Participe présent?

Bonjour,

Dans la phrase suivante, pourquoi « débordants » doit- il s’accorder au pluriel? Je pensais qu’il s’agissait d’un participe présent invariable? Merci beaucoup, DOPI

« Devant la vitrine d’une boulangerie, un mitron poudré de blanc déversa une hottée de petits pains frais, tout fumants, et à la fenêtre d’un cabaret, aux rideaux largement écartés, deux fumeurs de pipe heurtaient gravement leurs pots de grès bleu débordants de mousse fraîche. »

DOPI Débutant Demandé le 10 janvier 2015 dans Accords

Bonjour Dopi, n’oubliez pas de sélectionner la réponse qui vous paraît être la meilleure parmi celles proposées. Bonne journée.

le 12 janvier 2015.
5 réponse(s)
 

Il semble que dans votre exemple, l’auteur ait considéré « débordant » conme un adjectif (verbal) qui s’accorde  et non comme un participe présent, qui reste invariable. Personnellement, je ne l’aurais pas fait ainsi – même si l’adjectif verbal « débordant » existe – car je pense que « débordant » n’est pas la qualité permanente des pots de grès, contrairement à … par exemple : ces enfants sont débordants d’amour pour leurs parents. La nuance est mince.
Pour bien les distinguer, il faut pouvoir remplacer le participe présent par une proposition = qui débordent de mousse  fraîche.

Vous trouverez ci-après un rappel des règles de base que vous connaissez compte tenu de votre réaction.
L’adjectif verbal est un adjectif formé à partir d’un verbe à l’aide d’un suffixe. Ce suffixe est généralement ant, mais peut également être ent
Ex : amuser ==> amusant , différer ==> différent

Comme n’importe quel autre adjectif qualificatif, l’adjectif verbal exprime non pas une action momentanée, mais une qualité permanente, une manière d’être durable : Ex : des colis encombrants

La difficulté est de distinguer le participe présent (invariable) de l’adjectif verbal (qui s’accorde)

Ex : un garçon obéissant ==> une fille obéissante ===> adjectif verbal
un garçon obéissant à son père ==> une fille obéissant à son père (qui obéit à son père)===> participe présent

joelle Grand maître Répondu le 11 janvier 2015

Effectivement, même si la forme de base est la même, c’est la fonction qui détermine l’accord :
– Fonction d’adjectif : on accorde.
– Fonction de verbe : on n’accorde pas.

Pas toujours évident, mais tentez le test simple de remplacer par un adjectif facilement identifiable. Dans votre exemple : – … leurs pots de grès bleu pleins de mousse fraîche. Cela a du sens, donc accord pour débordants.

Chambaron Grand maître Répondu le 11 janvier 2015

Ne peut-on pas dire aussi : ..– … leurs pots de grès bleu qui débordent de mousse fraîche. Cela a du sens, donc pas d’accord pour débordant  ?
C’est une humble question … afin de rectifier ma réponse le cas échéant.

le 11 janvier 2015.

Ne modifiez-vous pas l’orientation de ma réponse ? L’opération est toujours possible dans un sens (adjectif vers verbe), mais pas dans l’autre (verbe vers adjectif). Si vous écrivez : « une couleur débordant le cadre du tableau « , vous ne pouvez pas remplacer le participe par un adjectif comme dans « une fille débordante (pleine) de vitalité ». D’où le moyen mnémotechnique proposé. Y a-t-il une contre-indication ? Cordialement

le 11 janvier 2015.

Le mot « débordant » peut être participe présent ou adjectif verbal, il convient de bien en déterminer le sens.
Le principe est le suivant : le participe présent exprime une action, l’adjectif verbal une qualité, un état.
Certes, si l’on peut remplacer la forme en — ant  par un temps du verbe précédé de qui, elle sera participe présent :  les bûches brûlant dans la cheminée dégageaient une bonne odeurles bûches qui brûlaient dans la cheminée dégageaient une bonne odeur (participe présent invariable).
Cependant, ce procédé n’est pas sûr. Dans beaucoup de cas on peut aussi remplacer l’adjectif verbal par un temps du verbe : tous les professeurs apprécient les élèves brillants (qui brillent).
Mieux vaut alors mettre la forme en — ant au féminin (tout au moins essayer) ; si la transformation est possible, la forme en — ant est un adjectif verbal sinon elle est participe présent : ces enfants riants sont adorablesces enfants  qui rient sont adorables, mais ces fillettes riantes sont adorables.
Il faut avant tout déterminer le sens que possède la phrase ou que l’on veut lui donner.
Votre exemple fait partie des ambiguïtés que l’on rencontre à ce sujet. On peut remplacer dans tous les cas « débordant » par qui déborde, les deux formes pluriel  et singulier sont possibles, cela dépend donc du sens que l’on veut donner à la phrase ; si vous en êtes l’auteur, appliquez avec discernement le principe ci-dessus, si vous êtes le lecteur, essayez de comprendre le sens.
Dans votre exemple, trancher est difficile, peut-être fumants nous indique qu’il faut choisir débordants ? Ce n’est pas sûr. En tout cas, soit vous lisez et il faut alors essayer de comprendre ce qu’a voulu  l’auteur, soit vous écrivez sous la dictée et là, vous serez bien embarrassé (peut-être vous choisirez le pluriel de fumants ?).
Cependant, si votre question est précise, on ne peut pas répondre que débordant « DOIT » s’accorder au pluriel, mais on répondra qu’il « PEUT » s’accorder au pluriel ; de même débordant « PEUT » rester invariable.

jean bordes Grand maître Répondu le 11 janvier 2015

Que pensez-vous de ma réponse à Joëlle ? Il faut tenter la substitution par un adjectif (ou le féminin, ou le pluriel), sans altérer le sens de la phrase.
Dans vos exemples, on voit tout de suite que cela fonctionne :  les bûches brûlant (en combustion) dans la cheminée dégageaient une bonne odeur  ne peut devenir les bûches brûlantes (incandescentes) dans la cheminée dégageaient une bonne odeur  sans modifier la structure de l’expression.
Sinon, ainsi que vous le soulignez, on est dans un embarras permanent.

le 12 janvier 2015.

Pourquoi pas ? C’est une bonne méthode, mais comme les autres, elle n’est pas sûre.
Dans l’exemple de DOPI, « débordant » peut très bien être participe présent, et se précipiter sur l’adjectif au féminin peut alors être trompeur.
Si l’on est l’auteur, la méthode est très bonne, on met au féminin et on regarde si ça marche.
En revanche, sous la dictée on est quand même embarrassé, car mettre au féminin ne prouve rien, et s’il s’agit d’un participe présent, on aura tout faux.
Je ne sais pas si au championnat d’orthographe dont est issu l’exemple, les deux graphies étaient acceptées.
Peut-être le bon sens dictait « débordants », mais il reste que grammaticalement les deux me paraissent possibles.

le 18 janvier 2015.

Un tout grand merci à tous pour la clarté de vos réponses détaillées. Le championnat d’orthographe d’où est issue cette phrase ne propose en tout cas que la seule graphie au pluriel. A bientôt, DOPI

DOPI Débutant Répondu le 17 janvier 2015

Pour répondre à Chambaron, je dirais que l’on peut, comme il le suggère, effectivement remplacer par un adjectif, ce pourrait être la solution la moins risquée.
Ici, on pourrait très bien dire :
« Deux fumeurs […] leurs pots de grès bleu [blancs] de mousse fraîche » ——> adjectif
Mais on pourrait aussi dire :
« Deux fumeurs […] leurs pots de grès bleu [en train de déborder] de mousse fraîche » ——> participe présent
Tout cela est bien embarrasant.

jean bordes Grand maître Répondu le 24 janvier 2015

embarrassant, non ?

le 16 décembre 2015.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.