Parfois, quelqu’un nous demande si…

Bonjour, cette question est-elle posée correctement ?
« Quand, au moment de choisir une table, le serveur nous demande si on est seul, doit-on répondre que oui, on est seul, ou que oui, nous sommes seuls ? »

faucon Amateur éclairé Demandé le 22 avril 2020 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

5 réponse(s)
 

Bonjour Faucon, je ne saisis pas ce que vous souhaitez corriger : voici ma réponse tout aléatoire (phrases que j’essaie de bien rédiger) :

Quand, au moment de choisir une table, le serveur nous demande si on est seul, doit-on répondre que l’on est seul ?
ou
Doit-on répondre par l’affirmative ?
ou
doit-on répondre « oui » ? 

joelle Grand maître Répondu le 22 avril 2020

Le serveur :
-êtes-vous seuls, madame, monsieur ?
Monsieur :
– oui, nous sommes seuls.

C’est la façon la plus élégante de répondre dans cette situation.
L’emploi du « on » est moins soutenu mais possible.

Tara Grand maître Répondu le 22 avril 2020

@Joëlle (je n’ai pas les points pour commenter)
La question porte sur le début : « quand on entre… et que le serveur nous demande… ».
« On » désigne manifestement dans ce contexte une personne unique (« seul »).
Puis-je malgré tout utiliser le pronom COI « nous » en relation avec le sujet « on » ?
Si la réponse est oui, autant l’écrire une fois pour toutes.
Pourquoi trouve-t-on presque partout ailleurs sur ce site que « nous » doit systématiquement représenter un pluriel ? Pourquoi toujours jouer avec les nerfs des gens qui viennent poser une question, des gens qui ne veulent pas accorder dans leur exemple particulier ? Ils doivent bien avoir une raison pour cela ? Pourquoi toujours leur répondre que « nous » impose une notion de pluriel ? Admettrons-nous un jour que c’est faux ?
Vous n’avez pas vu ma faute supposée en début de phrase ? Donc vous admettez le pronom « nous » mis pour « à soi »  après le sujet « on » manifestement singulier. Donc les pronoms COI ou COD « nous » peuvent reprendre un « on » singulier ?

faucon Amateur éclairé Répondu le 22 avril 2020

@Tara (je n’ai pas les points pour commenter)
— « seul » est écrit au singulier, il n’y a pas de « madame, monsieur » qui vaille.
— « on » désigne donc une personne unique.
— peut-on dans ce cas associer « on » et « nous » ?

faucon Amateur éclairé Répondu le 22 avril 2020

Très clairement : oui.
On peut même très bien   remplacer « je » par « nous », même quand ce nous n’est ni un « nous » de modestie, ni un « nous » de majesté. Et parfois, le « nous » est distributif. Je crois l’avoir déjà dit dans un de mes commentaires.

le 23 avril 2020.

Je réponds, au risque de susciter l’ire et la grognonnerie du sieur (ou de la sieuse) faucon. Bon, des fois que ça serve à d’autres, moins mal lunés.

C’est une question de focale : passage du collectif au singulier. Avec un exemple peut-être plus parlant.

Ils oublient que nous ne sommes pas la mère de leur gosse.

Ils oublient que nous (pluriel collectif = l’ensemble des belles-mères, nounous, profs, que sais-je) ne sommes pas la mère (singulier distributif = chacune des belles-mères prise individuellement) de leur gosse.

On pourrait cependant garder un pluriel : Ils oublient que nous ne sommes pas les mères de leurs gosses. // nous ne sommes pas leur(s) mère(s)

Avec une structure plus proche de la phrase objet de la question : S’ils nous demandent si nous sommes la mère de leur gosse, nous répondrons que non nous sommes pas sa mère.

Donc, je pense que de là on peut répondre à faucon. On peut aussi bien dire : oui, on est seul / ? oui, nous sommes seul  / oui, nous sommes seuls.

 

Avec toutefois un gros bémol, l’attribut adjectif supporte sans doute nettement moins bien  que le substantif ce genre d’écart ; seul fait peut-être exception  si j’en crois l’usage (voir ngram )*, qui reste malgré tout limité d’après ce ngram.

 

* nous sommes + intelligent(e), faible, aimé(e), grandi, déprimé, beau, bonne, gentil, respecté ne produit aucun résultat ; il faudrait évidemment élargir le test.

 

_________

Un exemple intéressant, où les adjectifs sont au pluriel, mais le substantif au singulier.

Grâce à la pleine conscience et à la concentration, nous sommes capables de répondre à cette image, comprenant à présent que nous ne sommes plus un enfant démuni (et non des enfants démunis). Aujourd’hui, nous sommes adultes, solides et capables de nous protéger nous-mêmes.
Source

Un exemple intéressant, où les adjectifs sont au singulier.

Ce sont les manières, les gestes, la tournure, la voix, l’esprit de cet homme que nous voulons acquérir, et nous ne voyons pas qu’il est grand et que nous sommes petit, qu’il est mince et que nous sommes gros, que son organe est doux et que le nôtre (et non les nôtres) est rude, qu’il est vif et que nous sommes lent…
source

 

 

phil-en-trope Grand maître Répondu le 22 avril 2020

Il me semble que l’adjectif mis au singulier souligne ce sens du « nous » et que le mettre au pluriel fasse confusion.

le 23 avril 2020.

Oui, il y a là une tension entre force syntaxique (maximale entre un support et son attribut ; je pense que on + participe passé / adjectif est le seul cas où un support singulier (exclus les syntagmes complexes du type la foule des manifestants) accepte un participe passé / adjectif pluriel) et force sémantique. Ce qui explique sans doute cette réticence à mettre le pluriel dans le cas qui nous occupe ; d’autant que l’on risque alors d’interpréter le nous comme un nous singulier, ce qui n’est pas le cas ici.

En revanche, je ne crois pas que le pluriel fasse confusion, chaque individu composant ce nous reçoit l’information comme le concernant même si l’adjectif est au pluriel. 

le 23 avril 2020.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.