Proposition subordonnée conjonctive circonstancielle

Répondu

Bonjour
je ne parviens pas à savoir si dans la phrase suivante:
Je vais mourir; le poison va couler dans mes veines: car que ferais je ici, puisque le seul homme qui le retenait à la vie n ‘est plus?   la proposition: « car que ferais je ici « est une proposition subordonnée conjonctive circonstancielle puisqu elle serait aussi dit l énoncé de l’exercice la proposition principale.

la proposition car que ferais je ici, selon moi ne complète rien, donc pourquoi est elle une subordonnée?

Merci

Kind Érudit Demandé le 6 février 2022 dans Général

Que ferais-je (avec un trait d’union)

le 7 février 2022.

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

2 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Je vais mourir : proposition indépendante
le poison va couler dans mes veines :
proposition indépendante  juxtaposée à la précédente (;)

*car que ferais je ici : proposition   juxtaposée (:)  **[et qui semble être coordonnée à la précédente par la conjonction de coordination « car » ]  + proposition principale de proposition suivante
puisque le seul homme n ‘est plus :
proposition subordonnée conjonctive  complément circonstanciel de justification du verbe de la principale (faire)
qui le retenait à la vie  : 
proposition subordonnée relative  (complément de l’antécédent « homme »)

Une proposition peut être indépendante de ce qui précède et avoir une ou des subordonnées et donc avoir le statut de principale : elle est proposition indépendante principale.

——-

*Pour plus de simplicité : faisons comme si il y avait un point au lieu de (:) entre :
Je vais mourir; le poison va couler dans mes veines
et
car que ferais je ici, puisque le seul homme qui le retenait à la vie n ‘est plus?
Et considérons que nous avons là deux phrases.

——

**Remarque : la conjonction « car » ne sert pas ici de conjonction, mais elle permet une relance : on pourrait la remplacer par « et » ou « mais » ou carrément l’enlever. Il y a d’ailleurs  « : » entre les deux énoncés.
–> Je vais mourir; le poison va couler dans mes veines: et que ferais je ici, puisque le seul homme qui le retenait à la vie n ‘est plus?

—> Je vais mourir; le poison va couler dans mes veines : que ferais je ici, puisque le seul homme qui le retenait à la vie n ‘est plus?
—>
Je vais mourir; le poison va couler dans mes veines: mais que ferais je ici, puisque le seul homme qui le retenait à la vie n ‘est plus?

Tara Grand maître Répondu le 7 février 2022

Merci c est très clair

le 7 février 2022.

Tant mieux !

le 7 février 2022.

« car » est une conjonction de coordination et n’introduit pas une subordonnée mais une indépendante coordonnée.

joelle Grand maître Répondu le 7 février 2022
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.