Passer et participe passé

« Jamais il n’oubliera les deux années qu’il a passé à la caserne. »

Et pourquoi pas « passées » ? Qu’est-ce qu’il a passé ? Deux années. Donc ça devrait être ées. Alors pourquoi ne s’accorde-t-il pas ?

Merci d’avance.

Alice

Ladoudou Membre actif Demandé le 27 janvier 2015 dans Accords

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

11 réponse(s)
 

Bonne question, je suis complètement d’accord avec vous ( puisque avec l’auxiliaire « avoir » on accorde avec le COD lorsqu’il est placé avant, or c’est le cas ici ). Où avez-vous trouvé cette phrase ?

Cleo394 Débutant Répondu le 27 janvier 2015

Lorsque le verbe exprime la durée (vivre), la distance (courir), la valeur (coûter) ou la mesure (peser), le participe reste invariable.
Le complément n’est d’ailleurs pas un COD mais un Complément Circonstanciel.
* Les dix minutes que j’ai attendu.
→ Les dix minutes pendant lesquelles…
Exemples :
* Les cinquante ans que j’ai vécu.
* Les nombreuses années qu’il a vécu.
* Les cent euros que cela m’a coûté.
* Les cent mètres que j’ai couru.
* Les années qu’il a régné / souffert.
* Les cent kilos qu’il a pesé.
Mais on fait l’accord avec le COD antéposé lorsque le verbe est employé transitivement :
* Les factures que j’ai attendues.
* Les soucis que j’ai vécus (= soufferts).
* La vie heureuse qu’il a vécue.
* Les efforts que cela m’a coûtés.
* Les marchandises qu’il a pesées.

Enfin, pour l’anecdote : Le Projet Voltaire (Excellence) donne même une subtilité : on dit bien courir un cent mètres, celui-ci devient un nom commun.

Les cent mètres qu’il a courus pour s’entraîner… (au sens de « courses » à titre d’entraînement). Ce ne sont pas cent mètres au sens strict, de distance., mais plusieurs « cent mètres ».

Bien sûr, et je fais suite à la remarque de Vlav, on peut considérer qu’avec l’exemple de la question, on est sur le fil du rasoir : 
COD ou durée ? Pour faire l’analyse selon le sens, il faut du contexte et donc connaître les intentions et surtout …il faut connaître les règles. Il me semble que la personne qui posait la question, Alice, nous a donné un exemple mettant en valeur une durée. L’analyse peut être différente, à elle de la faire.

joelle Grand maître Répondu le 27 janvier 2015

Merci beaucoup pour votre réponse !
Phrase tirée d’un exercice pour le concours d’orthophonie.

Bonne journée.

Alice

Ladoudou Membre actif Répondu le 27 janvier 2015

Je ne suis pas vraiment d’accord avec la réponse précédente. Dans ce contexte, il est plus logique de considérer les deux années comme le complément direct de passé, et donc d’accorder ce dernier.

On peut se référer aux deux derniers paragraphes de cet article (« L’expression de grandeurs ou de mesures… ») : http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=1856

Vlavv Maître Répondu le 27 janvier 2015

Vous avez sans doute un peu raison, mais on a très peu de contexte. Et quelle est l’intention du locuteur ? Ici, comme la phrase était tirée d’un manuel pour concours d’orthophonie- peut-être même de la correction- j’ai donné la règle sans les subtilités pour ne pas compliquer. On est sur des cas généraux qui -heureusement- recouvrent 98% des cas. A bien relire, on a quand même « deux ans »  exprimant une durée. Et j’ai signalé les cas d’emplois transitifs. Chacun peut former son idée. C’est la beauté de la chose ! 

le 27 janvier 2015.

Du coup je pense qu’effectivement la question : « Combien de temps a-t-il passé â la caserne » fait plus sens que « Qu’a-t-il passé à la caserne », donc il s’agirait d’un Cc et pas d’un COD.

Ladoudou Membre actif Répondu le 27 janvier 2015

C’est tout à fait ça.

le 27 janvier 2015.

oui dès qu’il est question de durée, de coût, de mesure, de poids, etc. il s’agit d’un CC et non d’un COD surtout si l’intention du locuteur est d’insister sur ces éléments quantitatifs.

le 27 janvier 2015.

Non. Pour reprendre votre méthode, on ne pourrait pas dire « les deux années °pendant lesquelles il a passé à la caserne »…

le 28 janvier 2015.

les deux années ne va pas avec pendant …mais justement si vous insistez sur la durée, ce n’est donc pas un COD.

le 28 janvier 2015.

Après tous ces échanges, qui ne mènent malheureusement qu’à l’indécision, je vous propose de résumer la réponse sous la forme consensuelle suivante, quel que soit le verbe :
– si le complément peut répondre à la question « combien ? », c’est prioritairement un complément circonstanciel  ->->-> pas d’accord
– s’il ne le peut pas, c’est un COD, ->->-> accord

À la lecture de vos différentes réponses, cela me semble la règle la plus conforme et simple d’emploi. Si une quantité quelconque est affichée, elle est toujours prioritaire sémantiquement sur le transitif direct qui peut exister, malgré les apparences trompeuses : les deux années qu’il a passé  ou les années qu’il a passé. On ne « passe » pas des unités de temps comme un examen ou de la soupe, non ?

Les autres approches sèment un peu la confusion.

Chambaron Grand maître Répondu le 28 janvier 2015

> On ne « passe » pas des unités de temps comme un examen ou de la soupe, non ?

Mais si, justement ! 😉

Je reconnais votre mérite (et j’inclus ici les autres participants) à vouloir formuler une règle didactique et consensuelle, mais dans le cas présent, cela ne fonctionne simplement pas. Les dictionnaires sont unanimes : passer est ici dans son plein emploi transitif.

Avec les règles que vous donnez, on pourrait justifier, par exemple, Les deux heures que j’ai °pris pour aller manger, ou encore Combien de minutes a-t-il °perdu à cause de cet incident ?, parce que l’on répond dans les deux cas à la question « combien de temps ? ».

Les grammaires mettent parfois en garde contre les analyses grammaticales effectuées à grand renfort d’interrogatifs substituables. Il faut garder à l’esprit que quoi n’est pas forcément objet direct, ni combien complément circonstanciel (Combien t’a-t-il donné ?). Une méthode plus fiable (mais pas parfaite…) serait la transformation à la voix passive : il est possible d’écrire Les deux années ont été passées à la caserne, mais pas °Les deux années ont été durées, par exemple.

le 28 janvier 2015.

Merci Vlavv de pousser encore l’épée plus loin. Je n’arrive pas à être convaincu, et à dégager une règle visible. Or ce site a une vocation pédagogique, et nous ne pouvons exporter des indécisions en permanence. Trop de questions restent finalement en souffrance…

Soit on fige des listes en nombre fini, on les apprend par cœur et basta. Soit on fixe une règle pour gérer tous les cas.
Il y a clairement trois verbes qui ne sont par nature jamais transitifs : « durer », « marcher », « régner » (et qui n’acceptent d’ailleurs pas de passif). Pour les autres, je reste sur ma position. D’ailleurs écririez-vous : les deux heures que ça m’a pris  ou que ça m’a prises ?   Et pourtant les fonctions grammaticales sont les mêmes que dans votre exemple, sauf le sujet qui n’influe pas sur l’accord du participe.

J’ai trouvé de tout dans les références. La seule qui m’a fourni un embryon de règle est l’OQLF : http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=4221 (3e point)
Ils introduisent la notion de changement de sens du verbe en passant de l’intransitif (sens premier) au transitif (sens dérivé). Par exemple pour courir,  il est initialement intransitif (donc pas d’accord du participe). La notion de courir un « cent mètres » est dérivée, à travers la normalisation de la de compétition, et le verbe devient transitif (participe accordé).

Passer est un verbe complexe, mais relativement au temps, il est foncièrement intransitif. Le temps passe  comme l’attente dure . Dans ce esprit, il ne requerra donc pas l’accord du participe.

Pour sourire, une citation  ad hoc :

Passer des aveux est du pur charabia policier (…).
Passe-t-on des aveux comme on passe le sel à la table d’hôte?
Passe-t-on des aveux comme on passe capitaine;
comme on passe l’éponge sur une faute vénielle;
comme on passe la parole à plus bavard que soi;
comme passe un illustre moribond, passant du même coup à la postérité?
Le verbe a sans doute autant d’acceptions que faire; et ce n’est pas peu dire. Passons.
L. PIÉCHAUD, Questions de langage, 1953 dans DUPRÉ 1972.

le 29 janvier 2015.

En préambule, je précise que je n’essaye absolument pas de jouer le contestataire de service. 😉 Je suis juste très gêné de voir se dégager, sous couvert de simplicité et de pédagogie, des réponses qui contredisent directement les grammaires et les dictionnaires (l’un des rares cas sur lesquels ils sont d’accord, en plus !). Faut-il inventer un « nouveau français », plus simple, plus logique, qui aura trouvé son origine dans les débats de question-orthographe.fr ? Je suis presque sûr que l’idée fait frémir l’amoureux de la langue que vous êtes ! 😉

La règle, nous l’avons tous les deux donnée, elle est ici : http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=1856

Extrait :

  • L’expression de grandeurs ou de mesures peut même être complément direct de verbes comme ajouter, calculer, couper, enlever, passer, prendre et supprimer. L’accord du participe passé se fait donc avec le complément s’il est placé avant.
    […]
    Exemple : Les deux jours que nous avons passés à écrire ce rapport ont été pénibles.

J’en profite pour rebondir sur votre remarque : « Passer est un verbe complexe, mais relativement au temps, il est foncièrement intransitif. Le temps passe comme l’attente dure . »

Je crois que c’est là le cœur de notre désaccord. Je cite le dictionnaire de l’Académie (les autres dicos disent la même chose) :
Passer
I. V. intr. […]
   B. Exprime une idée de durée. […]
1. En parlant du temps. S’écouler. Les heures passaient. […}
II. V. tr. […}
B. Exprime une idée de durée. […]
1. Laisser ou faire s’écouler. Passer une année à l’étranger, une heure à rêver.

Ici, nous sommes clairement dans le second cas.

Sur votre question : « D’ailleurs écririez-vous :les deux heures que ça m’a pris  ou que ça m’a prises ? »
J’écrirais que ça m’a prises, sans aucune hésitation. Dans ce cas, cependant, je suspecte que ce soit l’utilisation du démonstratif sujet ça qui vous gêne. 😉 On s’éloigne un peu de la question initiale, mais il y  a une intéressante discussion là-dessus sur ce forum : http://www.achyra.org/francais/viewtopic.php?t=4836 (notamment la citation de Girault-Duvivier par Jacques-André-Albert). Les deux heures qu’il m’a prises choquerait probablement moins.

Bon, et pour finir, j’espère que vous ne prenez pas mal notre discussion ! À relire mes interventions, j’ai l’impression de souvent arriver comme un cheveu sur la soupe pour vous contredire. C’est loin d’être une volonté d’acharnement de ma part ; au contraire, je lis toujours vos commentaires avec beaucoup d’attention et d’intérêt, et c’est pour cela que j’ai plus souvent tendance à vous répondre lorsqu’un détail me chiffonne. Pour tout vous avouer, après ma première intervention dans ce sujet, je m’attendais à ce que vous preniez mon parti. J’imagine que je n’ai pas été assez convaincant. 😉

le 29 janvier 2015.

Désolé si mes interventions vous ont donné cette impression ! Au contraire, j’apprécie votre travail de recherche, loin des copier-coller de réponses à la volée.
Mais j’ai du mal à gérer l’absence de consensus lorsque de bons arguments ne dégagent pas une position commune.

Je pense que cela doit aussi bien agacer nos académiciens lors de prises de positions communes pour un mot donné du dictionnaire. On va attendre leur prochaine définition de « quadrature du cercle » pour savoir s’ils incluent les questions de grammaire.

Avec mon salut le plus respectueux l

le 30 janvier 2015.

Bonjour,
je remonte ce post avec une phrase qui me pose soucis:

« … en huit ans que mon idylle avait duré. »

avait durée ? Je pencherais pour avait duré personnellement.
EN 8 ans….

Qu’en pensez vous ?

Merci !

sylvie33 Débutant Répondu le 6 septembre 2016

Un conseil : si vous souhaitez plus de réponses, ouvrez un nouveau sujet, car ceux qui ne sont pas abonnés à un flux RSS ne verront pas votre question ! Elle ne « remonte » pas, comme dans un forum « classique ».

le 6 septembre 2016.

Réponse à la question : combien , on a un circonstanciel de temps, donc duré.

joelle Grand maître Répondu le 6 septembre 2016

merci !

sylvie33 Débutant Répondu le 6 septembre 2016

Bonjour,

En aucun cas, le participe passé employé avec avoir ne peut s’accorder avec le sujet. « En huit ans que mon idylle avait durée » est donc impossible.

Concernant un éventuel accord avec le COD, vous avez dû lire l’ensemble des réponses données sur ce sujet et retenir la réponse la plus claire. Le verbe durer ne peut pas avoir de COD : on ne « dure » pas quelque chose, l’accord avec un éventuel COD placé avant est donc impossible également.

Bonne réponse : »en huit ans que mon idylle avait duré. »

Evinrude Grand maître Répondu le 6 septembre 2016
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.