Néologismes

Bonjour chers experts,

Dans le contexte commercial, le contexte d’enseignement du français et dans le contexte littéraire respectivement, peut-on employer des néologismes justifiés ?

Par exemple, je trouve qu’il manque le mot de moyenneté, qui compléterait le tableau suivant :
supérieur –> supériorité
inférieur –> infériorité,
moyen –>

En effet, le mot de médiocrité est empreint d’amertume ou d’insulte sévère. Moyenneté n’est-il pas plus neutre ? Est-il nécessaire de passer par une périphrase ? Question plus technique : pourquoi « moyenneté » n’a-t-il pas été retenu ? Présente-t-il un problème de dérivation ?

A vrai dire, le problème du néologisme n’est-il pas dans l’excès de son utilisation, avec des mots remplaçables par d’autres, déjà inclus dans les dictionnaires ?

NicolasMessina Érudit Demandé le 19 septembre 2017 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

1 réponse(s)
 

Bonjour,

Vérification faite,  il ne s’agit pas d’un néologisme puisque ce mot existait en moyen français ! Il est attesté dans quelques sources anciennes. mais il est tombé en désuétude depuis longtemps, pour une raison que j’ignore.

Vous pouvez tenter de le remettre au goût du jour, mais  c’est risqué ! Je vous déconseille de l’utiliser sauf à citer les sources susdites. Ce qui risque de vous faire passer pour un sacré pédant !

Mais ce peut être amusant en société…

Evinrude Grand maître Répondu le 20 septembre 2017
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.