S’en est suivi ou s’ensuivit

Que devons nous dire :
Il s’en est suivi ou il s’ensuivit ???
Merci de votre retour

Stephi Débutant Demandé 7 jours auparavant dans Question de langue
Ajouter un commentaire
3 réponse(s)
 

La forme « s’en suivre » est assez utilisée, même par des auteurs, mais c’est une faute. Si c’était une simple évolution d’orthographe ou d’usage, on pourrait l’accepter progressivement et intégrer cette forme au français contemporain, mais c’est ici une vraie erreur grammaticale (« se suivre » d’une part a un autre sens, et d’autre part n’admet pas de complément en « de »), et on ne doit donc pas l’utiliser.

De plus, votre question compare un passé composé et un passé simple. Il faut dissocier.
Au passé composé, on dit : « il s’est ensuivi » en non « il s’en est suivi ».
Au passé simple, on dit : « il s’ensuivit » et non « il s’en suivit ».

La forme incorrecte « s’en suivre » offre l’avantage d’intégrer un pronom faisant référence à une chose précédemment exprimée.
La forme correcte « s’ensuivre » se permet de se dispenser de référence. Dans « il s’est ensuivi que », on admet très bien que « de cela » est sous-entendu. C’est une dérogation à la règle (on doit dire « il a découlé de cela que » ou « il en a découlé que » et non « il a découlé que »), mais c’est validé. Au besoin, on peut ajouter la référence par un pronom (« il s’en est ensuivi que »), mais c’est devenu connoté ancien ou littéraire.

Numeric Maître Répondu 6 jours auparavant
Ajouter un commentaire

Bonjour,

Il s’agit du verbe essentiellement pronominal  s’ensuivre( se construit comme s’enfuir)
Il faut donc écrire : il s’ensuivit…

On évitera de dissocier les deux termes et d’écrire :
Tout ce qui s’en était suivi
Les dépenses étaient trop importantes, la ruine s’en est suivie.

L’avis de l’Académie française.

czardas Grand maître Répondu 6 jours auparavant
Ajouter un commentaire

Merci infiniment de votre éclairage !

Stephi Débutant Répondu 6 jours auparavant
Ajouter un commentaire
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.