Réduire au maximum ou réduire au minimum ?

On entend régulièrement cette tournure dans les deux versions, pourtant contradictoires. Qu’en pensez-vous ?

Chambaron Grand maître Demandé le 30 novembre 2014 dans Question de langue

Bonjour Chambaron, n’hésitez pas à choisir parmi les réponses celle qui vous convient le mieux, afin de la mettre en avant.
Les explications sont ici : https://www.question-orthographe.fr/votez-pour-votre-reponse-preferee/

le 3 décembre 2014.
Ajouter un commentaire
5 réponse(s)
 

Pas facile.
Voici je que je comprends :

  • Réduire au maximum –>  Réduire le plus possible –> Le plus « petit » possible
    « Réduire au maximum le nombre de morts de la route. »
    « Entraine le plus petit nombre de morts de la route possible. »
    Je ressens un petit détails quand même : c’est la réduction qui est à fond. Pas le résultat. On fait le maximum de ce que l’on peut.
  • Réduire au minimum –> 1ère interprétation :
    • Réduire pour que cela devienne le plus petit possible –> C’est presque un pléonasme ?
      Dans ce cas c’est comme « Réduire au maximum »… sauf que là on cherche le résultat minimum possible. Si ce n’est pas possible, cela l’est toujours « théoriquement ». Genre, réduire le nombre de mort de la route à zéro. C’est le vrai minimum.
  • Réduire au minimum –> 2ème interprétation :
    • Réduire au minimum –> Réduire à minima –> Réduire juste ce qu’il faut, ce qui est nécessaire/acceptable
      « Réduire au minimum le nombre de morts de la route. »
      « Le nombre minimum de mort de la route à été atteint. »
      Cela ne voudrait pas dire que l’on est au max des capacités de réductions, mais que cela est suffisamment « acceptable ». Peut-être comme un nouveau record d’un minimum atteint. Bon okay, je tire AU MAXIMUM le sens de cette phrase eheh…

Non ? 😀

Autrement je vois rarement « Réduire au minimum ». Peut-être que cela est plus fréquent dans du marketing, genre « Réduire au minimum les couts » qui sonne mieux qu’avec « Réduire au maximum les couts » où le bof du coin verrait « couts » et « maximum » cote-à-cote. Ça le fait pas, hein ?

Finalement la différence se porterai soit sur la réduction elle même (maximum d’efforts) ou sur le résultat le plus réduit (au minimum). Et en plus, cela colle avec mon exemple de marketing… hmmmm

TacticalFreak Membre actif Répondu le 30 novembre 2014
Ajouter un commentaire

Bonjour,

Je pense que cela dépend avant tout du sens profond (si j’ose dire) que l’on souhaite donner à sa phrase. Question de nuance, en somme.

La BDL vient appuyer mon propos à ce sujet, en soulignant, à juste titre selon moi, que les deux tournures sont finalement correctes : http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=3435

Poulpette Érudit Répondu le 30 novembre 2014
Ajouter un commentaire

Selon les exercices  d’une professeure de français, aujourd’hui retraitée, dont j’ai hérité il y a quelques années , la forme correcte est
« réduire les risques au minimum », à savoir à leur niveau minimum la préposition « au » faisant le lien entre « risques » et « minimum ».
En effet, dans la phrase « réduire les risques au maximum », la syntaxe ne signifie pas forcément que c’est la réduction qui est maximale.
Il faudrait dire « une réduction maximale des risques » pour bien le marquer, ce qui est bizarre.

joelle Grand maître Répondu le 30 novembre 2014
Ajouter un commentaire

La forme correcte, quoique l’on rencontre par ailleurs, est « on réduit au minimum » ; comprendre « à son minimum ».
En revanche, « on élimine au maximum » ; comprendre « le plus possible ».

jean bordes Grand maître Répondu le 1 décembre 2014
Ajouter un commentaire

Pardon pour ma réponse précédente, il fallait lire : « […] quoi que l’on rencontre par ailleurs… » (J’ai honte…)

jean bordes Grand maître Répondu le 1 décembre 2014

Vous devez pouvoir vous corriger directement et discrètement dans le message d’origine (voir l’icône « modifier » en haut à droite de votre message). Nul besoin d’émettre un nouveau message.

le 1 décembre 2014.
Ajouter un commentaire
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.