Prémices/prémisses

Répondu

Bonsoir tout le monde,

J’espère que vous allez bien.

Quelqu’un saurait me vulgariser la différence entre prémices et prémisses ?

J’ai beau éplucher les dictionnaires, je n’arrive pas à bien cerner la subtilité.

Shayn Membre actif Demandé le 29 décembre 2021 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

5 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Bonsoir Shayn

Voici un article rédigé par Sandrine Campese : Le nom prémisses, du latin praemissa, désigne les propositions d’un syllogisme. Défini par le philosophe grec Aristote, le syllogisme est un raisonnement logique qui comprend deux propositions, appelées majeure et mineure, et une conclusion.
Le syllogisme le plus connu est : Tous les hommes sont mortels (majeure), or Socrate est un homme (mineure), donc Socrate est mortel (conclusion).

Prémices, du latin primus, « premier », s’est d’abord employé à propos des premiers fruits de la terre et des premiers-nés d’un troupeau destinés aux offrandes religieuses, avant de prendre le sens figuré de « commencement ».

Sandrine Campese

Voici les définitions de l’Académie française :

Prémices :

Dans l’Antiquité, premiers produits de la terre ou du bétail donnés en offrande à une divinité. Lors des fêtes de Cérès, les matrones romaines offraient en prémices à la déesse des guirlandes d’épis.

▪  Fig. Commencement, prélude ; premières manifestations ou premières apparitions d’un processus. Les prémices d’un règne. Ces revendications constituèrent les prémices de la grève.
Prémisses :
Chacune des deux propositions d’un syllogisme, la majeure et la mineure, d’où résulte la conclusion. Réfuter, accepter les prémisses. Pour Aristote, la démonstration se fonde sur des prémisses indubitables, l’opinion sur des prémisses probables. Une prémisse douteuse.

▪  Par extension. Tout argument qui sert de fondement à un raisonnement, dont découle une conséquence. Cette théorie s’appuie sur des prémisses incertaines.
Et voici des exemples donnés par L’Académie française

on écrit on n’écrit pas
Offrir à Cérès les prémices d’une récolte Offrir à Cérès les prémisses d’une récolte
Ces manifestations furent les prémices de l’émeute Ces manifestations furent les prémisses de l’émeute
Une théorie fondée sur des prémisses douteuses Une théorie fondée sur des prémices douteuses
PhL Grand maître Répondu le 29 décembre 2021

Bonsoir,

Prémisses est rare et spécialisé : il désigne chacune des deux premières propositions d’un syllogisme. Prémices désigne aujourd’hui souvent des « commencements », débuts ». Ex. : Une expérience d’ouverture dans la continuité, dont certains croient déjà discerner les prémices (Le Monde).

Prince Grand maître Répondu le 29 décembre 2021

Il suffit de consulter un dictionnaire. Il est vrai que l’homonymie est aggravée par des acceptions parfois proches, parfois appartenant à des contextes similaires.
Extraits du Trésor de la Langue Française :
Prémices :
Dans l’Antiquité, premiers fruits de la terre, premiers nés d’un troupeau, destinés aux offrandes religieuses.

. Par extension :  Premiers fruits de la saison, premières fleurs du printemps donnés en offrande.
[La cuisine] regorgeait des offrandes du crémier, du fruitier, de la marchande de légumes, venus parfois de hameaux assez lointains pour lui dédier les prémices de leurs champs (Proust).
3. Par analogie Premières réalisations d’un artisanat, d’une industrie. [Il] ne se sert à sa table que de linge, d’assiettes et d’ustensiles provenant de manufactures américaines, dont les entrepreneurs s’empressent de lui envoyer les prémices (Crèvecoeur):
B. − Au figuré

1. Littéraire Début, commencement.
Je ne sais trop pourquoi on veut voir dans l’automne les prémices de l’anéantissement; pour moi, il me semble qu’alors la vie me donne à signer un nouveau bail (Green). 
2. Première manifestation, premier résultat d’un processus, d’un phénomène.

————-
Prémisse :

A. − Logique : Chacune des deux propositions, majeure et mineure, d’un syllogisme, d’un raisonnement.
Le syllogisme est un raisonnement composé de deux prémisses et d’une conclusion (J.-J. Ampère)
B. − Proposition, affirmation entrant dans une démonstration dont on tire une conclusion.
Dans un grand nombre d’affections nerveuses, dans les hystéries, les névroses d’angoisse, les névroses obsessionnelles, nos prémisses se montrent justes (Freud).

Prémisse de + substantif : Point de départ, condition première d’un phénomène. Dieu est meilleur que vous, mon enfant, reprit le père avec des caresses dans la voix. Si j’en juge par le présent, il vous offre les prémisses d’un superbe avenir (Estaunié)
—————————-
Pour « prémices » penser à  : premières objets dignes d’être des offrandes (moyen mnémotechnique : il y a dans « prémices » un « C » comme « Cadeau » – et le terme est au pluriel)
Pour « prémisse » penser à : point de départ  qui annonce un événement (moyen mnémotechnique : il y a dans « prémisse » les deux « S » de « promesse »

Tara Grand maître Répondu le 29 décembre 2021

Je vous remercie infiniment, j’ai parfaitement compris !

Depuis hier je cherche ici et là, j’aurais dû poster plus tôt !

Je vous souhaite une excellente soirée.

Shayn Membre actif Répondu le 29 décembre 2021

Merci Tara pour votre réponse.

Justement, j’avais déjà vu cette définition et d’autres, dans le TLFI notamment, mais la seconde « prémisse de + » m’embrouillait, et je ne comprenais pas l’aspect logique car je trouvais les exemples peu clairs face à mon flou.

Merci à vous Prince !

Shayn Membre actif Répondu le 29 décembre 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.