Quelle est la fonction ?

Bonjour,
je ne sais pas si je suis sur la bonne plateforme poser une question sur les fonctions dans une phrase. Je tente quand même en vous remerciant d’avance pour votre aide.

dans la phrase : « Il joue avec son ballon. »
Quelle est la fonction de « avec son ballon » ?
Fatity Membre actif Demandé le 17 mai 2020 dans Général

Pour vous améliorer en orthographe, testez le Projet Voltaire avec Défi 30 :

9 réponse(s)
 

Réponse à une question de Fatity : 

Les  CC ont été inventés par la grammaire scolaire au 19e s. Quatre à l’origine (cc de temps, de lieu, de manière et de cause ,  identifiés par quatre questions ; quand ? où ? comment ? pourquoi ?), les CC étaient de 32 en 1964 dans le Bon usage ! Le critère de la question (où ? quand ?, etc.), s’il permet d’identifier certaines des circonstances, ne permet pas de faire la différence entre les compléments liés au verbes et les autres.
Ex. : Elle va à Agen. A Agen est analysé comme un CC de lieu alors qu’il ne peut pas être déplacé (°A Agen je vais). Il convient donc de l’analyser comme un complément essentiel de verbe.

C’est pourquoi les linguistes ont restreint les CC aux seuls compléments mobiles, supprimables (cf. terminologie gram. de 1997), non appelés par le verbe, par opposition aux compléments de verbe.

En 2015, les programmes préfèrent employer le terme de « complément de phrase » pour désigner les CC, afin de bien marquer leur opposition avec les compléments  de verbe.

Prince (archive) Grand maître Répondu le 17 mai 2020

On ne peut pas vraiment dire dans l’absolu qu’une analyse est plus pertinente que l’autre. Dans le cadre de la grammaire traditionnelle, il est pertinent d’analyser avec son ballon comme un CC, dans le cadre de la nouvelle grammaire, il est pertinent d’analyser avec son ballon comme un complément de verbe.

Les tests de suppression ne sont pas toujours fonctionnels, y compris pour des COD :

– Qu’est-ce que tu fais ?
– Je lis (un manga) / Je mange (un biscuit)

Les deux compléments sont supprimables, ils sont pourtant COD.

Sur le caractère déplaçable de avec son ballon, je pense que les avis divergeront selon les locuteurs. Personnellement, je ne le trouve pas vraiment déplaçable, sauf à faire un exercice façon Bourgeois gentilhomme.
Avec son ballon, il joue ne me parait ni plus ni moins acceptable que Un biscuit, je mange.

Sur la pronominalisation, les compléments introduits par la préposition avec ne peuvent pas être pronominalisés par un clitique. Par ailleurs, les COI introduit par à ne sont pas toujours pronominalisables avec le pronom clitique datif (=lui) :

Je parle à ma mère = Je lui parle.
Je pense à ma mère = *Je lui pense mais Je pense à elle.

La nouvelle grammaire n’a pas revu la fonction pour ce cas précis. La nouvelle grammaire est une approche centrée sur le verbe et sur sa valence : c’est le sens du verbe – et non plus celui du complément – qui va déterminer ce qui est complément du verbe et ce qui ne l’est pas. Ainsi, sont compléments de verbes tous les compléments qui sont sélectionnés / impliqués par le sens du verbe. Les autres compléments sont des compléments de phrase (hors attributs).

Si je dis Je joue dans la chambre, le complément de lieu n’est pas sélectionné par le sens de jouer, ça apporte juste une indication supplémentaire et accessoire sur l’endroit où se déroule l’action « jouer » = complément de phrase.
Si je dis Je vais dans la chambre, le complément de lieu est sélectionné par le sens du verbe = complément de verbe.

Si je dis Je joue avec une canne, le complément est sélectionné par le sens du verbe = complément de verbe.
Si je dis Je marche avec une canne, le complément n’est pas sélectionné par le sens du verbe = complément de phrase.

Si je dis J’ai vécu trois ans à Paris, trois ans n’est pas sélectionné par le sens du verbe = complément de phrase ; à Paris est sélectionné = complément de verbe.
Si je dis J’ai passé trois ans à Paris, trois ans est sélectionné par le sens du verbe = complément de verbe ; à Paris = id.

phil-en-trope Grand maître Répondu le 17 mai 2020

Très clair Phil-en-trope, merci.
Deux remarques :
Avec son ballon, il joue
peut se trouver si le verbe a un autre complément : avec son ballon il joue au basket.
Mais je ne vois pas d’occurrence où on puisse avoir : un biscuit, il mange.

le 18 mai 2020.

Je vous en prie Tara. 🙂

Tout à fait, mais je pense que l’on n’a pas ici un complément de verbe (qui appartient à la valence verbale), mais un ajout (qui ne fait pas partie de la valence du verbe, mais qui est inclus dans le syntagme verbal) qui de fait sont plus mobiles que les compléments de verbe.
Cela dit, s’ils sont plus mobiles, ils ne le sont pas dans tous les contextes et pour le cas présent, je pense que si par exemple on remplace le possessif par un indéfini, le détachement en tête de phrase passe nettement moins bien : Avec un ballon, il joue au basket.

le 19 mai 2020.

Si si! Je trouve que cela passe aussi bien.
Avec un ballon, il joue quand même mieux qu’avec une boîte de conserve.
Mais cela me semble différent. Je n’arrive pas à voir pourquoi…

le 22 mai 2020.

Oui, là, ça marche, parce que vous faites un contraste. Cette particularité est mentionnée par Belinda Lavieu*, et on la retrouve d’ailleurs y compris avec un COI – au moins dans certains cas :

À son père, il téléphone : bof, bof, bof, très bof, non ?
À son père, il téléphone ; à sa mère, il parle : ça le fait, non ?
À son père, il parle mieux qu’à sa mère, idem ?

En revanche, c’est vrai qu’avec un COD (le complément syntaxiquement  – et la plupart de temps sémantiquement – le plus lié au verbe), ça ne fonctionne pas.

°Un bonbon, il mange ; une soupe, il boit.
°Un bonbon, il aime mieux qu’une soupe.

 (Ça passerait peut-être un tout tout tout petit peu mieux avec l’article défini.)

  

 

*

> ajout de SV difficilement déplaçable (sauf contraste)

? ?A la radio, il a appris la démission du premier ministre – le bloc à la radio n’est pas déplaçable sans effet de contraste, quelque chose comme A la radio, il a appris la démission du premier ministre, mais au journal, il n’a rien dit

le 22 mai 2020.

Merci! Très intéressant.

le 27 mai 2020.

Bonjour,

Il existe deux façons d’analyser cette phrase, selon que l’on se place dans cadre de la grammaire traditionnelle ou dans celui de la nouvelle grammaire.

Grammaire traditionnelle : jouer est intransitif, avec son ballon est complément circonstanciel (sans doute de moyen).

Nouvelle grammaire : jouer est transitif indirect, avec son ballon est complément indirect de verbe (certains l’appellent COI).

phil-en-trope Grand maître Répondu le 17 mai 2020

Merci pour cette réponse rapide.

Les deux fonctions me paraissent correctes. C’est difficile de choisir.

S’il est COI alors il serait pronominalisable.

« Il y joue » ce qui correspondrait plutôt à « il joue au ballon » et non à « il joue avec son ballon »

Au final, je trouve que le CCMoyen paraît plus pertinent car « avec son ballon » est supprimable et déplaçable.
Pourquoi la grammaire moderne  a-t-elle « revu » cette fonction dans ce cas précis ?

Fatity Membre actif Répondu le 17 mai 2020

Merci pour ce petit cours d’histoire de la grammaire !

Fatity Membre actif Répondu le 17 mai 2020

@phil -en-trope
merci pour toutes ces précisions.

Pour savoir si c’est sélectionné par le sens du verbe c’est tout de même assez subtil parfois…

Fatity Membre actif Répondu le 18 mai 2020

Je t’en prie ! 🙂
En effet, parfois, c’est subtil. Si le sujet t’intéresse, voici un article – succinct – que je trouve très bien fait.

le 19 mai 2020.

@phil en trope
Merci je vais aller voir .

Fatity Membre actif Répondu le 19 mai 2020

(Je replace mon message réponse à Phil-en-trope ici pour qu’il y ait notification)

Si si! Je trouve que cela passe aussi bien.
Avec un ballon, il joue quand même mieux qu’avec une boîte de conserve.
Mais cela me semble différent. Je n’arrive pas à voir pourquoi…

Tara Grand maître Répondu le 22 mai 2020

Merci Phil-en-trope.

Tara Grand maître Répondu le 27 mai 2020

Pour ne plus vous poser cette question ni tant d'autres,
découvrez les formations en orthographe et en expression du Projet Voltaire :

Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.