Problème avec  » Bien que »

Bonjour !

« Bien que » doit-être suivi d’un subjonctif. Soit.

Bien que je n’aie pas l’intention de m’attarder, je reste encore une ou deux heures.

Mais au passé, je ne vais quand même pas dire à mon interlocuteur :

Bien que je n’eusse pas l’intention de m’attarder, je suis resté encore une ou deux heures.

Aussi, n’est-il pas rare d’entendre dire :

Bien que je n’avais pas l’intention de m’attarder, je suis resté encore une ou deux heures.

Que penser de tout cela ?

Merci.

Brad Grand maître Demandé le 11 août 2018 dans Général

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

3 réponse(s)
 

Bien que je n’aie pas l’intention de m’attarder, je reste encore une ou deux heures.==> correct

Au passé, vous semblez vouloir éviter l’imparfait du subjonctif et c’est compréhensible dans la langue actuelle, même à l’écrit :
1) Bien que je n’aie pas eu l’intention… : le subjonctif passé fait moins savant
2) Alors que je n’avais pas l’intention de m’attarder : la conjonction « alors que » appelle l’indicatif
3) Même si ce n’était pas mon intention, : même remarque
4) Contrairement à mes intentions, …

A propos du subjonctif imparfait, la 3è personne du singulier est moins savante : Bien qu’il n’eût pas l’intention de s’attarder, il est resté encore une ou deux heures.

joelle Grand maître Répondu le 12 août 2018

Je me demande s’il n’y a pas une faute de frappe dans votre dernière phrase, Joëlle : Bien qu’il n’eût pas l’intention de sattarder, il est resté encore une heure ou deux.

Zully Grand maître Répondu le 12 août 2018

Merci Zully, c’est modifié…Vous avez toujours l’oeil !

le 12 août 2018.

Joëlle, je vous remercie de votre commentaire. Il tombe très bien dans ma vie !

le 12 août 2018.

Merci Joelle pour vos explications, elles sont très claires.

Brad Grand maître Répondu le 12 août 2018
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.