Pâques

Bonjour,

Doit-on écrire « Pâques costumées » ou « Pâques costumé » ?
L’expression est pour un slogan, pas insérée dans une phrase.

Merci.

Weload Débutant Demandé le 10 mars 2016 dans Conjugaison
8 réponse(s)
 

« Pâques » est l’ellipse de « jour de Pâques ».
On écrira donc « Pâques costumé ».

En revanche, lorsqu’il s’agit de célébrer la fête chrétienne, le mot est féminin, pluriel : faire ses Pâques,  souhaiter de joyeuses Pâques.

jean bordes Grand maître Répondu le 10 mars 2016

Lorsque le mot  Pâques est accompagné d’une épithète il est féminin.

Joyeuses Pâques ─ Pâques pluvieuses donc  Pâques costumées. On parle ainsi d’événements qui se passent ou se déroulent lors de la fête de Pâques.

czardas Grand maître Répondu le 10 mars 2016

Vous avez parfaitement raison. T.L.F.I. : « Quelle crise de la confiance, après des Pâques neigeuses comme celles de cette année! » (Alain).

le 11 mars 2016.

Vous avez parfaitement raison, czardas. T.L.F.I. : « Quelle crise de la confiance, après des Pâques neigeuses comme celles de cette année! » (Alain).
Quoique… j’ai  analysé l’expression comme désignant le jour de Pâques costumé ; sans article et avec élision on a Pâques costumé (le jour).
Par ailleurs, l’Académie française donne l’exemple : « Je vous paierai à Pâques prochain. » (le jour de Pâques prochain).
Ainsi, si « Pâques costumées » est plus rationnel, « Pâques costumé » ne me choque pas. Je crois qu’il ne faut pas être trop rigide.
Qu’en pensez-vous ?

jean bordes Grand maître Répondu le 12 mars 2016

Non je ne suis pas rigide. Je me fie à ce que j’ai lu dans Grevisse.
§463 page 462  ─12e édition.

le 14 mars 2016.

Et bien merci. Mes recherches ne m’avaient pas donné de réponse définitive, et vos retours le confirme.

Ma tendance irait pour « Pâques costumées », mais je crois qu’il ne faut en effet pas être trop rigide.

Weload Débutant Répondu le 14 mars 2016

« Le s de Pâques, pour parler des fêtes catholique ou orthodoxe, marque bien, à l’origine, un pluriel, mais le mot ainsi orthographié s’accorde généralement au masculin singulier : à Pâques prochain, quand Pâques sera passé, etc. » (Académie française).

jean bordes Grand maître Répondu le 14 mars 2016

czardas, vous vous fiez à ce que vous avez lu dans Grevisse, mais j’ai l’impression que vous n’avez pas tout lu ou que vous avez mal lu :
« Le sing. s’emploie surtout quand le nom n’a pas de déterminant : Pâques fut célébré avec beaucoup de pompe. […] Je vous paierai à Pâques prochain ( Ac. 1935). […] Ou alors était-ce à Pâques précédent ? (Cl. Mauriac). »
N’y a-t-il pas là deux épithètes (prochain, précédent) ? Et il n’y a pas de déterminant. Comme dans « Pâques costumé ».
« Le plur. s’emploie surtout quand le nom est accompagné d’un déterminant. » (Ce n’est pas le cas ici : Pâques costumé).
« Pâques s’emploie aussi au fém. plur. sans article, mais avec épithète dans les deux expressions anciennes Pâques fleuries (dimanche des Rameaux) et Pâques closes (1 er dimanche après Pâques) ; — et dans les formules de souhait : Joyeuses Pâques, monsieur l’abbé ! ( Cesbron) — Et bonnes Pâques ! (Curtis). » Grevisse semble en limiter l’emploi.
« On trouve parfois le fém. plur. dans d’autres cas […] —    Pour Pâques suivantes, j’offris à mon fils d’aller passer quinze jours sur une autre côte ( Hériat). » Grevisse est ainsi très loin de généraliser l’emploi du féminin pluriel. (Le Bon usage, § 473).

Donc, Pâques costumé me semble correct, ce qui n’excut pas Pâques costumées, mais cette dernière forme ne semble pas être la règle pour Grevisse qui semble plutôt vouloir adopter Pâques costumé, contrairement, czardas, à votre interprétation.

Pour être complet, citons :
• Girodet, dans Pièges et difficultés de la langue française :
« Pâques (féminin pluriel, sans article et avec un P majuscule). 
Pâques. Fête chrétienne : J’ai reçu une carte me souhaitant « Joyeuses Pâques ! » Ne s’emploie qu’avec une épithète. 
[…] Pâques (masculin singulier, sans article et avec un P majuscule). Désigne également la fête chrétienne : Enfin Pâques est arrivé ! […] N’est jamais accompagné d’une épithète. » Là, on peut dire qu’il y a contradiction.
• Le Dictionnaire des difficultés de la langue française, Larousse :
« Pâques, fête chrétienne, s’emploie toujours sans article et au masculin singulier (quoique terminé par s): […] Quand Pâques sera venu (Acad.). Je vous paierai à Pâques prochain (Id.).
Toutefois, il est féminin pluriel quand il est accompagné d’une épithète, comme dans : Pâques fleuries. Pâques closes. [Rappelons-nous la signification qu’en donne, ci-dessus, Grevisse et la précision qu’il donne : « dans les deux expressions anciennes. [Ce qui, pour moi, en limite l’emploi]. »
• Enfin, la dernière position de l’Académie française :
« Le s de Pâques, pour parler des fêtes catholique ou orthodoxe, marque bien, à l’origine, un pluriel, mais le mot ainsi orthographié s’accorde généralement au masculin singulier : à Pâques prochain, quand Pâques sera passé, etc. »
À part Girodet, tout le monde semble à peu près d’accord pour écrire « Pâques costumé », ce qui ne peut exclure, à mon sens, Pâques costumées, mais le masculin singulier a ma préférence : Pâques costumé.

Excusez-moi d’avoir employé le mot « rigide », un peu fort, qui ne s’adressait pas particulièrement à vous, d’ailleurs. J’aurais plutôt dû dire : la règle n’est pas intangible. 

jean bordes Grand maître Répondu le 17 mars 2016

Encore merci. Cette réponse si bien documentée m’a convaincu.

Va pour Pâques costumé.

Weload Débutant Répondu le 17 mars 2016

Ccc

Man77 Débutant Répondu le 12 avril 2020
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.