Présent ou subjonctif présent ?

Bonjour,

Je suis face à un problème de conjugaison afin de savoir quand est-ce qu’on emploie le présent et le subjonctif présent. Je commence sincèrement à perdre espoir dans la mesure où même en appliquant à la lettre la règle, une fois sur deux ça ne marche pas. En effet, je remplace par tout ce que je peux mais je n’y arrive pas.

Est-il possible de me donner un conseil, j’en serais très reconnaissant !
Je vous en remercie,
Andy

orthody Membre actif Demandé le 14 août 2017 dans Conjugaison

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

5 réponse(s)
 

Cher Andy,

Je suis touchée par votre désarroi et me demande comment vous aider. Pourriez-vous donner un exemple où la règle /les règles que vous appliquez vous induisent en erreur ?

Zully Grand maître Répondu le 14 août 2017

Les verbes qui, à l’indicatif présent, se terminent par « -ions » ou « -iez » aux 1re et 2e personnes du pluriel (« nous rions », « vous criez ») prennent un « i » supplémentaire à l’imparfait et au subjonctif présent (« nous riions », « que vous criiez »). Notez que les formes de ces verbes sont identiques à l’imparfait et au subjonctif présent.
Pour distinguer le présent de l’imparfait, il suffit de remplacer « nous » par « je » et « vous » par « tu » :

Nous rions jaune quand on se moque de nous. = Je ris jaune quand on se moque de moi. ? On met le verbe au présent : nous rions.

Vous riiez jaune quand on se moquait de vous. = Tu riais jaune quand on se moquait de toi. ? On met le verbe à l’imparfait : vous riiez.

Cette méthode risque de se révéler moins efficace pour distinguer le subjonctif de l’indicatif, les deux formes se prononçant souvent de la même façon à l’oral (« je rie », « tu ries »/« je ris », « tu ris »). Il sera souvent préférable de remplacer notre verbe par un autre tel que « faire ». Je comprends que vous riiez jaune quand on se moque de vous. = Je comprends que vous fassiez… ? C’est le subjonctif qui convient, on redoublera donc le « i » : vous riiez.

N.B. Le problème et la solution sont les mêmes pour les verbes en « -er » (« vous employez », « vous employiez »).

Voici le cours donné,
Merci pour votre aide

orthody Membre actif Répondu le 14 août 2017

Je dois être un peu dure de la « feuille »… façon de dire, mais je n’ai pas bien compris le sens des « ? » dans vos phrases. Si c’est une question, vous avez bien répondu avec la bonne orthographe.

Dans la seconde partie de votre texte vous pouvez fort bien remplacer le verbe par « faire », mais le fait d’utiliser « que « , soit  » Je comprends que vous riiez. jaune quand… » vous indique qu’il faut un subjonctif.

Cela mis à part, je n’ai pas vu d’exemple où vous vous fourvoyez. Et quand vous dites « Voici le cours donné », s’agit-il du texte écrit ?

Zully Grand maître Répondu le 14 août 2017

Bonjour Andy,

Cette règle est assez dense.  Le subjonctif s’emploie généralement après « que » mais aussi quelquefois après « qui ». Et il y a des exceptions, bien sûr !

Il faut se poser la question suivante :  s’ agit-il d’une pensée ou d’une déclaration ? Exprime-t-on un sentiment ou un ordre ?
Tout ce qui est de l’ordre du doute ou du sentiment  amène au subjonctif.
Exceptions :
– pour le verbe « espérer »
– pour les formes interrogative et négative des verbes de pensée ou de déclaration
– pour « après que »

Exemples:

– J’aime que tu lises des romans français : …. Aimer est un verbe de sentiment, donc subjonctif
– je constate que tu lis des romans français : …. Constater est un verbe de déclaration, donc indicatif
– j’ espère que tu lis des romans français : … Espérer est un verbe de sentiment , mais c’est l’exception !
– je souhaite que tu lises des romans français : souhaiter est un verbe de sentiment, donc subjonctif
– je crois que tu ne lis pas de romans français. : croire est un verbe de pensée et il est à la forme affirmative, donc on emploie l’indicatif
– Je ne crois pas que tu lises de romans français : c’est une pensée mais à la forme négative , donc on emploie le subjonctif
– je voudrais te parler avant que tu ne lises ton roman :  avant que est une expression conjonctive donc on emploie le subjonctif
– je voudrais te parler après que tu as lu ton roman : … Exception pour « après que »

Dernière chose : on veut pouvoir insister sur quelque chose dont on est sûr et donc on emploie l’indicatif.
exemple:
– il ne croit pas qu’il soit malade : verbe de pensée, forme négative donc subjonctif
mais ….
– il ne croit pas qu’il est malade : il est malade , c’est une certitude mais lui ne le croit pas.

Si tu as un doute sur des exemples, on peut essayer de voir si cela correspond bien a ces règles.

Sylvamat Grand maître Répondu le 15 août 2017

Merci pour vos réponses,

Sylvamat merci pour votre longue explication et bien détaillée. Je vais en prendre compte lorsque je serai confronté à cette règle en plus de faire des remplacements par les verbes  donnés dans le cours.

J’espère que je n’aurai plus de difficultés à présent !

Encore merci !

Andy,

orthody Membre actif Répondu le 15 août 2017
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.