« se souvenir d’à »

Bonjour !

J’ai écrit cette phrase tout à l’heure :
« On ne peut promouvoir l’anglais sans devoir se souvenir à quoi il tient sa place. »

Elle m’est venue spontanément et me paraissait très bien, jusqu’à ce que je réalise que le verbe est formé en « se souvenir de ». Ici, j’omets le « de », et ça ne me choque pas, mais est-ce considéré comme correct ? Devrais-je préférer « se souvenir d’à » ?

Merci !
–Eowyn

EowynCwper Débutant Demandé le 3 novembre 2021 dans Général

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 

On ne peut promouvoir l’anglais sans devoir se souvenir de ce grâce à quoi il tient sa place.

La succession de…ce.. .grâce…à…quoi bien que correcte est  lourde.
Mieux vaut écrire :
On ne peut promouvoir l’anglais sans devoir se souvenir de ce qui lui donne sa place

Il me manque du contexte: que voulez-vous dire par « à quoi il tient sa place » ?

Tara Grand maître Répondu le 3 novembre 2021

Merci ! Sinon, « de ce à quoi » peut marcher aussi ! On me l’a fait remarquer après.

Je parle de la place de l’anglais dans le monde.

EowynCwper Débutant Répondu le 3 novembre 2021

Tout ça c’est bien « chargé » : on ne peut promouvoir l’anglais sans tenir compte / faire référence à sa place dans les échanges.

joelle Grand maître Répondu le 3 novembre 2021

 

Bonjour,

 

« La construction sans de n’est acceptable/acceptée que pour les verbes à l’infinitif (passé).

se souvenir d’avoir fait qqch
se souvenir de ce qu’ils étaient là
se souvenir de comment ils s’appelaient

se souvenir avoir fait qqch (le complément du verbe est un verbe à l’infinitif)
se souvenir ce qu’ils étaient là : faux
se souvenir comment ils s’appelaient : incorrect.

Exception
 : se souvenir d‘où ils venaient  (haplologie : de d’où → d’où) »

 

 

 

 

Prince Grand maître Répondu le 3 novembre 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.