Quelle est la bonne écriture :

« Ils se sont vus félicités par le jury. » (pris)
ou : « Ils se sont vu féliciter par le jury » (prendre)
Je sais, , le participe passé  suivi  d’un infinitif s’accorde si le sujet fait l’action exprimée par cet infinitif.
Mais j’ai beau chercher !

MarietteJL Débutant Demandé le 25 octobre 2015 dans Accords

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 

Bonjour

Accord du participe passé suivi d’un infinitif.

Le participe passé suivi d’un infinitif s‘accorde avec le nom ou le pronom complément d’objet placé avant lui si celui-ci fait l’action exprimée par l’infinitif.
Les musiciens que j’ai entendus jouer.
J’ai entendu qui ? les musiciens, (et ils jouaient)──► donc accord

reste invariable dans le cas contraire.

Dans votre phrase:
Ce ne sont pas  « eux » qui félicitent; « ils » sont félicités par le jury

Vous devez donc écrire:

Il se sont vu féliciter par le jury.

Remarque I:

Se voir sert d’auxiliaire du passif, soit avec l’infinitif, soit avec le participe passé.

1- Avec un infinitif
Ils se sont vu condamner à dix ans de prison.
Elle s’est vu remettre le bijou par le voleur.

2- Avec un participe passé
Je les ai vus endormis dans le bois.
Ils les ont vus errant à l’aventure.
Ils se sont vus obligés de faire la preuve de leur bonne foi.

Un moyen simple pour savoir s’il faut employer l’infinitif ou le participe passé consiste à changer le verbe en –er par un verbe ayant une autre finale, par exemple –ir ou –tre. Le participe passé de ces verbes étant différent de l’infinitif, on reconnaîtra aisément la forme qui convient.
Exemples :
– Depuis deux ans, Maurice a vu augmenter ses responsabilités. (On pourrait remplacer augmenter par croître; c’est donc l’infinitif qui convient.)
– Il s’est senti abandonné par ses amis. (On pourrait remplacer abandonné par trahi; c’est donc le participe passé qui convient.) ref : BDL

Remarque II:

Solécisme: Construction qui n’est pas conforme aux règles de la syntaxe d’une langue  ou qui n’est pas acceptée dans  un usage jugé correct.

On peut rattacher à cette faute la construction délicate avec la locution « s’être vu » + l’infinitif », où la tentation est forte de placer par concision le «pronom réfléchi  » comme complément du second verbe à l’infinitif, quand il ne devrait être que son sujet. Généralement, le contexte sauve le sens.

« Il s’est vu décerner le premier prix. »
Au lieu de :
« Il s’est vu recevoir le premier prix. »

Normalement, dans le premier cas, on devrait traduire qu’il s’est vu lui-même en train de décerner un prix. Mais il est sûr que le sens voulu était qu’il a vu un prix qui lui a été décerné.

« Se voir » correspond à une « vision de soi faisant une action » et non la « vision d’un fait qui se réalise pour soi ».

czardas Grand maître Répondu le 25 octobre 2015

Lorsqu’un verbe à l’infinitif suit un autre verbe, le verbe à l’infinitif exprime une action en cours de réalisation. En utilisant l’infinitif, on met donc l’accent sur la réalisation de l’action.

Lorsqu’un participe passé suit un autre verbe, le participe met l’accent sur un état ou sur le résultat de l’action exprimée par le verbe.

BDL 

Donc au choix.

Nanou0 Maître Répondu le 25 octobre 2015

Attention, le participe passé du verbe faire suivi d’u infinitif est invariable, elle s’est fait gronder.
Depuis la réforme de 1990, c’est aussi le cas du verbe laisser.

joelle Grand maître Répondu le 25 octobre 2015

Je suppose que vous vouliez écrire « d’un infinitif » ?

le 5 décembre 2015.

Les deux formules sont acceptables.

jean bordes Grand maître Répondu le 26 octobre 2015
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.