Question d’accord de participe passé

Bonjour à tous!

dans la série « pourquoi Word y veut pas », pourriez-vous s’il-vous-plaît m’expliquer en quoi l’accord du PP de la phrase suivante (corrigée par lui donc) doit se faire au masculin et PAS au féminin (alors que l’auxilière est être)?

Puis lorsque, de profonde pénombre, leur vision s’était fait submerger par l’insoutenable clarté radieuse […]

Et comme d’habitude, un très grand merci d’avance! 🙂

MamorukunBE Érudit Demandé le 18 août 2020 dans Accords
3 réponse(s)
 
Meilleure réponse


« Le participe passé des verbes faire (fait) et laisser (laissé) – ce dernier depuis 1990 – est invariable quand il est suivi d’un infinitif »

Il ne faudrait pas que cela donne à croire que laissé doit être  nécessairement  invariable quand il est suivi d’un infinitif.
En effet, l’Académie française n’a jamais écrit cela. D
ans ce cas, elle continue à accorder laissé (en genre et en nombre) dans ses exemples,  tout en signalant (par le symbole ◇ ) qu’on peut aussi laisser  laissé  invariable  selon les R.O. de 1910 (qui, je le rappelle, ne sont pas, en principe, obligatoires erga omnes). 

Académie française, art. laisser : 


« Pron. réfléchi. Ils se sont
laissés mourir de faim, de soif. Dans une construction réfléchie indirecte. Il se laisse pousser la barbe. Il ne s’en laisse pas conter, accroire. Pron. passif. Se laisser surprendre. Ils se sont laissé tuer. Cela ne se laisse pas décrire, est indescriptible. Se laisser tenter, accepter quelque chose d’agréable. Fam. Ce livre se laisse lire, on le lit sans fatigue,
[…]
Laisser aller, ne pas retenir. Je les ai
laissés  aller. Fig. Laisser aller les choses. Laisser tout aller (fam.), négliger entièrement ses affaires. Pron. Se laisser aller à la douleur […]

◇ Peut s’écrire on les a laissé mourir ; ils se sont laissé mourir de faim, de soif ; je les ai laissé aller ; je ne les ai pas laissé faire, selon les rectifications orthographiques de 1990. »


BDL : 

« Laissé suivi d’un infinitif
Le participe passé laissé suivi d’un verbe à l’infinitif suit en principe la règle d’accord des autres participes suivis d’un infinitif. Son accord dépend en fait de la construction de la phrase et plus particulièrement du complément d’objet.

>> Lorsque laisser n’a pas de complément d’objet ou lorsque son complément d’objet est situé après le verbe, le participe passé reste invariable.

Exemples :

– Elles ont laissé faire.

– Ils ont laissé partir les voleurs.

>> Si le complément d’objet de laisser est placé avant le verbe, l’accord de laissé dépend de la fonction de ce complément par rapport au verbe à l’infinitif. Si le complément d’objet de laisser est le sujet de l’action exprimée par le verbe à l’infinitif, laissé peut s’accorder avec ce complément.

Exemples :

– Ses confrères ayant plus d’expérience, Louise les a laissés diriger la recherche.

– Épuisée, je me suis laissée tomber sur le lit.   [Revoyez aussi les ex. fort éclairants  de l’Académie fr. Ils se sont laissés mourir (ce sont eux qui meurent) et ils se sont laissé tuer (ce ne sont pas eux qui tuent). ]

>> Si le complément d’objet de laisser est placé avant le verbe et qu’il est aussi le complément du verbe à l’infinitif, laissé est invariable.

Exemples :

– Je les ai laissé gronder par leur père.

– Elle s’est laissé convaincre de participer à l’activité.

Il est cependant de plus en plus admis de considérer laissé comme invariable, par analogie avec le participe passé fait utilisé dans des emplois semblables. C’est d’ailleurs ce que propose le Conseil supérieur de la langue française de France dans ses Rectifications de l’orthographe. »

Il s’agit donc d’une tendance croissante, et non d’une règle.


 

Prince Grand maître Répondu le 18 août 2020

Le participe passé des verbes faire (fait) et laisser (laissé) – ce dernier depuis 1990 – est invariable quand il est suivi d’un infinitif : elle s’est fait opérer, ils se sont laissé emporter…

joelle Grand maître Répondu le 18 août 2020

leur vision s’était fait submerger par l’insoutenable clarté radieuse

Faire est ici un semi-auxiliaire dont le sens est dit factitif. Il n’a pas son sens plein de donner naissance ou accomplir ou fabriquer… *

C’est pourquoi il n’a pas de COD : « vision n’est pas complément d’objet direct de « faire » mais sujet (objet) de submerger (lui même accompagné du semi-auxiliaire « faire » au  plus que parfait) infinitif qui a comme complément (agent) « clarté).

*FAIRE : Définition de FAIRE

Tara Grand maître Répondu le 18 août 2020

Quand bien même il y aurait un COD (la chemise qu’il s’est fait faire), il n’y aurait pas d’accord.
Je sais que le COD dépend du second faire mais quand même…

le 18 août 2020.

Oui!

le 19 août 2020.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.