Ni ni

J’ai écrit une petite nouvelle contenant la phrase mi-poétique mi-badine : « Ni ne rougis ni ne pâlis à la vue de cet aréopage. »
La correctrice du journal me la rectifie ainsi : « Je ne rougis ni ne pâlis à la vue de cet aréopage.  »
J’aimerais conserver le ni pour sa consonance en « i ». On pourrait considérer cela comme une licence poétique.
Qu’en pensez-vous ?

jean bordes Grand maître Demandé le 18 janvier 2021 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

1 réponse(s)
 

Je pense que vous avez raison.  Vous êtes en poésie et vous êtes libre.  (La tournure était, ce me semble, d’usage en ancien français – à vérifier).

Tara Grand maître Répondu le 18 janvier 2021

Après réflexion, je pense quand même avoir tort pour une tout autre raison : si on ne met pas de pronom, on pense que l’on est à la 2e personne de l’impératif.

le 18 janvier 2021.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.