Passé ou passés ?

Bonjour.

Dans cette phrase :
« Nous avons le droit d’être mal, de pleurer, d’être tristes », faut-il vraiment écrire « triste » au pluriel ?

Et dans celle-ci :
« Combien de matins ai-je passés » = Ne faut-il pas plutôt écrire « ai-je passé » ?

Merci beaucoup !

CaptainTomate Membre actif Demandé le 16 décembre 2022 dans Accords

Pour vous améliorer en orthographe, testez le Projet Voltaire avec Défi 30 :

3 réponse(s)
 

Pour la première phrase, si nous n’est pas un pronom de modestie ou de majesté, autrement dit si nous ne réfère pas à une mais à plusieurs personnes, le pluriel est la forme la plus attendue.
Cela dit, on peut peut-être accepter un singulier avec l’idée qu’il y aurait un chacun d’entre nous sous-entendu : (Chacun d’entre nous), nous avons le droit d’être triste(s). Mettez un adjectif au pluriel irrégulier, et voyez si ça vous choque ou pas : Nous avons le droit d’être originaux / original.

Pour la deuxième phrase, les deux accords sont possibles : (Source.)

marcel1 Grand maître Répondu le 16 décembre 2022

1/
L’adjectif attribut « triste » prend le nombre du nom, du pronom, qu’il qualifie : nous sommes parfois tristes, et nous en avons le droit. Il n’est pas possible dans cette construction d’interpréter un sens réflexif (ils sont rouge = ils sont chacun rouge ; quand ils étaient petit…).
Est-ce l’infinitif qui donne la possibilité du singulier ? et « être-triste » est-il un concept neutre qui reste neutre même appliqué à quelqu’un ? il ne faut pas être-triste… Non, et on écrit : vous ne devez pas être tristes, je vous demande d’être prudents…
C’est en réalité le « nous » et le « vous », à valeur de « on » qui deviennent de plus en plus présents, après le « on » à valeur de « nous ».
On trouve ce « nous » et ce « vous » suivis d’un singulier dans des journaux (des sites, des lettres d’information, des livres parlant au lecteur). On trouve ces constructions quand on parle à quelqu’un sans savoir à qui on parle. En face à face, l’utilisation du singulier est impossible. C’est juste le problème classique du formulaire : serez-vous présent(e)(s) ?. Si vous voulez écrire tout un livre à la manière d’un formulaire, de façon théorique et désincarnée, philosophique (sommes-nous libre(s) ?), vous vous poserez cette question insoluble à chaque phrase. C’est bien amont de l’écriture que vous devez faire des choix essentiels pour votre texte : qui parle à qui, à quel temps, à quelle personne ? Et s’il s’agit d’une phrase isolée, savez-vous précisément à qui vous vous adressez et de qui vous parlez ? Si le « nous » est théorique, hypothétique, introspectif, le singulier est possible.

2/
On voit que dans « combien de matins ai-je passés« , « combien de matins » est un COD puisqu’il devient sujet à la voix passive, et qu’il est du pluriel puisque le verbe est alors conjugué au pluriel : combien de matins ont ainsi été passés ? On a un COD pluriel placé avant le verbe conjugué avec l’auxiliaire avoir, et il faut donc accorder le participe passé au pluriel.

CParlotte Grand maître Répondu le 16 décembre 2022

Bonjour, merci beaucoup pour vos réponses détaillées ! Je pense que mes deux phrases sont correctes ainsi alors.

@CParlotte :
Pour le 1, il s’agit d’un monologue intérieur, quelqu’un qui se dit cette phrase en parlant de tout le monde, des gens en général :
« Quand un drame nous frappe, nous avons le droit d’être mal, de pleurer, d’être tristes ».

Pour le 2 , la phrase entière est « Combien de matins ai-je passés à me mentir ? ».

CaptainTomate Membre actif Répondu le 17 décembre 2022

1/ C’est l’aspect théorique et désincarné qui semble permettre le singulier, le « nous » ayant valeur de « on ». Mais ce singulier est rare dans la littérature, et je ne crois pas qu’on puisse le conseiller.
2/ Même complété d’un autre verbe, c’est encore le verbe « passer » qui a pour COD « combien de matins », masculin pluriel.

le 19 décembre 2022.

Pour ne plus vous poser cette question ni tant d'autres,
découvrez les formations en orthographe et en expression du Projet Voltaire :

Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.