Prononciation du (t) dans le mot (but)

Répondu

Bonjour

à la base, nous prononçons le (t) du mot but, mais un de mes collègues de classe ne le prononce pas !

je posais la question à un de mes amis français sur skype , il m’a dit que c’est totalement faux et qu’il n’a jamais entendu un français ne prononce pas le (t) …

cette soirée, je regardais un reportage de football , le commentateur sportif francais ne prononcait pas le (t) !!

JCDEY Maître Demandé le 26 novembre 2015 dans Général
2 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Bonjour,

Le Grand Robert indique que la prononciation est [by(t)], ce qui signifie que les deux variantes sont possibles.

Une explication plus détaillée se trouve, comme souvent, dans le TLFi :

  • PRONONC. ET ORTH. : [by] ou [byt]. Transcr. [by] dans Pt Rob. ainsi que dans Nod. 1844, Littré et DG. Les 2 transcr. dans Passy 1914, Barbeau-Rodhe 1930, Dub., Pt Lar. 1968 et Warn. 1968. dans Lar. Lang. fr. [by] et [byt] devant voyelle. Cf. Rouss.-Lacl. 1927, p. 171 : « On hésite pour un certain nombre de mots : fa(t), bu(t), ne(t), c’est un fai(t). » L’ensemble des ouvrages note comme Nyrop Phonét. 1951, § 87 et 260 : « But se prononce tantôt [by] (prononciation officielle), tantôt [byt]. On a surtout tendance à faire entendre le t quand le mot est final, [devant voyelle, notamment dans les locutions but à but et de but en blanc] ou marqué par l’emphase : voilà mon but [byt]; mais le but [by] principal. » Fouché Prononc. 1959, p. 406, signale que l’on prononce toujours [byt] dans le lang. sportif. Buben 1935, § 220, explique la restitution du t final par l’influence du fém. butte « avec lequel but était quelquefois confondu ». Notons que l’orth. butte l’emporte au xixeet au xxes. dans l’expr. être en but(t)e à. Littrés’élève contre la prononc. [byt] même en finale : « Cela ne vaut rien et est un effet de la tendance vicieuse (…) à faire sonner les consonnes. » Mart. Comment prononce 1913, p. 329, dit qu’on prononce toujours [by] à Paris et que la prononc. [byt] est provinciale. Pour G. Straka, La Prononc. parisienne dans B. de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 1952, p. 26 et 27, les hésitations du bon usage quant à la prononc. de la consonne finale « sont compréhensibles et on aurait tort de les réprouver; le jour viendra (…) où l’un des deux doublets l’emportera; ce sera sans doute celui qui, d’accord avec la tendance phonétique générale, représente une innovation » (prononc. [byt]).
Vlavv Maître Répondu le 26 novembre 2015

Bonjour,

Pour vous en convaincre, un seul arbitre : le dictionnaire.
http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/but/11768?q=but#11611

Cliquer surl’icône

czardas Grand maître Répondu le 26 novembre 2015
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.