement s’il s’agit d’une condition introduite par si.

Dans une proposition introduite par si qui exprime non pas une condition, mais une concession, le verbe peut être au conditionnel ou au futur. Il pourra donc se terminer par -rai-ra-ront-rais-raient, etc. On peut analyser ce genre de construction appartenant à un registre de langue très soutenu comme une ellipse de s’[il est vrai que]s’[il faut admettre que]si [on estime que].

 

Exemples :

 

–  Si cela semblera toujours incroyable à plusieurs, il n’en reste pas moins que c’est la pure vérité. (c’est-à-dire : s’il est vrai que cela semblera toujours incroyable…)

 

–  Si le texte dans son entier serait trop long, on pourrait tout de même en retenir une partie. (c’est-à-dire : s’il faut admettre que le texte dans son entier serait trop long…)

 

Le conditionnel est également correct après si lorsque cette conjonction introduit une interrogation indirecte.

 

Exemples :

 

–  Nous aimerions savoir si vous seriez disposé à entrer en fonction le mois prochain. (équivaut à : Nous aimerions savoir : Seriez-vous disposé à…)

 

–  On ne saura jamais s’ils auraient pu gagner. (équivaut à : On ne saura jamais : Auraient-ils pu gagner?)

 

–  Je lui ai demandé s’il voudrait me remplacer. (ou, à l’imparfait de l’indicatif, mais avec une nuance de sens : s’il voulait me remplacer)

 

 

joelle Grand maître Répondu le 3 mars 2021

La formule « les si n’aiment pas les rait » est loin d’être une règle. C’est un moyen mnémotechnique qui induit en erreur dans certains cas.
Car vous avez raison, les phrases  :
Et si Sébastien n’aurait pas pu le décrire à Françoise à Paris, il put le faire ce jour-là à Pise
et
Et si Sébastien n’avait pas pu le décrire à Françoise à Paris, il put le faire ce jour-là à Pise
n’ont pas le même sens et toutes les deux sont correctes.

Tara Grand maître Répondu le 3 mars 2021

Merci infiniment de votre réponse exhaustive. C’est très précieux. J’ai saisi toutes les nuances.

alain1979 Amateur éclairé Répondu le 3 mars 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.