poser une question

Répondu

Bonjour,

Je pensais avoir maîtrisé suffisamment les règles de l’accord des participes passés sur toutes ses formes jusqu’à ce que la correction d’un exercice sur aidnet vienne semer la confusion dans mon esprit .

En effet,dans  la phrase « ces  moutons que nous avons vu rentrer à l’étable »,   « vu » reste invariable. Selon la règle je pense que «  »vu » doit s’accorder parce que  « ces moutons »(COD) placé avant le verbe fait l’action. QUI  rentre à l’étable ?ce sont les moutons ;je ne peux donc comprendre l’invariabilité de « vu »

Autre préoccupation dans le même, exercice :

Que sont devenues les lettres que je vous ai données à mettre à la poste ,si je comprends l’accord de « devenues » ,en revanche celui de « données » me paraît incorrecte parce qu’en suivant la même règle, »les lettres  » ne fait pas l’action,autrement dit ,les lettres ne peuvent pas se mettre elles-mêmes à la poste .

Aidez-moi à éteindre cette boule de feu qui  commence à consumer ma tête.

pareto Amateur éclairé Demandé le 22 avril 2015 dans Accords

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

6 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Bonjour,

Pour apaiser le débat, voici ce que je peux lire dans le livre d’exercices de grammaire de Grevisse : l’accord du participe passé 7e  édition , chapitre 7 page 118.

D-  Cas des participes passés eu, donné, laissé, suivis d’un infinitif introduit par la préposition à.

On peut laisser ces participes passés invariables, soit les accorder avec le complément d’objet direct qui précède.

Suivent des exemples:

La leçon que je lui ai donnée à étudier.
C’est la région qu’on m’a donné à cartographier.

Voici le lien auquel vous faites référence:
http://www.aidenet.eu/conjugaison37.htm#solutions

Autre exemple:
 Dans la collection profil pratique (Hatier) :  l’accord du participe passé, on trouve l’exemple suivant:

Il a envoyé les lettres que tu lui as donné(es) à poster. 

On m’a donné quoi ? des lettres, et je les ai postées. Le  COD  (lettres) est placé avant donc accord possible.

Le plus souvent il y a ambiguïté, si bien que le double usage est admis.

czardas Grand maître Répondu le 22 avril 2015

Vous rappelez vous-même fort bien la règle à suivre !

Deux raisons différentes peuvent expliquer les réponses divergentes données par le site (est-ce bien www.aidenet.eu ? ).
1 – Une subtilité sémantique sur le verbe rentrer : l’auteur de la phrase avait en tête l’action faite par le berger (on rentre ses bêtes le soir), et non celle des moutons (qui entrent dans la bergerie).  À mon sens, les deux sont corrects, mais l’exemple est mal choisi pour illustrer une règle !
2 – Dans le deuxième exemple, le trouble vient du fait que « donner » n’est pas immédiatement suivi de l’infinitif, mais que « à » a été intercalé. « Donner » n’agit donc plus systématiquement comme un auxiliaire de « mettre » et permet l’accord avec le COD antécédent. On aurait pu écrire : …que je vous ai données à l’affranchissement .

Règle subtile…

Chambaron Grand maître Répondu le 22 avril 2015

Pour ma part, j’écris, en vertu de la règle (en tant que telle il faut la respecter) : « ces moutons que nous avons vus rentrer à l’étable ».
Cet exemple se rapproche de celui bien connu : « ces acteurs que j’ai vus jouer ».
Ainsi, je ne comprends pas la correction qui vous a été proposée.
L’accord, dans la deuxième phrase, « je vous ai données », n’est pas lié à ce que « les lettres » font l’action ou pas, on n’appliquera pas la même règle.
Il faut simplement poser les questions « je vous ai donné quoi ? » ou « je vous ai donné à mettre quoi ? ».
Pour ma part, j’estime que je n’ai pas donné les lettres mais plutôt je les ai donné à mettre à la poste.
Ainsi, à mon sens, il n’y a pas lieu de faire l’accord et j’écrirais : « Que sont devenues les lettres que je vous ai donné à mettre à la poste ».

jean bordes Grand maître Répondu le 22 avril 2015

A Chambaron.
Analyse très, très subtile ! Vous avez raison de signaler que le premier exemple est mal choisi pour illustrer une règle.
Je pense avoir raison pour le deuxième exemple, la règle est différente et celle à appliquer est toute bête : je donne quoi ?
Or, je ne lui donne pas les lettres.
Que pensez-vous alors,, de ma réponse, s’il vous plaît ?

jean bordes Grand maître Répondu le 22 avril 2015

Là, je ne comprends plus : vous avez pourtant bien donné physiquement les lettres pour un envoi postal ?

Le fait d’introduire « à  » devant un infinitif le transforme en groupe nominal : « à mettre à la poste » devient équivalent à « à l’envoi » ou à « à l’expédition ». Ce n’est plus qu’un complément circonstanciel.

le 22 avril 2015.

Merci infiniment pour votre réponse claire et convaincante. 
Cependant, le Certificat Voltaire semble vouloir accepter les non-accords.
La conclusion que je tire de tout cela, c’est que c’est, néanmoins, source d’ambiguïté, car les choix ne sont pas toujours évidents.
Voici un exemple : « La somme qu’elle m’a laissé à débourser me paraît considérable. » (Certificat Voltaire. Dominique Dumas).
Analyse du Certificat Voltaire : « elle ne m’a pas laissé la somme, elle m’a confié le soin de la débourser. »
Ainsi, mon analyse était : j’ai confié les lettres  car je prenais donner au sens littéral de léguercéder. Ainsi, je ne les donne pas, je les confie.
Mais il est vrai que votre analyse est impeccable.

le 22 avril 2015.

Il est vrai que la suppression du complément peut laisser une phrase logique, mais totalement à contre-sens. Je reconnais caler devant ce cas et ne sais arbitrer entre les solutions.
Comme dans nombre de sujets, on peut accepter les deux, mais je n’aime personnellement pas beaucoup cela, car ce n’est pas pédagogique et crée des chapelles et des confrontations.
Mais il faut vivre avec : la langue n’est pas une science, c’est un art.

le 22 avril 2015.

Je reconnais avoir « chipoté » un petit peu.
Merci pour votre élégance et l’ensemble de vos apports, ici ou ailleurs.

le 23 avril 2015.

Merci pour vos remerciements. Nous œuvrons tous à la même cause…

le 23 avril 2015.

merci , Chambaron pour votre réponse
c’est bien www.aidenet.eu,
le feu est à moitié éteint dans ma tête,des foyers y démeurent.
merci de me rassurer que je n’avais pas tord ,moi aussi  ,d’accorder vus, en revanche pour le deuxième cas les choses sont encore floues,veuillez m’expliquer clairement la règle,surtout avec  ce « à » qui  en  se mettant entre le participe passé et l’infinitif  change les choses
comment dois-je écrire « les chemises que je vous ai donné es  à coudre », »les limites que je vous ai donné es à ne pas franchir »

pareto Amateur éclairé Répondu le 22 avril 2015

Ce complément tient compte des autres apports publiés précédemment et devrait permettre une synthèse complète.

– La présence du « à » devant l’infinitif autorise l’accord mais ne l’impose pas. C’est le sens qui permettra un choix plus ou moins judicieux, mais sans erreur de toute façon.  Si l’on supprime le complément ( à + infinitif ) et que la phrase tient toujours debout, alors l’accord se justifie. Sinon, pas d’accord. À défaut de règle absolue, cela a le mérite de la simplicité.

– Les chemises que je vous ai données  (à coudre)
– La leçon que je lui ai laissée (à étudier)
Mais :
– Les paroissiens que j’ai eu (à confesser) : ça ne se dit pas sans complément !
– C’est la région qu’on m’a don (à cartographier) : on ne donne pas une région !

le 22 avril 2015.

Bonjour je remercie tout le monde pour sa contribution à l’échange, merci à vous chabaron pour votre analyse impeccable ,merci également à vous  Czardas,d’avoir apaiser le débat selon vos propres termes en étayant votre argumentaire à l’aide d’exemples précis  et compréhensibles .

FINALEMENT JE RETIENS QUE les différentes règles donnent raison à tout le monde, pour ma part j’estime que c’est un peu malheureux. Pourquoi favoriser une confrontation des règles  au lieu d’en imposer une à  tous ? NOUS avons affaire  à l’orthographe  et non à la   philosophie. Ce n’est vraiment pas pédagogique comme vous le dites chabaron MAIS au même moment, vous dites que la langue n’est pas une science ,c’est un art,je suis d(accord avec vous, et peut-être que c’est cette complexité qui fait le charme de notre langue ;

Merci à tous , caché au fond de l’Afrique francophone ,j’avoue que je suis un laudateur inconditionnel de la langue française mais, je demande pardon pour   mon niveau de langue  qui est encore balbutiant et pour ma non bonne  maitrise de l’outil informatique. Je viens de decouvrir le site et j’avoue que je suis émerveillé par tout ce qui s’y passe. Merci particulier à avous chabaron ,j’ai été profondement  émerveillé par  vos  différentes analyses.

Merci encore  à tous et  n’oubliez  surtout pas de relever et de me signaler les  éventuelles incorrections de mon texte.

pareto Amateur éclairé Répondu le 27 avril 2015
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.