ne fut-ce ou ne fût-ce ?

Bonjour, dans un texte extrait du Sphinx d’Edgar Allan Poe, je lis cette phrase (écourtée car fort longue) : «…nous aurions dû passer le temps assez agréablement, ne fut-ce par l’effrayante information qui nous parvenait chaque matin de la populeuse ville ».
Pourquoi « ne fut-ce » est-il au passé simple plutôt que l’expression figée « ne fût-ce » à l’imparfait du subjonctif ? Quelles sont les règles quant à cette expression ?

Avec mes remerciements pour vos lumières à ce sujet.

peete_agore Amateur éclairé Demandé le 2 février 2017 dans Conjugaison

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 

Vous avez un œil de… lynx !
La construction — une traduction de Baudelaire — est effectivement surprenante.  Mais elle n’a pas là le sens de « même » qui appelle bien le subjonctif, mais celui, assez rare,  de « si ce n’avait été » qui est bien un indicatif.

Vous pouvez vous référer à l’original en anglais pour mieux saisir le distinguo : « […] we should have passed the time pleasantly enough, but for the fearful intelligence which reached us every morning from the populous city. »

Chambaron Grand maître Répondu le 2 février 2017

Merci, me voilà moins bête ! Dire que j’allais contester Baudelaire !

le 2 février 2017.

Enfin… je ne sais que faire du « par » tout de même.

le 2 février 2017.

Le « par » a le sens de « du fait de  » comme dans « par les pouvoirs qui me sont conférés ». Mais il est vrai qu’on pourrait s’en passer…

le 2 février 2017.

Bonjour,

J’avoue humblement que je ne comprends pas cette phrase. Elle est issue d’une traduction d’un livre écrit en anglais. Serait-ce une erreur du traducteur ? Le sens de cette phrase me semble être :
« nous aurions dû passer le temps assez agréablement, n’eût été l’effrayante information qui nous parvenait chaque matin de la populeuse ville », qui signifie : « s’il n’y avait pas eu »… Il s’agirait ici d’un plus-que-parfait du subjonctif, utilisé dans une expression figée exprimant une condition.

Mais pour vous éclairer sur l’emploi de « Fut-ce » ou « Fût-ce » (passé simple ou subjonctif passé, consultez le Projet Voltaire.

Evinrude Grand maître Répondu le 2 février 2017

L’utilisation assez rare de « ne fut-ce » justifie mon désarroi. Soyez remerciés des pistes et explications que vous me donnez à ce sujet.

peete_agore Amateur éclairé Répondu le 2 février 2017

Bonjour,

Bonjour,

But for se traduit par sans qui exprime ici une condition.

I should have gone out but for the rain.
Je serais sorti sans la pluie.

La traduction de cette phrase est :

« Nous aurions dû passer le temps assez agréablement, sans les effrayantes informations qui nous parvenaient de la grande ville (New York)»

DURING the dread reign of the Cholera in New York, I had accepted the invitation of a relative to spend a fortnight with him in the retirement of his cottage ornee on the banks of the Hudson. We had here around us all the ordinary means of summer amusement; and what with rambling in the woods, sketching, boating, fishing, bathing, music, and books, we should have passed the time pleasantly enough, but for the fearful intelligence which reached us every morning from the populous city. Not a day elapsed which did not bring us news of the decease of some acquaintance.

Not a day elapsed which did not bring us news of the decease of some acquaintance.
Il ne se passait pas un jour, que nous n’apprenions la mort d’une de nos connaissances.

http://www.poedecoder.com/qrisse/works/sphinx.php

czardas Grand maître Répondu le 3 février 2017
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.