« S’avérer faux »

Le non-sens est flagrant dans l’expression « vos informations se sont avérées fausses ».

La phrase « il s’est avéré que toutes vos informations étaient fausses » constitue-t-elle également un non-sens ou au contraire est-elle tout à fait recevable ?

jean bordes Grand maître Demandé le 27 mai 2017 dans Question de langue
Ajouter un commentaire
1 réponse(s)
 

Bonjour,

Le verbe avérer (d’origine latine verus, vrai) signifie avoir, donner la certitude qu’une chose est vraie. Quant à s’avérer il signifie apparaître comme vrai.

L’expression s’avérer faux qui s’est introduite dans la langue courante est une contradiction de mots, puisque s’avérer signifie se révéler vrai.
Il faut donc éviter de dire ou d’écrire : « La nouvelle s’est avérée fausse». De même qu’il est cocasse de dire qu’une nouvelle s’avère exacte.

L’adjectif avéré(e) signifie reconnu vrai.
C’est un fait avéré
Le crime est avéré, lui-même le confesse  ─ Les Plaideurs (3; 3) ─ Racine

Cet adjectif a plusieurs synonymes : attesté ,  authentique,  manifeste, notoire, reconnu , vrai…
Il est donc correct d’écrire :
Il est avéré que toutes vos informations étaient fausses
Alors que
« Il s’est avéré que toutes vos informations étaient fausses » est incorrecte puisque l’on accole à l’idée de vrai (s’avérer)  l’adjectif fausses.

L’emploi de ce verbe que l’on peut qualifier de sujet à caution devrait être évité. On pourrait plus justement le remplacer par : se révéler , apparaître ou tout simplement par être.

czardas Grand maître Répondu le 27 mai 2017

Merci.

le 27 mai 2017.
Ajouter un commentaire
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.