policier

Quand on parle d’un agent policier  qui est une femme, peut-on dire une policière?

yormusylurn Membre actif Demandé le 19 septembre 2016 dans Accords
2 réponse(s)
 

Bonsoir.

La féminisation des noms de métiers est largement réalisée dans l’usage et dans les dictionnaires : factrice, institutrice, directrice, auteure…

Mais il semble souhaitable pour l’Académie de distinguer les noms des métiers, des termes utilisés pour désigner des fonctions, et de n’utiliser que le masculin, comme genre »neutre », pour ces dernières.

Ainsi le policier est agent de la force publique, quel qu’en soit le sexe.

Pourtant le cinéma avait tenté depuis longtemps (1982) de faire entrer dans l’usage les célèbres « gendarmettes« 

PhL Grand maître Répondu le 19 septembre 2016

Pour moi, « auteure », ça passe mal. De plus, c’est incorrect. Les noms en -teur font leur féminin en -trice. : un acteur, une actrice  – un instituteur, une institutrice, etc., une « autrice  » serait alors la bonne forme, mais le féminin n’est pas nécessaire.
On peut très bien écrire elle est auteur, comme elle est écrivain .
Il y a peu de mot qui resteraient au masculin, pour des raisons de sonorité, alors laissons-les tranquilles.

La professeure, la procureure ne passent pas chez moi, de plus, ils sont tout aussi incorrects.

J’ai même lu docteure, c’est aller un peu loin.

le 20 septembre 2016.

Entièrement d’accord.
Auteure apparait dans les dictionnaires et je l’ai donc indiqué.
Grammaticalement la féminisation de auteur est très discutable en effet.
Mais certains mots apparaissent dans les dictionnaires alors que leur formation est discutable et en dépit d’un usage fort restreint !

le 20 septembre 2016.

Bonsoir,

On lit de plus en plus souvent ce nom de métier au féminin (une policière), mais il n’est pas, que je sache, reconnu par l’Académie française.
En 1999, le gouvernement a publié un document pour encourager la féminisation des noms de métiers, et « policière »  fait partie de la liste. Mais l’Académie française défend sa position et rappelle ici qu’elle est la seule à avoir été instituée « gardienne de l’usage ».
Par ailleurs, « policière » (comme nom) n’est pas encore entré dans les dictionnaires dont je dispose.
Pour le moment, il est conseillé de dire « une femme policier », si l’on veut préciser le sexe.

Evinrude Grand maître Répondu le 19 septembre 2016

Policier d’après le site (l’internaute )le donne en adjectif Evinrude , d’après ce que j’ai lu  ?

Ps : je suis le premier surpris je pensais que c’était un nom commun
comme « boulanger ».

Amicalement Evinrude.

le 19 septembre 2016.

Bonne remarque Estudiantin, sauf qu’ici je propose « policier » comme nom pour désigner un membre de la police et non l’adjectif qualificatif. Peut-être faudrait-il le dire autrement : « un agent de police féminin » par exemple ? A moins de devancer les dictionnaires !

le 19 septembre 2016.

Pour le coup cela me choque puisque l’on peut dire « l’infirmière , la costumière , la
boulangère »  ?

le 19 septembre 2016.

Il sera peut-être bientôt intrônisé…

le 19 septembre 2016.

Les dictionnaires préfèrent keuf , meuf, policière c’est vrai que ça choque  ? Et surtout qui ?

le 19 septembre 2016.

Si on utilise le mot composé, peut-être mettre un trait d’union : femme-policier ?

le 20 septembre 2016.

tu m’as bluffé Evinrude , à vrai dire je trouve ton mot élégant , soigné , voire jolie.

Ps : si ce mot sort dans le dico , promis je pense à toi !

le 20 septembre 2016.

@PhL. Oui, j’ai ajouté le trait d’union… Je m’attends aux foudres d’un Chambaron.
Mais, franchement, une policière, pourquoi pas ?

le 20 septembre 2016.

Certains mots figurent dans les dictionnaires de référence un ou deux ans après leur apparition dans la langue, d’autres attendent des années alors qu’ils sont couramment employés. Allez savoir… « Policière » est formé logiquement et conformément à l’esprit du français. Je ne vois pas ce qui choquerait.
Ce qui est pénible, c’est la volonté de certains d’imposer « au forceps » pour des raisons idéologiques des mots qui ne recueillent pas l’assentiment populaire.

le 20 septembre 2016.

Bonjour,

Je possède le petit Larousse 2010.
On y trouve :

policier, ère  – nom – Membre de la police .

Dans le TLFI

Rem. Au fém. on relève a) Femme-policier. Femme-policier chargée de la surveillance de Patricia Hearst pendant son procès (Le Point, 16 août 1976, p.69, col. 2). b) Except. policière. Des policiers? Et d’abord, pourquoi pas des policières?

le 20 septembre 2016.

Assurément, Chambaron.

le 20 septembre 2016.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.