Ponctuation : « Es-tu…? » ou « Es-tu… ? »

Bonjour,

Je me posais une question quant à l’utilisation d’une espace ou non entre les points de suspension et le point d’interrogation (ou d’exclamation).

J’ai pu voir écrite la forme « combinée » (« J’accuse…! »), mais également des emplois avec une espace (« Comment peux-tu… ? »).

Naturellement, j’aurais tendance à mettre l’espace, étant donné qu’elle doit être mise après les points de suspension et avant le point d’interrogation pris à part. J’ai cependant constaté que c’est un sujet à débat et qu’il n’y a pas vraiment de règle précise.

Je souhaitais solliciter votre avis, et éventuellement vous demander si vous avez connaissance de sources solides traitant du sujet.

Merci d’avance !

MMicka Débutant Demandé le 23 décembre 2020 dans Général

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

1 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Bonjour,

Pour Chambaron et moi-même, la bible en typographie, est L’orthotypographie de Jean-Pierre Lacroux. Je reproduis ci-après le passage pertinent de son Dictionnaire raisonné… 

Points d’exclamation et d’interrogation.
Selon le sens, ces deux signes se placent avant ou après les points de suspension. Il suffit de déterminer qui intervient en premier lieu. Logique !… Non… ?
 Amen 1932, Lefevre 1855.
Suspension après l’interrogation ou l’exclamation : êtes-vous libre ?… Quel culot !…
Suspension avant l’interrogation ou l’exclamation : êtes-vous disposé à… ? Quel s… ! Que préférez-vous ? Les pommes, les poires, les abricots… ? J’aime les pêches, les bananes, les fraises, les framboises… ! « Sur la mer, à la lunette, je vois et je salue au large le vague numéro… ? » – Paul V
ALÉRYMélange.
La suspension antérieure à l’exclamation (… !) est, cela se conçoit, assez rare. Admissible après la suspension d’une énumération, elle n’est vraiment crédible qu’après les abréviations euphémiques ou de discrétion.
Dans la plupart des cas, la double ponctuation est superflue. Elle n’est pas fautive, elle est souvent ridicule : cet article l’illustre complaisamment !… Alors que la très utile suspension-interrogation (… ?) est peu employée, l’exclamation-suspension (!…) et l’interrogation-suspension (?…) sont aujourd’hui en plein essor !… Paf ! Je t’assène un argument décisif !… et je te laisse le temps de le savourer !… Je te pose une question ?… J’en souligne la subtilité… Malin, non ?… C’est surtout agaçant.
Et puis, comme toujours, cela fait perdre toute force aux occurrences justifiées. L’admirable et savante ponctuation de Céline a bon dos : ceux qui ponctuent comme Louis-Ferdinand ont sûrement des enfants qui dessinent comme Pablo.
Espace. Les points d’exclamation et d’interrogation sont, en principe, précédés d’une espace insécable. Donc :
— espace insécable entre les deux ponctuations si les points de suspension sont en tête : d’accord… ?
— pas d’espace entre les deux ponctuations si les points de suspension sont en seconde position : d’accord !…

 

[C’est pareil bien sûr avec un ? : D’accord ?…]

 

Prince Grand maître Répondu le 23 décembre 2020
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.