que veut dire dygyne ?

Amélie Nothomb emploie dans son livre Hygiène de l’assassin chez Albin Michel le mot dygyne dans la phrase suivante:

Tous le autres livres sont dygynes.

Je ne trouve aucune référence sur ce mot ?

Yves Maître Demandé le 16 février 2015 dans Question de langue
5 réponse(s)
 

C’est un mot forgé par Mme Nothomb. Pour le comprendre, il est impératif de se référer à l’extrait complet du livre. Sur le modèle de dyade, elle utilise ce mot pour signifier que chacun des livres mentionnés dans l’énumération comporte deux personnages féminins. Cette question fait l’objet de la controverse entre les deux protagonistes…

Étonnant, n’est-ce pas ?

Chambaron Grand maître Répondu le 16 février 2015

J’écrirais plutôt digyne.
Digyne signifie alors : qui a deux pistils, qui a deux organes femelles.
Je ne connais pas de livres qui ont deux organes femelles. Peut-être le contexte nous aiderait à comprendre sa pensée.

jean bordes Grand maître Répondu le 16 février 2015


– Neuf romans et dix-neuf femmes.
– Répartitions ?
– Les Sales Gens : trois femmes. Tous les autres livres sont dygynes :…

Digyne me semble en effet mieux correspondre au contexte du livre. Faut-il y voir une coquille ? Cela y ressemble  ! merci

le 16 février 2015.

C’est bien ce que j’expliquais dans ma réponse : une fois ôté Les Sales Gens, il reste bien huit romans pour seize femmes, soit précisément huit romans « dygynes »…

le 16 février 2015.

Ce mot n’est pas du tout un néologisme créé par Amélie Nothomb, il existe bel et bien !

Il semblerait que « Dygyne » soit l’orthographe anglaise, car je n’ai trouvé ce terme orthographié ainsi que dans des textes en anglais.

En français il s’orthographie « Digyne ». Il s’agit d’un terme de tératologie (du grec téras « monstre » et logia « étude) : étude scientifique des malformations congénitales chez l’être humain.

La « Digynie » est une classe de monstres ayant pour caractère la présence du sexe féminin double chez un individu.

Dans cet extrait, le terme est employé avec humour, semble-t-il, ou en tout cas ce qui peut passer pour de l’humour…
Dix-neuf héroïnes dans les neuf romans, c’est-à-dire trois dans Les sales gens et deux dans chacun des autres : elle représente chaque héroïne par son organe sexuel…
À  chacune et chacun d’apprécier !

CATHY LÉVY Grand maître Répondu le 16 février 2015

Je pense que l’usage du « y » n’est pas anodin chez un tel auteur, si méticuleux : le dy- représente bien une paire (comme dans dyade) et non un dédoublement comme dans digynie.
Il n’est, dans le contexte du livre, pas connoté par une quelconque misogynie : cette racine est très courante (androgyne, gynécologie, etc.)
De toute façon, c’est incompréhensible hors du roman ! D’où la notion de création propre à Amélie dans son contexte propre…

le 16 février 2015.

C’est tout à fait facile à comprendre, au contraire, le contexte est assez connu, Amélie Nothomb fait parler ici un être exécrablement misogyne et ordurier, dans ce tout premier roman qu’elle publie, en 92, alors qu’elle n’a qu’une vingtaine d’années. (voir mon pitch du roman)

Les éditeurs auxquels elle l’avait adressé sans préciser son prénom, étaient persuadés qu’il s’agissait d’un homme, à n’en pas douter, plutôt très âgé, et peut-être même anglais. (elle est parfaitement anglophone, du reste !)

Le mot « digyne » est formé du préfixe « di », qui signifie « deux » ou « double » (et non pas dédoublement, je suis désolée de vous contredire…) et de « guné » qui signifie « femme » et qui en lui-même n’a absolument rien de misogyne, non !
Le terme « diandrie » est formé sur les mêmes racines, (« andros » signifiant « homme »).

Je n’arrive pas à comprendre pourquoi vous refusez cette étymologie, qui est évidente et coule de source ? Dans « dyade », ça n’est pas « dy » qui signifie « paire » mais le mot tout entier !

D’ailleurs le préfixe « dy » n’existe pas en français. « Dys », préfixe le plus proche, signifie « mauvais, mal ». (exemple: dysfonctionnement)

le 16 février 2015.

Nous sommes aussi têtus l’un que l’autre : j’admire votre connaissance de A.N., mais elle écrit le mot avec un « y » et ce n’est pas un hasard. Concernant le dy-, c’est certes une sorte d’hapax dans le domaine des racines grecques, mais elle n’a pas choisi di-.

Je vous en prie, comme vous la connaissez, convainquez-la de venir nous expliquer…

Quant au pitch, je vous en supplie, même si cela est du jargon journalistique, essayez un mot français ! Cela ressemble fortement à un résumé, non ?

le 17 février 2015.

Oui Cathy, c’est bel et bien un être ordurier et misogyne qu’A.N. fait parler à huis clos avec un journaliste qui s’avère être féminine et qui tient tête à un romancier couronner du prix Nobel de littérature.
Dans un paragraphe plus haut, elle mentionne le mot monogyne dont elle mentionne le néologisme de ce mot.
Toutefois, monogynes existe bien après recherche, alors que dygyne n’existe pas dans le Larousse. Mais digyne oui.
J’ai bien compris votre définition du terme anglais. Il est vrai qu’A.N. utilise à la fois néologismes, figures de style et j’ai appris également par ce livre les sophismes !
Bref, un condensé de bijoux stylistiques qu’un grand amateur comme moi c’est parfois perdu sur quelques lignes comme celle précédemment citée.

le 17 février 2015.

Ah, je vous remercie Lambert, je commençais à me sentir un peu seule face à des arguments qui n’en sont pas, et des votes positifs non justifiés !!! Et, puisque vous appréciez mes réponses, n’hésitez pas à me soutenir grâce aux petits boutons qui sont à votre disposition à cet effet, justement !

Je ne connais pas personnellement Mademoiselle Nothomb, et à ma connaissance, elle n’est pas très versée dans le numérique.
La seule façon de la joindre, me semble-t-il, est de lui écrire par courrier postal, chez son éditeur.
Quelqu’un parmi vous a-t-il de plus amples informations ?

le 17 février 2015.

Cathy, pouvez-vous m’expliquer pourquoi vous écrivez à la fois que le mot n’est pas un néologisme et qu’il s’agit de l’orthographe anglaise ? Nous sommes bien en français ?

« je n’ai trouvé ce terme orthographié ainsi que dans des textes en anglais »

En français il s’orthographie « Digyne », ==> c’est bien une sorte de néologisme… ?

le 24 février 2015.

Pitch du roman, composé presque exclusivement de dialogues :
Un célèbre romancier n’a plus que deux mois à vivre.
Toute la presse se bouscule alors pour l’interviewer, à l’affût du scoop ultime… Les journalistes, (tous des hommes) sont découragés et poussés à l’écœurement, les uns après les autres, et le lecteur découvre un être abject, misanthrope, intolérant, provocateur, doublé d’un misogyne de la pire espèce ! Lorsque finalement c’est une femme qui l’interviewe, sa misogynie s’accentue encore et devient ordurière.
Réduire une femme à son seul organe sexuel est donc parfaitement en accord avec ce personnage…

CATHY LÉVY Grand maître Répondu le 16 février 2015

Bravo ! Je n’avais lu que l’extrait concerné.
Je m’incline sur l’arrière-plan du roman, mais persiste sur la lecture sémantique du mot…
N’en devenons pas pour autant misomniaques (celui-là est de ma fabrication) dans une détestation de tout !

le 16 février 2015.

Aïe ! Votre « misomniaque » me fait un peu mal aux yeux…
Tout comme votre « dyade » qui n’a, me semble-t-il, rien à faire ici…
Qui déteste quoi ?
Certainement pas moi, qui suis en admiration devant l’écriture d’Amélie Nothomb, en tout cas !

le 16 février 2015.

Misanthrope/misogyne +omnia +phobie = misomniaque.
Il y a plus grave pour les mirettes…

le 17 février 2015.

J’avais bien compris votre construction ! En revanche, votre mot m’évoque plutôt un homme qui ne dort qu’à moitié ^_^

le 17 février 2015.

A lire votre conversation après 10 jours de vacances, je pense à deux mots :

1) le mot dyarchie que l’on enseigne en droit constitutionnel pour nous faire comprendre que la France a deux « chefs » : le Président et le Premier ministre==> ceci va bien dans le sens de dyade, puisqu’il s’agit bien d’une dyade au sommet de l’Etat.
C’est dans ce sens que je comprends l’orthographe « innovante » ou fautive de ce mot par Nothomb (ce serait donc un anglicisme et non un néologisme ?) puisqu’il y a deux personnages féminins par roman…

2) le mot « misonéisme » qui signifie aversion pour ce qui est nouveau…

joelle Grand maître Répondu le 24 février 2015
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.