On, nous, son

Répondu

Je viens d’entendre, dans une série policière française : On devrait toujours avoir nos parents le jour de son mariage.

Qu’en dites-vous ? J’aurais tourné la phrase d’une façon différente.

Je vous remercie d’avance.

Zully Grand maître Demandé le 14 août 2018 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

3 réponse(s)
 
Meilleure réponse

C’est le problème de « on » : normalement, à l’origine le pronom désigne l’homme et s’accorde au singulier.
Donc j’aurais écrit comme vous :
On devrait toujours avoir ses parents le jour de son mariage.
cf. On a toujours besoin d’un plus petit que soi…

Mais dans l’usage moderne, « on » désigne « nous » et force certains accords mais non la conjugaison au pluriel (syllepse) : on est arrivés à 17 heures et on a déposé nos bagages.

Donc qui est « on » ? 

joelle Grand maître Répondu le 15 août 2018
 

 

« Je viens d’entendre, dans une série policière française : On devrait toujours avoir nos parents le jour de son mariage.

Qu’en dites-vous ? J’aurais tourné la phrase d’une façon différente. »

Bonjour Zully !

1. La phrase que vous avez entendue est correcte. En effet, d »une part,  il s’agit du mariage du locuteur ou du scripteur, et non, bien évidemment; de celui des parents.  Leur au lieu de son est impossible.  D’autre part, on n’est pas dans un cas où notre est d’emploi obligatoire, comme dans la phrase suivante, citée parla grammaire Le bon usage L’herbe qu’on enlevait étant mouillée, on l’étendait avec nos fourches sur le grand plancher du fenil (Bosco).

2. Il est permis, en général,  d’employer notre.
En effet, pour exprimer un possessif renvoyant à on pris dans le sens indéfini, on peut se servir de notre lorsque la personne qui parle ou écrit  se met dans la collectivité :  Je le [= cela]croyais de bonne foi, car on ne sait jamais ce qui se passe dans notre âme (Proust).

3. Il faut savoir toutefois que quelques puristes critiquent ce « mélange » de on et de notre

4. Ma conclusion
Si vous souhaitez ne pas risquer de prêter le flanc à la critique ,  dites le jour de son mariage ou bien tournez la phrase autrement. 

Cordialement.

Prince Grand maître Répondu le 15 août 2018

Je ne comprends pas bien pourquoi vous évoquez « leur » et « notre »…

le 15 août 2018.

Je me suis efforcé de balayer tout le champ des cas auxquels on peut penser  :  mariage des parents ==> leur (mariage) ;  notre, pour montrer que l’on peut employer cet adj. possessif  avec on et que son est correct (si , dans le cas soumis, notre  était obligatoire... son serait incorrect).

le 15 août 2018.

J’ai mis du temps à revenir… Je vous remercie, Joëlle, de votre réponse. Je suis allée faire un tour chez Alain Rey et suivi l’historique de « on » : homo, om, hom, hum et, finalement, on.  C’est très intéressant. Une nouvelle fois, je me suis enrichie ! Quand je prends conscience de certains mots, c’est comme s’ils avaient une dimension supplémentaire dans mon monde.

Prince, votre conclusion ne s’applique pas au cas que j’ai soumis puisque je n’ai pas écrit la réplique de la série policière. Pour le reste, je comprends bien ce que vous expliquez et vous en remercie.

Zully Grand maître Répondu le 17 août 2018
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.