Question de pluriel (bis)

Bonjour à tous,

tant mon relecteur qu’Antidode me disent que je dois mettre au pluriel le verbe « voir » dans la phrase ci-dessous :

[…] nous abandonnâmes côte à côte le village qui nous avait vu naître.

Or, personnellement, j’avance que ce qui a « été vu » n’est pas « nous » (pluriel), mais bien « la naissance des deux protagonistes  » (singulier). Pouvez-vous confirmer laquelle des deux analyse est correcte s’il-vous-plaît ?

Merci d’avance !

MamorukunBE Érudit Demandé le 24 octobre 2020 dans Accords
2 réponse(s)
 

le village qui a vu qui ? Nous
accord avec le Cod  placé avant, d’autant que ce même COD fait l’action de naître.
donc vus

Voir règle de l’accord du participe suivi d’un infinitif. 

joelle Grand maître Répondu le 24 octobre 2020

Justement, à la question « Qu’est-ce que le village à vu? », n’est-il pas plus légitime, dans le contexte, de répondre « notre naissance » plutôt que « nous »? Eeeeet à expliciter cela par écrit, je me rends compte que je me donne à moi-même la réponse ^^’ Merci tout de même pour votre intervention Joelle. Sauf votre respect, je vais tout de même tenir mes positions et laisser ce « vu » au singulier 🙂

le 24 octobre 2020.

Je ferais comme vous Mamorukun  : c’est le sens qui décide.

le 24 octobre 2020.

Le problème est qu’il n’y a pas le mot naissance dans votre phrase (le village qui a assisté à / qui a vu notre naissance) et par conséquent, il me semble difficile d’accorder avec un mot absent. Le COD est bien « nous » qui est le sujet du verbe naître puisque c’est nous qui naissons. Mais bien sûr vous suivez toutes vos intuitions, je n’ai pas l’habitude de contraindre les visiteurs du site à accepter mes explications.
Quant au sens mentionné par Tara, je ne vois pas comment il peut bien gouverner l’accord ici !
Pas grave, il est bientôt 21 h, rentrez chez vous si votre ville est concernée par le couvre-feu !

le 24 octobre 2020.
Mam…

Il y la règle et l’usage d’une multitude de  grands écrivains…
Joëlle n’a pas tort puisqu’elle ne fait qu’appliquer la règle rappelé par Grevisse,Goosse, Hanse, etc. (même s’ils la critiquent). Et on ne peut pas  vous désapprouver de retenir le singulier de vu, car une foule de grands littérateurs feraient comme vous. Voyez ci-dessous. 

Le Bon usage électronique actuel, § 951 :
« Nous avons donné ci-dessus la règle reçue, et il vaut mieux s’y tenir*. Mais son fondement n’est pas assuré. Dans Je les ai vus partir , on pourrait considérer que le véritable complément d’objet est la proposition infinitive.
En tout cas l’usage est hésitant, et plus d’un auteur laisse le partic. passé invariable dans tous les cas, conformément à l’analyse que nous venons de donner : — Les dictionnaires sont ou devraient être le reflet de la civilisation qui les a vu naître (G. MatoréHist. des dict. fr., p. 19). »

Suivent un très grand nombre d’ex. littéraires (dans le corps du § 951 et dans une note de ce §).

* C’et la règle qui conduit à écrire vus naître.

L’éminent grammairien Joseph Hanse  (p. 648 et 649) va dans le même sens que le « G revisse ». 

 

Prince Grand maître Répondu le 24 octobre 2020

Au sujet de voir naître. Le village, lui,  n’a rien vu !   Cela signifie que les personnes concernées par le « nous » sont nées dans ce village. Ce sont donc bien elles  qui ont fait  l’action de naître.

Bon confinement « nocturne » !   🙂

le 24 octobre 2020.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.