« S’approprier », un verbe qui prête à réfléchir…

Comment accorder le participe de ce verbe, par exemple dans la phrase « Les terres qu’ils se sont < approprier > » ?

— Ce n’est pas un pronominal réfléchi ;
— Ce n’est pas un verbe essentiellement pronominal, puisqu’il admet un C.O.D. (ici « terres ») ;
— Il ne peut s’accorder avec le C.O.D.  puisque « s’arroger » est la seule exception répertoriée.

Chambaron Grand maître Demandé le 4 mai 2016 dans Accords
Ajouter un commentaire
3 réponse(s)
 

Bonsoir,
« s’approprier » est un verbe transitif occasionnellement pronominal, qui doit ici s’accorder avec le COD (« terres« ) placé avant le verbe.
Donc : « les terres qu’ils se sont appropriées »
Ce sont les verbes essentiellement pronominaux qui s’accordent avec le sujet, à l’exception de « s’arroger » qui s’accorde avec le COD s’il est placé avant le verbe.
Cordialement

PhL Grand maître Répondu le 4 mai 2016

Merci de votre réponse. Je vous suis, mais j’ai considéré que « approprier » n’est un verbe transitif qu’historiquement et ne s’emploie plus depuis longtemps avec le sens de « rendre propre à … » car il a été totalement supplanté par « adapter » ou d’autres verbes.  « S’approprier » a pris un sens radicalement différent . Une recherche sur Google Books le confirme.

Du coup, la bonne réponse est que « s’arroger » n’est pas une exception à la règle : c’est aussi un verbe transitif à la base, devenu essentiellement pronominal par l’usage : anciennement, on arrogeait (adoptait) quelqu’un ou quelque chose. Mais cela est tombé en désuétude…
Beau cas d’évolution de la langue écrite dictée par l’usage…

le 5 mai 2016.
Ajouter un commentaire

Bonjour,

Vous avez écrit :

«  Mais j’ai considéré que « approprier » n’est un verbe transitif qu’historiquement et ne s’emploie plus depuis longtemps avec le sens de « rendre propre à … » car il a été totalement supplanté par « adapter » ou d’autres verbes. »

Je trouve cela surprenant .

Le verbe transitif  approprier figure dans de nombreux dictionnaires avec le sens de  : adapter, rendre propre à une destination.

S’approprier est donc occasionnellement pronominal. Son participe passé s’accorde avec le COD placé avant lui.

Il faut donc écrire : les terres qu’ils se sont appropriées , sans l’ombre d’une réflexion.

http://www.cnrtl.fr/definition/academie8/appropri%C3%A9

 

czardas Grand maître Répondu le 5 mai 2016

Tout à fait ! Mais les dictionnaires, fussent-ils de référence, tardent souvent à prendre acte des disparitions alors qu’ils sont si prompts à introduire de nouveaux mots ou tournures.
On constate juste que la transitivité directe est totalement obsolète :  une analyse des mentions à partir de Ngram montre que les 50 premières utilisations du mot (je n’ai pas poussé plus loin) sont pronominales.

La conclusion me semble donc être qu’on accorde bien selon la règle  habituelle, mais que d’un autre côté « arroger » n’est pas une exception.  Même si les dictionnaires l’ont dans ce cas réduit, il reste transitif et l’accord est normal.

le 5 mai 2016.
Ajouter un commentaire

Bonjour,
Merci à Philippe pour ces explications détaillées.
Je reviens sur la remarque : « les verbes occasionnellement pronominaux s’accordent aussi avec le sujet, il suffit pour cela qu’ils n’aient pas de COD ».
Je suis bien sûr entièrement d’accord, mais dans ce cas c’est le pronom réfléchi qui est le COD, placé avant le verbe, et donc celui-ci s’accorde donc avec le pronom qui représente le sujet.
Donc, pour rester simple, on peut généraliser la règle de l’accord avec le COD placé avant le verbe pour les verbes occasionnellement pronominaux.
Merci
Cordialement

PhL Grand maître Répondu le 5 mai 2016
Ajouter un commentaire
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.