Peut-on mettre le COD après le pronom personnel COD ?

Répondu

Bonsoir, peut-on dire : « Au lieu de l’apporter avec lui, il a oublié son livre à la maison. » ? Ou bien il est préférable de dire : « Au lieu d’apporter son livre avec lui, il l’a oublié à la maison. » ?

Tarek97 Érudit Demandé le 5 novembre 2016 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

3 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Bonsoir,

Bien sûr, votre exemple est mal choisi, mais si je m’attache au titre de votre question (« Peut-on mettre le COD après le pronom personnel COD ?), je comprends que vous voulez savoir si un pronom personnel complément peut se placer avant le nom qu’il représente.
Comme dans :« Faute de l’avoir bien lu, il n’a pas bien compris l’énoncé du problème ».

Dans la première partie de la phrase, le pronom « l' » est mis pour « l’énoncé du problème » que l’on ne trouve que dans la seconde partie de la phrase. Vous le constatez : on comprend très bien de quoi il s’agit. C’est une tournure moins courante, mais cela crée  un petit suspense. Il ne faut pas, dans ce cas, que le suspense dure trop longtemps, car, si le nom est trop éloigné  du pronom déjà cité, le lecteur risque de perdre le fil. La phrase peut devenir lourde et obscure.

« Faute de l’avoir bien lu, l’élève inattentif, que l’institutrice avait déjà rabroué plusieurs fois et auquel elle faisait souvent des remontrances,  n’a pas bien compris l’énoncé du problème. »

Evinrude Grand maître Répondu le 6 novembre 2016

« Au lieu d’apporter son livre, il l’a laissé à la maison. »

Apporter signifie prendre avec soi. Donc, éviter les redondances, ne pas ajouter « avec lui ».

« Il a oublié son livre. » (phrase qui signifie qu’il l’a laissé à la maison, qu’il ne l’a pas apporté).

joelle Grand maître Répondu le 5 novembre 2016

Bonjour,

Sur le tombeau de Jacques de Chabannes, seigneur de La Palice (ou La Palisse) est  inscrit l’épitaphe :

« Hélas s’il n’était pas mort
Il ferait encore envie. »

Une lecture erronée de la seconde ligne l’a transformée en « Il serait encore en vie », ce qui fait de la phrase une évidence par soi-même.

S’il n’a pas apporté son livre c’est  parce qu’il l’a oublié.

Cette phrase est ce que l’on appelle une lapalissade.

Dites simplement :

Il n’a pas apporté son livre
ou
Il a oublié son livre 

czardas Grand maître Répondu le 5 novembre 2016
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.