Pronom l’

Bonjour. Dans la phrase qui suit, que représente, à quoi fait référence le pronom l’ ? « Tout apprentissage, toute réflexion ou tout projet de rédaction pourraient devenir plus simples et plus faciles si l’on savait appliquer un certain nombre de principes communs à tout travail intellectuel ». Je vous remercie.

Lauren Maître Demandé le 2 juillet 2021 dans Général

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

2 réponse(s)
 

(L’)on rencontre souvent, au lieu du pronom on, la variante l’on.

Le l apostrophe de l’on n’est pas à l’origine une consonne euphonique, mais l’article défini : l’on était synonyme de l’homme en général. Au fil des siècles, ce nom on s’est transformé en véritable pronom indéfini (désignant un individu non déterminé) et son article défini est devenu facultatif. Cette évolution pourrait se schématiser avec ces trois exemples :

L’homme est bien peu de chose.
L’on est bien peu de chose.
On est bien peu de chose.

Voici ce que recommandent les grammaires modernes.

L’on est préférable à on
a) Quand cela permet d’éviter un hiatus (suite de deux voyelles phonétiques). Le cas se présente notamment après ces mots : et, ou, où, qui, quoi, si.

C’est un retour aux sources, si on veut. ==>si on : hiatus

C’est un retour aux sources, si l’on veut.

b) Après le mot que, pour éviter la syllabe malsonnante qu’on.

Il faut assumer ce qu’on dit.==>qu’on : malsonnant

Il faut assumer ce que l’on dit.

Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement.

À l’inverse, on est préférable à l’on
a) Quand on est suivi d’un mot commençant par l, pour éviter une allitération (répétition d’une même consonne).

On se cultive quand l’on lit beaucoup.==>l’on lit : allitération

On se cultive quand on lit beaucoup.

C’est une famille où l’on lit beaucoup.==>l’on lit : allitération C’est une famille où on lit beaucoup.

où on : hiatus, mais préférable

b) Après dont. La suite dont on (le t se prononce en faisant la liaison) est préférable à dont l’on.

C’est un roman dont l’on dit beaucoup de bien.==>dont l’on : à éviter

C’est un roman dont on dit beaucoup de bien.

préférable

Ces règles sont plus ou moins bien respectées et ne sont nullement obligatoires, mais elles sont recommandées dans un français soigné.

joelle Grand maître Répondu le 2 juillet 2021

Bonjour,

Ici, l’  ne représente rien (pas de phrase, de membre de phrase…).

« De son état ancien de nom,  on garde la faculté d’être accompagné de l’article défini dans la langue écrite. 
Ignorant l’histoire, les grammairiens y ont vu une consonne euphonique dont ils exigeaient la présence pour éviter l’hiatus, après des mots comme et, ou, où, qui, quoi, si (ils étaient obligés d’ajouter que à cause de la fréquence de que l’on , due en partie à la crainte de l’homophonie). En fait, les auteurs en usent assez librement soit qu’ils mettent on seul alors qu’il y a un hiatus, soit qu’ils emploient l’on après un mot terminé par une consonne articulée ou par un e muet ou encore après un point. »

Le Bon usage actuel

l’ est facultatif.

________________________________________________________________________________________________________________                                                    Bonjour Joëlle ! 

Prince Grand maître Répondu le 2 juillet 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.