Propositions

Bonjour.

« Il considère que la publicité est une bonne chose car il pense qu’elle permet de mettre ses produits en valeur. »
Ma proposition « qu’elle permet de mettre ses produits en valeur » est apparemment subordonnée (conjonctive completive) à une coordonnée (« car il pense »). Est-ce techniquement possible et vrai ? Ma coordonnée devient-elle alors une (deuxième) proposition principale?

Mauz Débutant Demandé 6 jours auparavant dans Question de langue
Ajouter un commentaire
1 réponse(s)
 

Il considère que la publicité est une bonne chose : une première phrase composée d’une principale + une subordonnée complétive
car : conjonction de coordination
il pense qu’elle permet de mettre ses produits en valeur. : une seconde phrase composée d’une principale + une subordonnée complétive
coordonnée à l’autre phrase. En clair, vous avez deux phrases complexes coordonnées.

Bien sûr nous avons tous appris que les conjonctions de coordination reliaient plutôt des indépendantes ou phrases simples. Il est vrai que votre phrase peut être allégée. il considère + il pense = redondance n°1 ; elle permet de = redondance n°2 ; que ….est = redondance N°3

Il considère la publicité comme une bonne chose : elle met ses produits en valeur.

joelle Grand maître Répondu 6 jours auparavant
Ajouter un commentaire
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.