Participe passé suivi d’un infinitif

Bonjour, bonsoir,

Je n’arrive à comprendre en quoi cette phrase est fausse :

« La victime, plusieurs voyageurs l’ont vue agresser sans esquisser un geste. »

C’est pourtant « la victime » qui réalise l’action exprimée par l’infinitif « agresser »… Ou alors ai-je mal compris le sens de la phrase ? Selon moi, les voyageurs ont vu la victime agresser (une personne).

P.-S. : la phrase est tirée du quiz du projet Voltaire.

Absalon Amateur éclairé Demandé le 18 décembre 2020 dans Conjugaison

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

5 réponse(s)
 

Ah Absalon, ça c’est le genre de phrase qui tue…
Il me semble que non, la victime n’agresse personne, c’est pourquoi la phrase serait fausse
Je dirais donc :
plusieurs voyageurs l’ont vue se faire agresser sans…
plusieurs voyageurs l’ont vue être agressée sans…
plusieurs voyageurs l’ont vu agresser sans… (là je suis moins sûr !)

Mais si la victime agressait bien  une autre personne, alors la phrase serait juste !
Formulation du quiz un peu tordue, je serais tombé dans le panneau également.

Mais les pros du pp (ma bête noire) vont nous éclairer…

baru Amateur éclairé Répondu le 18 décembre 2020

Dans l’exemple, ils mettent le mot « victime » pour montrer qu’elle est le COD et non l’agent (le sujet) de « agresser ».

– Je vois le chat manger la souris.
– Je vois manger la souris (par le chat).
La construction de la première phrase est courante, celle de la seconde est également valide.

– Ce maçon, je l’ai vu construire ce mur.
– Ce mur, je l’ai vu construire (par ce maçon).
Dans la première phrase, le pronom « le » mis pour « ce maçon » est COD de « vu ».
Dans la seconde phrase, le pronom « le » mis pour « ce mur » est COD de « construire ».

Se pose maintenant la question de l’accord du participe passé « vu » utilisé avec l’auxiliaire « avoir ».
Qu’il y ait en début de phrase le COD de l’infinitif n’importe pas, mais qu’il y ait en début de phrase le COD du participe passé « vu » demande l’accord.

– La souris, je l’ai vue manger un fromage (le pronom féminin est COD de « vue »).
– La souris, je l’ai vu manger par le chat (le pronom féminin n’est pas COD de « vu » mais de « manger »).

Ces maçons, je les ai vus construire cette maison (le pronom pluriel mis pour « ces maçons » est COD de « vus »).
Cette maison, je l’ai vu construire (le pronom féminin mis pour « cette maison » n’est pas COD de « vus » mais de « construire »).

Les jeunes, on les a vus agresser la victime (le pronom pluriel est COD de « vus »).
La victime, on l’a vu agresser par des jeunes (le pronom féminin n’est pas COD de « vu » mais de « agresser »).

La règle est simple à appliquer, c’est toujours la même, il n’y en a pas de nouvelle ; ce qui est plus difficile est d’admettre cette construction qui semble parfois tordue.
Si on a du mal avec « la souris que j’ai vu manger » (on préférerait « vue se faire manger » ou « vue être mangée ») ou « la victime que j’ai vu agresser » (une personne peut être sujet ou COD de agresser), on peut se raccrocher à une phrase d’aspect plus naturel et sans ambiguïté, et la retenir comme modèle : « cette ville, je l’ai vu construire », « une ville que j’ai vu construire », où on n’accorde pas, puisque « une ville que » n’est pas COD de « voir » mais de « construire ».

Adrian Grand maître Répondu le 19 décembre 2020

Une explication très claire Adrian, pour un cas difficile et qui fait couler beaucoup d’encre. (Il est vrai que l’encre ne coule plus… )

Lorsque le verbe « voir » est dans son usage « plein » son participe passé s’accorde.
Je les ai vus construire cette maison
Lorsqu’il est semi-auxiliaire, son participe passé ne s’accorde pas
Cette ville je l’ai vu construire : « voir » modalise  le verbe et ne correspond pas tout à fait à une perception : il indique que l’énonciateur peut témoigner de cette construction. Il a pour cela une perception globale (et non seulement visuelle) de la construction de la ville (bruits, informations, travaux ponctuels…) qui d’ailleurs a pu s’étaler sur un très long temps.

le 19 décembre 2020.

Ces gens, je les ai vus construire une ville. Cette ville, je l’ai vu construire. C’est le même verbe voir ! L’accord de « vu » n’a rien à voir avec votre perception personnelle, avec vos semi-auxiliaires, votre imaginaire, l’aspect visuel, la modalité ou les bruits. L’accord, c’est selon la place du COD, bon sang !

le 19 décembre 2020.

Suite au commentaire de Tara, je précise que le verbe voir est bien le verbe voir.
Le témoin a vu, de se yeux vu, le témoin a vu agresser la victime.
La victime que le témoin a vu, de ses yeux vu, agresser, est morte.
C’est le verbe voir, qui signifie voir, qui n’est pas modal, qui n’est pas un semi-auxiliaire, et dont le participe passé n’est pas invariable.
Dans les deux constructions, avec ou sans agent exprimé de l’infinitif (je vois des jeunes agresser la victime / je vois agresser la victime), c’est le même verbe voir, avec le même rôle syntaxique.
J’ai fait une longue réponse pour montrer qu’il n’y a ici qu’une affaire de COD, ce n’est pas pour qu’on me réponde « tout à fait, c’est une question de modalité ». On ne peut pas mettre de la modalité partout, ça devient pénible. On trouve des pages et des pages traitant du sujet, où chacun y va de sa nuance, ajoutant une notion, un concept, une perception qui lui est propre, une astuce. Rien de tout cela n’est en jeu.

Avec un pronom, qu’on place avant le verbe, on est obligé d’éclater la proposition infinitive.
Selon que le sujet était exprimé ou non dans la proposition infinitive, le pronom peut se trouver COD de « voir » ou COD de « agresser ».
* je vois des jeunes agresser la victime –> je les vois agresser la victime : le pronom « les » est mis pour « les jeunes » et joue le rôle de COD de « voir ».
* je vois agresser la victime –> je la vois agresser : le pronom ‘la » est mis pour « la victime » et est COD de « agresser ».
Tant qu’on ne comprend pas que c’est le même verbe « voir » dans les deux cas, tant qu’on ne voit pas que les pronoms en revanche sont totalement différents, qu’ils ne représentent pas la même chose et n’ont pas le même rôle syntaxique dans la phrase, il ne faut pas aller plus loin.

Enfin, on passe au passé composé, en appliquant la règle de l’accord du participe passé selon la place du COD.
* je vois des jeunes agresser la victime –> je les vois agresser la victime –> je les ai vus agresser la victime.
* je vois agresser la victime –> je la vois agresser –> je l’ai vu agresser.

Adrian Grand maître Répondu le 19 décembre 2020

Je vous remercie infiniment pour ces explications et exemples très clairs !

Absalon Amateur éclairé Répondu le 19 décembre 2020

Adrian :
Ne nous énervons pas voyons. Et surtout, restons correct, car, le possessif que vous attribuez à « semi-auxiliaires » : « vos semi-auxiliaires », n’a rien de particulièrement sympathique…☹️
Quoi qu’il en soit :
On ne peut nier que le sens soit un repère en ce qui concerne les semi-auxiliaires.
Une des caractéristique est qu’il perdent tout ou partie de leur sens :
Je vais à Lyon – je vais m’énerver
Je fais un dessin – je fais sortir le chat.
Je peux soulever ce sac – je peux me trouver mal
Je dois m’en aller – je dois être fatigué
etc.
Il me semble que si cette altération de sens est moins perceptible avec voir, qu’elle existe cependant parfois :
Je vois un chapeau – je me vois insulter
Je reconnais que dans mon « analyse » j’ai perdu de vue l’exemple donné : je vois agresser la victime où le sens de « voir » est plein.

Je me vois donc ici agresser, Adrian sans le recours d’aucune perception visuelle , vous le reconnaîtrez aussi j’imagine…
. 😉

Tara Grand maître Répondu le 20 décembre 2020

Je peux écrire « votre indicatif est judicieux, vos compléments sont clairs… » mais je ne peux pas écrire « vos semi-auxiliaires » parce que le possessif prendrait dans ce cas le sens d’une appartenance ? Je crois que vous inventez des idées au fur et à mesure que vous écrivez.

« Je me vois insulter, je me suis vu insulter », c’est un pronominal. Le verbe « voir » construit pronominalement prend un autre sens, comme dans beaucoup de constructions pronominales. Le sens est alors indépendant de la vision et du témoignage. On peut facilement rattacher cela au factitif « se faire » (je me suis vu insulter = je me suis fait insulter), et donc aux semi-auxiliaires dans certains classements.

Mais il n’y a pas de verbe « se voir » ici. La victime ne s’est pas vu agresser, mais des témoins l’ont vu agresser.

Nous avons un verbe transitif (voir), un sujet (les voyageurs) et un COD, COD qui change selon les constructions : proposition infinitive complète (j’ai vu des jeunes attaquer la victime), ou infinitif dont le COD est antéposé (je l’ai vu attaquer), ou pronom agent de l’infinitif (je les ai vus attaquer la victime).

le 21 décembre 2020.

C’est juste Adrian, et j’ai tort concernant ce verbe « voir ». Dommage;  ça me plaisait bien…
C’est l’intérêt des échanges et je vous remercie pour l’éclaircissement que vous me donnez.
Tant mieux si « votre » possessif était innocent. Je devais avoir l’esprit mal tourné alors.🙃😊

 

le 22 décembre 2020.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.