À l’intention de Jean bordes

Répondu
nadimone Grand maître Demandé le 26 octobre 2016 dans Général

C’est« au temps pour moi » jean a raison nadimone.

Ps: le titre de ta question est bizarre.

le 26 octobre 2016.
5 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Je vois deux usages différents et cela est rarement mis en évidence. Qu’en pensez-vous ?

1) Au temps pour moi = rappel à l’ordre de soi-même = attitude militaire

Exemple :
– Quelle est la capitale de l’Australie ?
– Sydney
– Vous êtes certain ?
– Au temps pour moi, c’est Canberra.

2) Autant pour moi = « C’est autant d’erreur que l’on peut mettre à mon actif » = humilité = sentiment d’excuse.

Exemple :
– Vos résultats sont très décevants ce trimestre.
– Je croyais qu’ils avaient augmenté de 30%.
– Autant pour moi, je me suis trompé de dossier.

Ma conclusion :
– Les deux expressions se prononcent de manière identique.
– Les deux expressions s’emploient dans le cas où le sujet commet une faute.
– Cependant l’émotion est radicalement différente :
froide et centrée sur le sujet
versus
émotionnelle et compatissante

N.B. : L’Académie française reconnaît uniquement le premier usage.

JackIsJack Maître Répondu le 26 octobre 2016

Dans les deux cas, les emplois sont très proches. On peut n’employer que la locution « au temps pour moi ».
En revanche, je retiens la nuance « émotionnelle et compatissante » (je rajouterais « avec un brin d’autodérision »), c’est défendable.

En revanche, l’Académie française ne reconnaît que l’emploi de « au temps pour moi ». 

le 27 octobre 2016.

Nous sommes d’accord :
– « avec un brin d’autodérision » ;
–  et l’Académie française reconnaît uniquement la version militaire.

le 27 octobre 2016.

Ce qui est amusant avec cette expression, c’est la quantité d’encre consommée à savoir comment on doit l’écrire alors qu’elle n’est pour ainsi dire presque jamais utilisée à l’écrit. Depuis que je corrige des textes, je ne l’ai jamais croisée, mais les blogues regorgent de querelles interminables à son sujet. Cela donne à réfléchir…

En fait notre langue regorge de mots et de tournures qui ont dérivé pour se prononcer ou s’écrire tout autrement, voire signifier tout autre chose qu’à l’origine. La tournure « chiffe molle » ne plaît plus à la langue populaire ? Elle en fait « chique molle », qui ne veut rien dire mais marche bien. On disait autrefois traiter quelque chose « par dessous la jambe » (avec négligence) ? Qu’à cela ne tienne : de nos jours, c’est « par dessus » la jambe sans aucune justification. Formidable signifiait « qui inspire une grande peur » : à notre époque, cela inspire plutôt du plaisir ou de l’admiration.

À partir du moment où les conditions qui ont donné naissance à une expression ne sont plus perçues par le grand public, elle prend son chemin à travers bois et il y aura toujours quelqu’un pour expliquer que c’est mieux ainsi. Même si la tournure « au temps pour moi » est incontestable, la langue populaire préfère la ramener à  ce qu’elle connait, quitte à torturer des explications invraisemblables.

C’est comme cela, et ce n’est pas fini…

Chambaron Grand maître Répondu le 27 octobre 2016

Excellentes remarques.
« Au temps pour moi » est très peu employé à l’écrit, quant à l’oral, la graphie n’a pas d’importance, on prononce pareil.
Enfin, des locutions, des formules, se sont transformées au fil du temps, sous la pression populaire, selon l’usage.
Elles étaient erronées avant, elles sont correctes aujourd’hui.

le 27 octobre 2016.

On devrait consacrée  une heure ou deux aux enfants chaque année
pour les mots qui sont sur le fil du rasoir ?

Par contre.
voire même
Autant pour moi ? Etc…

Ps : J’entends déjà : Mais on le fait…

le 27 octobre 2016.

J’aime beaucoup ce discours qui relègue au second plan la théorie (… l’espace d’un instant) 🙂

Pour ma part, j’utilise cette expression un peu plus que « rarement » mais dans les écrits informels : forum de discussions, e-mail professionnel interne, chat, messagerie rapide, réseaux sociaux …
Ces écrits ne sont pas soumis à l’attention des correcteurs, et constituent pourtant la majorité des échanges écrits des Français. Sinon, comment expliquer la popularité de ce sujet ? (preuve par l’absurde). Par contre, je n’ai pas de preuve chiffrée à apporter.

Aussi, je suis d’accord qu’il existe des expressions illogiques, mais autant les limiter le plus possible, sinon je ne comprends pas l’objectif de ce site. Dans tous les cas, il n’y a pas de débat, il n’y a qu’une seule version reconnue par l’Académie française.

le 27 octobre 2016.

Comme dire à un pauvre; tu es dans de beaux draps .
Ou je suis allé au quatre coins du monde, Alors que la terre 
est ronde ?
Il y a des expressions illogiques, et des expressions qui change, comme
chiffe molle, qui devient chique molle, c’est le parlé qui change certaine expressions.
chourave mot mãnouche qui  devient chouraver .
Dire à un mãnouche j’ai chouraver un pot de miel, ne veut rien dire.
c’est comme  si  je disais; bonzoir les amis…

le 27 octobre 2016.

À Estudiantin,

Lorsque vous intervenez efforcez-vous de ne pas faire de fautes d’orthographe. 

On devrait consacré une heure ou deux aux enfants chaque années pour les mots qui sont sur le fil du rasoir (?)*.
Tu es dans de beau drap
je suis allé au quatre coin du monde.
Alors que la terre est ronde
C’est le parlé qui change certaine expressions.
C’est comme ci je disais

* des mots sur le fil du rasoir, cela signifie quoi ? 
 

le 27 octobre 2016.

Équivoque, dans le sens que les puristes préfèrent
« en revanche » à « par contre » admirés  par certains
prétentieux pour d’autres.

Ex «: tu n’as pas ta blouse, par contre tu me mets tes chaussures  de sécurité»
certains diront, « en revanche » plus académique.
Comme au revoir , ou par chez moi on dit « tatôt »( allez dire que  tatôt est fautif ? )
En gros des mots que les académiciens n’approuvent guère .
En revanche je tiens à dire que derrière tout ça il
y a un long travail de la part des grammairiens,et  une très 
longue analyse.
À nous de choisir notre camp, mais pour ça il faut
le courage de chercher où est le vrai.

le 27 octobre 2016.

Oui, c’est intéressant.

Bien sûr, je connaissais la version « militaire », bien que, ayant fait mon service militaire, je n’eusse jamais entendu l’expression « au temps ».

Pour ce qui est de « autant pour moi », je n’étais pas sans savoir qu’elle était employée par certains auteurs, grammairiens et linguistes.

Mais, nous ne sommes ni l’un ni l’autre grammairien ou linguiste. Il vaut mieux alors employer la formule (consacrée par l’Académie française et par le Projet Voltaire) : « Au temps pour moi ».

Bravo pour votre intérêt et vos recherches.

jean bordes Grand maître Répondu le 26 octobre 2016

»Je n’eusse jamais entendu l’expression…»
Très courageux d’employer ce terme Jean !
Je suis agréablement surpris ! Sublime…

 

le 26 octobre 2016.

À l’écrit, il convient de respecter la concordance des temps. Cela dit, je vous remercie.

le 27 octobre 2016.

Merci Jean bordes, au temps pour moi de n’avoir su l’employer dans le bon orthographe de l’académie française.

nadimone Grand maître Répondu le 27 octobre 2016

orthographe est féminin.

On dit : avoir une bonne orthographe .
Il faut écrire l’Académie française.

le 27 octobre 2016.

En revanche, désolée pour l’intitulé, j’aurais dû écrire :

À l’intention ou à l’attention de Jean bordes?

J’ai beau essayé de distinguer l’un de l’autre rien n’y fait.

Merci

nadimone Grand maître Répondu le 27 octobre 2016

Tu peux modifier ta question et son titre avec ce bouton :

Si rien ne s’affiche dans la fenêtre qui s’ouvre, actualise la page et recommence.

Je te suggère le titre « Autant pour moi / Au temps pour moi ».
Les questions ne sont pas censées s’adresser à des personnes particulières sur ce site.
J’ai commis l’erreur la dernière fois… Voir la charte du site : lien.

Amicalement, bonne journée.

le 27 octobre 2016.

Oh merci JacklsJack et félicitation de nouveau.

En espérant aussi qu’un jour je puisse être certifié à mon tour.

;_)

le 27 octobre 2016.

Un lien pour vous éviter de confondre ces deux mots :

le 27 octobre 2016.

Super czardas, merci.

Donc c’est à l’attention de jean bordes.

MERCI

le 27 octobre 2016.

Courage nadimone, vouloir comprendre, c’est déjà un début.  😉

le 27 octobre 2016.

C’est sûr Estudiantin, bonne amélioration à toi aussi. 🙂

le 27 octobre 2016.

Et le meilleur moyen de faire des progrès, c’est bien de se relire attentivement (plusieurs fois si nécessaire) et de se corriger à chaque fois qu’on décèle une erreur.

le 27 octobre 2016.

Oui c’est sûr. Mais certaine fois ce n’est pas si évident ne connaissant pas bien les règles grammaticale même en se relisant à plusieurs reprises, rien n’y fait, donc je cherche sur le net, mais l’explication n’est pas aussi bien détaillée et précise qu’avec vous mes chers maîtres.

les infos sur le net ciblent un large public et les réponses sont imprécises.

Alors merci encore, car mon évolution s’est faite grâce à vous tous.

le 27 octobre 2016.

nadimone,
On écrit une lettre à l’attention de son directeur.
On écrit un poème à l’intention de sa bien-aimée.

Votre remarque, ou votre question (qui n’est pas une lettre) doit être écrite à l’intention de jean bordes.

le 27 octobre 2016.

Merci Jean, je finirai bien par comprendre un jour ou l’autre.
ça y est j’ai modifié.

Donc je dois à retenir que, à l’attention sera uniquement destiné au courrier, en gros!

Courrier ou poème, je vois pas trop la différence mais bon c’est comme ça…

le 27 octobre 2016.

Pour faire simple.

À l’attention du maire.
À l’intention d’un ami.

le 27 octobre 2016.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.